Un assaillant du Capitole a été condamné à sept ans de prison

La plus longue sentence
Coupable de cinq charges criminelles
Dédommagement et thérapie
Avant Reffit, la peine la plus longue était de 5 ans
Deux ans supplémentaires pour ne pas avoir plaidé coupable
Reffit s'est excusé auprès de la cour
Un manifeste depuis la prison
Plus de 860 émeutiers du Capitole inculpés
Une enquête longue et complexe
Plus de personnes inculpées
Des centaines de personnes accusées d'entrave à une procédure officielle
Une accusation facile à prouver
Qui a déjà été puni ?
Les hauts responsables du gouvernement sont-ils poursuivis ?
Des accusations criminelles contre Trump ?
Trump est également poursuivi en justice
La plus longue sentence

Lundi, un juge fédéral a condamné Guy Wesley Reffitt à plus de sept ans de prison, la peine la plus longue à ce jour dans une affaire découlant de l'émeute du Capitole.

Coupable de cinq charges criminelles

Reffit était membre d'une milice appelée les "Texas Three Percenters". Il a été reconnu coupable par un jury de cinq délits, dont le transport et le port d'une arme à feu dans l'enceinte du Capitole, l'entrave à la police du Capitole et l'obstruction à une procédure officielle.

"Les traîtres se font descendre"

Reffitt a également été reconnu coupable d'entrave à la justice pour avoir menacé sa fille et son fils. Le fils de Reffitt a témoigné à la barre que son père s'était radicalisé dans les mois qui précédaient l'attaque et que, pour les dissuader de parler aux autorités, il leur avait dit : "Les traîtres se font descendre".

Dédommagement et thérapie

Le juge Dabney L. Friedrich a également ordonné à Reffit de verser 2 000 dollars de dédommagement et de suivre un traitement de santé mentale.

Photo : Nik Shuliahin/Unsplash

Avant Reffit, la peine la plus longue était de 5 ans

Avant celle-ci, la peine la plus longue obtenue dans une affaire liée à l'attaque du Capitole était d'un peu plus de cinq ans, prononcée l'année dernière à l'encontre de Robert Palmer, un homme qui avait plaidé coupable pour avoir agressé un officier avec un extincteur.

Deux ans supplémentaires pour ne pas avoir plaidé coupable

Parce que Reffit n'a pas plaidé coupable comme des centaines d'autres personnes arrêtées en relation avec l'attaque et qu'il a été condamné, le juge Friedrich a déclaré que sa peine était prolongée de deux ans de plus que s'il avait conclu un accord.

Reffit s'est excusé auprès de la cour

Selon le New York Times, Reffitt s'est adressé à la cour, vêtu d'une combinaison orange et les cheveux tirés en arrière en une fine queue de cheval, et a déclaré : "Je voulais vraiment présenter des excuses. En 2020, j'étais un peu fou, tout a été un peu stupide."

Un manifeste depuis la prison

Cependant, la juge Friedrich a déclaré que, même si elle appréciait son sentiment, elle doutait de sa sincérité, étant donné que, pendant qu'il était en prison dans l'attente de sa condamnation, il avait collecté des fonds grâce à son incarcération, publiant des déclarations à caractère politique et avait dicté un "manifeste" à sa famille par téléphone.

Plus de 860 émeutiers du Capitole inculpés

Bien que Guy Reffitt soit le premier des participants à l'émeute du Capitole à avoir été reconnu coupable dans un procès avec jury, plus de 860 personnes ont déjà été inculpées.

Une enquête longue et complexe

Le ministère américain de la Justice affirme que son enquête sur les émeutes du Capitole est l'une des plus longues et des plus complexes qu'il ait jamais menées. Il a émis plus de 5 000 assignations à comparaître, saisi environ 2 000 appareils électroniques et examiné plus de 20 000 heures de séquences vidéo.

Plus de personnes inculpées

Parmi les autres personnes inculpées figurent le chef des Proud Boys, Enrique Tarrio, et Stewart Rhodes (photo), fondateur et chef des Oath Keepers. Ils ont été inculpés de conspiration, ainsi que d'autres membres de leurs groupes.

Des centaines de personnes accusées d'entrave à une procédure officielle

Tarrio et Rhodes sont accusés d'avoir tenté de s'opposer par la force au transfert du pouvoir présidentiel. Des centaines d'autres personnes ont été inculpées d'"obstruction à une procédure officielle".

Une accusation facile à prouver

L'obstruction à une procédure officielle est une accusation moins grave que la sédition ou l'insurrection, mais plus facile à prouver pour les procureurs. Elle est passible d'une peine maximale de 20 ans de prison. D'autres personnes ont été accusées d'infractions telles que l'agression de la police, le vandalisme, la conduite désordonnée et l'intrusion.

Qui a déjà été puni ?

Plus de 160 personnes ont plaidé coupable devant les tribunaux, dont Robert Palmer (l'homme qui a agressé un agent avec un extincteur) et Jacob Chalsney, l'homme qui s'est introduit au Congrès vêtu d'une cape de fourrure et d'un casque à cornes, qui a été condamné à plus de trois ans de prison.

Les hauts responsables du gouvernement sont-ils poursuivis ?

Jusqu'à présent, les procureurs ont engagé des poursuites contre les émeutiers, plutôt que contre toute personne qui pourrait être accusée de les avoir incités ou coordonnés. Cependant, le comité du 6 janvier, formé pour enquêter sur les émeutes, a conclu que Donald Trump a incité à la violence qui a résulté de l'attaque du Capitole.

Des accusations criminelles contre Trump ?

Néanmoins, il appartiendra au ministère de la Justice de décider si les preuves présentées lors des audiences du 6 janvier sont suffisantes pour déposer des accusations criminelles contre Trump.

Trump est également poursuivi en justice

Des membres démocrates du Congrès et deux officiers de police ont intenté un procès civil contre Trump. Ils affirment qu'il a incité la foule et qu'il est donc responsable des blessures subies par les policiers et les législateurs. L'affaire est actuellement examinée par le tribunal.

À lire aussi : Donald Trump : une série d'e-mails divulgués révèle les détails du plan des "faux électeurs"

Más para ti