Les investisseurs de Twitter poursuivent Elon Musk, tandis que la commission sécuritaire ouvre une enquête aux USA

Les États-Unis le surveillent de près
Parole de scout
Mais Elon Musk n'est pas un boy-scout
Le seuil a été franchi
Retard ou tricherie ?
Une arnaque au prix ?
Il n'y a pas de petites économies
Autres problèmes juridiques
Une offre qu'ils ne pouvaient pas refuser
Au-dessus du prix du marché
La pilule empoisonnée
Le soutien des actionnaires
De l'argent emprunté
Un potentiel énorme
De milliardaire à milliardaire
Mes salutations à Wall Street
Responsabilité
Saper la démocratie ?
Les limites de la liberté d'expression
Un message aux détracteurs de Musk
Les républicains approuvent
Levée de l'interdiction
Trump et Musk
Donald Trump est forcément contre
Plus de questions que de réponses
Tesla, SpaceX... et Twitter ?
L'avenir de Twitter
Les États-Unis le surveillent de près

La Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a rendu public le 27 mai qu'elle avait commencé à enquêter sur l'achat d'actions Twitter par Elon Musk en avril dernier. L'agence gouvernementale examinera si le milliardaire sud-africain était honnête quant à ses intentions envers la société de médias sociaux.

Parole de scout

Tel que transcrit dans le New York Times, la SEC informe que Musk a déposé un document déclarant que son investissement en actions Twitter serait passif et qu'il ne chercherait pas à prendre le contrôle de l'ensemble de la société de médias sociaux.

Sur la photo : Gary Gensler, président de la Securities and Exchange Commission des États-Unis

Mais Elon Musk n'est pas un boy-scout

Dix jours après avoir déposé ce document, Musk a tenté d'acheter la totalité de Twitter pour 44 milliards de dollars américains.

Le seuil a été franchi

La SEC se demande également si Musk a correctement déclaré sa participation dans Twitter. La loi fédérale exige que les personnes qui possèdent plus de 5 % des actions d'une entreprise divulguent leur participation 10 jours après avoir franchi le seuil, rappelle le New York Times.

Retard ou tricherie ?

Selon le registre de la SEC, Musk a franchi ce seuil le 14 mars mais a négligé de le rendre public jusqu'au 4 avril. Cela a suscité la colère des investisseurs de Twitter, qui poursuivent maintenant le fondateur de Tesla en justicce.

Une arnaque au prix ?

"En retardant la divulgation de sa participation dans Twitter, Musk s'est livré à une manipulation du marché et a acheté des actions Twitter à un prix artificiellement bas", a déclaré l'un des investisseurs au Guardian. Le groupe a intenté une action en justice le 25 mai devant un tribunal fédéral de San Francisco.

Il n'y a pas de petites économies

Selon The Guardian, Musk a ainsi économisé plus de 150 millions de dollars américains en ne documentant pas correctement le nombre d'actions de Twitter qu'il possédait.

Autres problèmes juridiques

Pour compliquer encore les choses, le milliardaire sud-africain fait face à des accusations d'inconduite avec une ancienne employée de SpaceX. Musk a rejeté les allégations, affirmant que tout cela faisait partie d'un plan visant à saboter son acquisition de Twitter.

Une offre qu'ils ne pouvaient pas refuser

Tout semblait être prêt pour le rachat des réseaux sociaux par Musk. Le conseil d'administration de Twitter, composé de 11 membres, a rencontré le milliardaire d'origine sud-africaine et a approuvé le 25 avril l'acquisition de la plateforme de médias sociaux par le fondateur de Tesla.

Au-dessus du prix du marché

Twitter a accepté de se vendre à Elon Musk pour une valeur qui, selon un communiqué officiel, était de 38 % supérieure au cours de l'action de la société début avril. Musk est devenu le plus grand actionnaire de la société en acquérant 9,8 % des actions de Twitter à cette époque.

La pilule empoisonnée

La société a menacé d'inonder le marché boursier de nouvelles actions si Musk tentait d'acquérir 15 % ou plus de Twitter. La stratégie, connue sous le nom de «pilule empoisonnée», avait été utilisée dans le passé comme stratagème de négociation et cette fois ne semble pas avoir été différente.

Le soutien des actionnaires

Selon Forbes, la société a subi une pression accrue de la part de ses principaux actionnaires pour soutenir l'offre de Musk. D'autant plus que la part de Twitter avait perdu plus de 60% de sa valeur au cours des derniers mois.

