Incendies et feux de forêt : leurs terribles conséquences et comment les éviter

Le plus grand danger pour nos forêts
Les
L'être humain, derrière 96% des incendies
L'un des plus gros problèmes environnementaux
Bien au-delà des incendiaires
Changement climatique
Abandon de la campagne et des forêts
Mauvaise gestion urbaine
Conséquences des incendies
Californie, États-Unis
Espagne
Portugal
Grèce
Turquie
Italie
Algérie et Tunisie
L'Amazonie
Australie
Arctique
La prévention est la clé
Agir sur les causes qui en sont à l'origine
Les arbres
Gestion forestière et aménagement du territoire
Sensibilisation et éducation à l'environnement
Évitez de laisser des déchets dangereux
Interdit de faire du feu
Espèces végétales contre le feu
Véhicules à combustion
Comment réagir face à un incendie ?
Notre avenir est en jeu
Le plus grand danger pour nos forêts

Comme on a pu le voir dans la région de la dune du Pilat, mais aussi à de nombreux endroits en France et en Europe, avec l'arrivée de la chaleur, vient aussi le danger des incendies de forêt. Ces dernières années, ils ont eu des conséquences terribles dans de nombreuses régions du monde. Si leur multiplication est due en grande partie au changement climatique, derrière la plupart d'entre eux, malheureusement, se trouve l'action de l'homme, une figure qui continue d'être essentielle pour pouvoir les éviter dans la plupart des cas.

Les "superfeux"

Cependant, ces dernières années, comme le prévient le WWF, "ils ne se limitent plus à l'été" et sont devenus un problème d'ordre mondial. Certes, il y a moins d'incendies aujourd'hui, mais ils seraient beaucoup plus destructeurs qu'avant. Ce sont les incendies de la « sixième génération », également connus sous le nom de « superfeux ».

Photo : Malachie Brooks (Unsplash)

L'être humain, derrière 96% des incendies

Greenpeace souligne que « le feu est un élément naturel dont notre écosystème a besoin pour la régénération des forêts et des montagnes, car il fournit des stratégies de repousse et de germination après son passage. Cependant, il a cessé d'être une perturbation naturelle qui modèle le paysage pour devenir une terrible menace qui, dans plus de 96% des cas, est causée par l'homme ».

Photo : Ylvers (Pixabay)

L'un des plus gros problèmes environnementaux

Le phénomène des incendies de forêt, indiquent les porte-parole de Greenpeace, "est devenu l'un des plus grands problèmes environnementaux subis par nos montagnes en raison de la fréquence et de l'intensité élevées acquises au cours des dernières décennies".

Photo : Fabian Jones (Unsplash)

Bien au-delà des incendiaires

En plus des soi-disant incendiaires – ces personnes qui pour une raison quelconque provoquent des incendies dans les forêts et les montagnes, mais qui restent des cas exceptionnels –, il existe plusieurs causes qui ont conduit à une augmentation de ces phénomènes avec des conséquences terribles pour l'environnement.

Photo : Mike Newbry (Unsplash)

Changement climatique

Le premier d'entre eux est le changement climatique. L'augmentation des vagues de chaleur engendre ce que l'on appelle le « stress hydrique », c'est-à-dire le manque d'eau dans le sol, qui le rend sec et plus vulnérable aux incendies. Les incendies dans ces endroits sont généralement dévastateurs, car, pour s'alimenter, ils ont généralement à disposition beaucoup de végétation sèche et continue autour d'eux.

Photo : Mikhaïl Serdioukov (Unsplash)

Abandon de la campagne et des forêts

Le manque d'intérêt pour les campagnes et la désertification des zones rurales causée par l'exode vers les villes pourraient être une autre cause. On a toujours dit qu'il était important pour les populations rurales et le bétail de "défricher" les forêts, un travail en voie d'extinction qui fait que tout devient sauvagement envahi par la végétation.

Photo : Matt Palmer (Unsplash)

Mauvaise gestion urbaine

Greenpeace pointe également du doigt les constructions dans les campagnes pensées "avec une gestion urbaine qui n'a pas pris en compte le risque d'incendie de forêt", ce qui rend ces urbanisations ou habitations vulnérables aux incendies.

Photo : Jen Théodore (Unsplash)

Conséquences des incendies

Les conséquences de tout cela sont l'érosion des sols, avec la disparition de la couche arable qui les protège ; la mort d'animaux et même de personnes ; des dommages économiques, généraux et personnels ; la pollution des rivières ; des altérations - parfois irréversibles - du paysage et de l'environnement naturel ; et la contribution au changement climatique.