De l'argent emprunté

Le Financial Times rapporte que pour couvrir les 44 milliards de dollars américains dont il avait besoin, entre autres, pour financer son achat, le fondateur de Tesla a contracté des emprunts auprès d'au moins douze banques différentes.

"La liberté d'expression est le fondement d'une démocratie qui fonctionne"

"La liberté d'expression est le fondement d'une démocratie qui fonctionne, et Twitter est la place publique numérique où sont débattues des questions vitales pour l'avenir de l'humanité", a souligné Musk dans un communiqué de presse officiel.

Un potentiel énorme

"Twitter a un potentiel énorme", a déclaré le fondateur de Tesla. "J'ai hâte de travailler avec l'entreprise et la communauté des utilisateurs pour le débloquer."

De milliardaire à milliardaire

Jeff Bezos d'Amazon, dont l'acquisition du Washington Post a suscité des critiques similaires à celles du rachat de Musk, a souligné les relations commerciales de Tesla avec la Chine et s'est demandé exactement si "le gouvernement chinois avait gagné en influence" sur Twitter.

Mes salutations à Wall Street

Musk a déclaré son désir de rendre Twitter privé, ce qui signifie que la société ne participerait plus à la bourse. Le milliardaire pense que cela empêcherait la plate-forme de médias sociaux d'être à la merci de sa valeur marchande.

Responsabilité

Pour mettre les choses en perspective, le programme d'information satirique The Daily Show rapporte que le co-fondateur et ancien PDG de Twitter, Jack Dorsey (photo), ne possédait que 2 % des parts et devait encore répondre au conseil d'administration et aux actionnaires.

Saper la démocratie ?

Forbes souligne que Musk a par le passé dénoncé que l'entreprise "n'avait pas respecté la liberté d'expression" et que les pratiques de Twitter "sapaient fondamentalement la démocratie".

Les limites de la liberté d'expression

Musk, qui se décrit comme un "absolutiste de la liberté d'expression", s'est plaint de la modération de Twitter dans le passé, comme le souligne Al Jazeera. Cependant, cela soulève également le débat sur les limites de la liberté d'expression et la peur d'inciter à la haine.

Un message aux détracteurs de Musk

"Je suis contre la liberté d'expression qui va bien au-delà de la loi", a tweeté le fondateur de Tesla quelques jours après le rachat. "J'espère que même mes pires détracteurs resteront sur Twitter car c'est cela, ce que signifie la liberté d'expression".

Les républicains approuvent

De nombreux politiciens républicains, tels que le gouverneur de Floride Ron DeSantis, ont applaudi l'acquisition. Le politicien conservateur a tweeté que Twitter peut désormais être "un endroit où la liberté d'expression peut prospérer, et non un outil d'application de la narration".

Levée de l'interdiction

Le compte Twitter officiel du Parti républicain a demandé à Musk de lever l'interdiction de l'ancien président américain Donald Trump sur la plateforme. Cependant, Trump lui-même aurait déclaré qu'il ne reviendrait pas.

Trump et Musk

"J'aime bien Elon Musk. Je l'aime beaucoup. C'est un excellent individu", a commenté Trump à CNBC au sujet du rachat. "Nous avons fait beaucoup pour Twitter lorsque j'étais à la Maison Blanche. J'ai été déçu par la façon dont j'ai été traité sur Twitter. Je ne retournerai pas sur Twitter."

Donald Trump est forcément contre

Trump lui-même, souligne le New York Times, a essayé de lancer son propre réseau social : Truth Social. La promesse de Musk d'un Twitter non réglementé depuis pourrait mettre à mal les projets commerciaux de l'ancien président.

Plus de questions que de réponses

Bloomberg rapporte qu'il y a beaucoup de choses que nous ne savons toujours pas sur l'acquisition, des détails spécifiques de Musk sur la façon dont il dirigera l'entreprise jusqu'à qui sera membre du conseil d'administration.

Tesla, SpaceX... et Twitter ?

Le milliardaire né en Afrique du Sud dirige déjà Tesla et SpaceX, souligne Bloomberg. Il est donc peu probable qu'il puisse diriger une troisième société.

L'avenir de Twitter

Ce que l'on sait, c'est que si Musk parvient à conclure l'accord d'une manière ou d'une autre, l'avenir de Twitter (et des médias sociaux en général) pourrait changer à jamais.

Más para ti