Californie, États-Unis

L'État de Californie, aux États-Unis, est l'une de ces régions du monde qui sont devenues courantes à la télévision lorsqu'on parle d'incendies de forêt, avec des scènes apocalyptiques dans lesquelles le feu détruit des forêts et des maisons. En 2020, la pire de ces dernières années, 2,6 millions d'hectares ont été dévastés sur la côte ouest nord-américaine, notamment en Californie, mais aussi en Oregon et à Washington, emportant la vie de 46 personnes.

Espagne

L'Espagne est un autre foyer important d'incendies de forêt dans le monde malgré sa petite taille. 2012 a été la pire de ces dernières années à cet égard, avec un total de 218 956 hectares brûlés, et 2017 a été l'année avec les plus grands incendies. Dans tous les esprits sont restés marqués ceux de l'année 2021 à Ávila, avec 22 037 hectares dévastés, et à Sierra Bermeja (Málaga), avec 7 664 hectares. Ou cette même année 2022 dans la Sierra de la Culebra (Zamora), avec 25 228 hectares brûlés.

Portugal

Le Portugal n'est pas un cas isolé en matière d'incendies, et ceux-ci font la une de l'actualité chaque été. Ils ont tendance à être particulièrement actifs dans le nord du pays, où il y a une plus grande masse forestière et, en de nombreuses occasions, les moyens d'extinction sont dépassés, ils comptent donc sur les moyens espagnols pour les aider dans leur extinction. L'année 2017 a été la pire pour les lusitaniens avec 36 000 hectares touchés, avec notamment celui de Pedrógão Grande, pour lequel 1 700 pompiers ont été mobilisés et qui a fait 254 blessés, dont sept critiques. Dans la seule nuit du 17 au 18 juin, 156 incendies ont été enregistrés dans tout le pays.

Grèce

Pour rechercher les zones de danger potentiel d'incendie, il suffit de parcourir la côte méditerranéenne. Un autre exemple est la Grèce, qui a également subi en 2021 une importante série d'incendies de forêt au milieu d'une vague de chaleur sans précédent dans le pays. De grandes étendues de terre ont brûlé, menaçant même la capitale Athènes. L'aide internationale de pays comme l'Allemagne, la Croatie, Chypre, l'Égypte, l'Espagne, les États-Unis, la France, Israël, la Pologne, la Roumanie, la Suède, la Suisse et l'Ukraine a été nécessaire pour éteindre les incendies.

Turquie

La Turquie n'a pas non plus été épargnée par cette année 2021 fatidique – et c'est devenu une constante. Cette année-là, les incendies ont touché un total de 17 provinces et causé 4 décès. D'autres pays comme la Russie, l'Ukraine, l'Iran, l'Azerbaïdjan et l'Union européenne ont également apporté leur aide. Plus de 160 000 hectares ont été brûlés et le président turc Recep Tayyip Erdogan a qualifié les zones touchées de « zones sinistrées ».

Italie

Dans le cas de l'Italie, elle a perdu 110 000 hectares de surface forestière à cause des incendies de forêt pour la seule année 2021, soit quatre fois plus que la moyenne de la dernière décennie. Selon les données du Système européen d'information sur les incendies (EFFIS), plus de 400 incendies majeurs ont été enregistrés.

Algérie et Tunisie

De l'autre côté de la Méditerranée, ils sont aussi confrontés à des problèmes de feux de forêt. En Algérie, ceux-ci ont entraîné la mort de 65 personnes en 2021 et le premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a parlé de "tragédie nationale". Dans la Tunisie voisine, 165 incendies au total ont détruit plus de 4 800 hectares de forêt.

L'Amazonie

Un autre cas qui nous a laissé sous le choc en 2021 est celui de la forêt amazonienne. Le grand poumon vert du monde a été dévasté par des incendies, près de 300, dont la plupart sont concentrés au Brésil, selon le projet de surveillance de l'Amazonie andine (MAAP). L'année 2020 a été encore pire, avec 2 250 incendies tout au long de la saison et, fait étonnant, près de 70 % des incendies au Brésil provenaient de vastes zones qui avaient été déboisées.

Australie

L'Australie est un autre coin du monde qui doit apprendre à vivre année après année avec les incendies de forêt. 2019 et 2020 ont été les pires années jamais enregistrées dans le pays océanique avec 18 millions d'hectares brûlés, dont 12 millions de forêts et au cours desquels, selon le WWF, plus de trois millions d'animaux ont été victimes des flammes.

Photo : Jo Anne McArthur (Unsplash)

Arctique

Même le cercle arctique n'est pas épargné par le feu. Au cours de l'été 2020, les feux de forêt dans l'Arctique ont battu tous les records d'émissions de CO2, selon les scientifiques du Copernicus Atmospheric Monitoring Service (CAMS). L'Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète et voit déjà les incendies commencer à le menacer également.

La prévention est la clé

Et que pouvons-nous faire pour prévenir ces terribles incendies ? Du côté des gouvernements, l'élément fondamental est sans aucun doute la prévention. Cela suscite de nombreuses controverses, car ils sont accusés de ne pas fournir les moyens nécessaires tout au long de l'année, de ne pas nettoyer les forêts pendant l'hiver et de "soigner" plutôt que de "prévenir".

Photo : Karsten Winegeart (Unsplash)

Agir sur les causes qui en sont à l'origine

Greenpeace donne la solution : « Il est essentiel d'agir à la fois sur les causes qui sont à l'origine des incendies et sur celles qui les propagent. Sinon, quelle que soit la façon dont il a commencé, on sera face à un incendie difficile à contrôler. »

Photo : Marcus Kauffman (Unsplash)

Les arbres

Le WWF souligne également l'importance des arbres dans la prévention des incendies. Les arbres peuvent non seulement être des victimes, mais aussi la solution. « Ensemble, ils maintiennent le climat stable, captent d'énormes quantités de C02, libèrent de l'oxygène, créent de l'eau et forment des forêts qui abritent des millions de personnes et la majeure partie de la biodiversité de la terre », soulignent-ils. Ils rappellent par ailleurs qu'« il existe une relation directe entre les incendies, la déforestation et les pandémies ».

Photo : Kazuend (Unsplash)

Gestion forestière et aménagement du territoire

En ce sens, soulignent-ils auprès de l'ONG : « Les grands incendies ne s'éteignent pas avec de l'eau, mais avec la gestion forestière et l'aménagement du territoire. (…) Ce n'est qu'en réduisant la vulnérabilité du paysage à la propagation des flammes – avec des pare-feux, par exemple – que nous éviterons les grands feux de forêt ».

Sensibilisation et éducation à l'environnement

De plus, il est important que les responsables travaillent bien à la sensibilisation environnementale de leurs citoyens, en plus d'augmenter les contrôles et d'appliquer la loi dans tous les cas où la main de l'homme est responsable d'un incendie.

Photo : Alan Rodriguez (Unsplash)

Évitez de laisser des déchets dangereux

En ce qui concerne les gens individuellement, il y a plusieurs problèmes qui sont entre nos mains pour empêcher les incendies de se produire. Par exemple, éviter de laisser des déchets au milieu de zones dangereuses pouvant provoquer un incendie : bouteilles et autres objets en verre, cigarettes mal éteintes – même pas en les jetant par la fenêtre de la voiture –, etc.

Photo : Alessandro Cavestro (Unsplash)

Interdit de faire du feu

Il est également indispensable de respecter la réglementation interdisant de faire du feu dans les zones particulièrement vulnérables, que ce soit pour les loisirs, comme les barbecues, ou pour les activités agricoles, comme le brûlage des déchets verts. 95 % des incendies sont causés par des négligences de ce type.

Photo : Courtnie Tosana (Unsplash)

Espèces végétales contre le feu

Pour ceux qui ont des maisons à la campagne, il vaut mieux éviter d'orner son jardin avec des espèces végétales qui brûlent facilement, comme les cyprès ou l'Arizona. Sans parler évidemment d'éviter les problèmes décrits dans les deux points précédents au sein de votre propriété ou de ses environs.

Photo : Herbert Goetsch (Unsplash)

Véhicules à combustion

Nous devons également être très prudents avec l'utilisation de véhicules ou d'appareils mécaniques en pleine campagne – ce qui est important aussi dans le monde de l'agriculture et de l'élevage –. La surchauffe de ces véhicules à combustion ou un problème avec ceux-ci peut provoquer des incendies.

Photo : Reinhard Thrainer (Pixabay)

Comment réagir face à un incendie ?

De plus, dans le cas où l'on serait face à un incendie, il est important de savoir comment réagir. La première chose : avertissez les autorités compétentes et, en cas de danger, fuyez toujours dans la direction opposée à celle où le vent souffle ou par les côtés. Il faut chercher des plaines dégagées, éviter les coteaux ou les ravins, et toujours écouter les professionnels qui savent quoi faire.

Photo : Caleb Cook (Unsplash)

Notre avenir est en jeu

Il ne tient qu'à nous, malgré l'inévitable poussée provoquée par le changement climatique, d'éviter au maximum ces feux de forêts qui détruisent nos paysages, notre environnement naturel et nos moyens de subsistance. L'avenir de la Terre et de ses richesses environnementales et notre avenir sont en jeu.

Photo : Joanne Francis (Unsplash)

Más para ti