La disparition du Grand Lac Salé aux États-Unis pourrait provoquer une tempête toxique

Une catastrophe environnementale en Utah
La boue du lac va polluer l'air
Arsenic
Métaux lourds
L'écosystème a atteint ses limites
La faune et la flore disparaîtront
Le lac n'a plus qu'un tiers de sa superficie d'origine
99 % de l'Utah victime de sècheresse
Problèmes d'approvisionnement d'eau ?
Le précédent du lac Owen en Californie
Le lac Owen sur une image satellite
La catastrophe de la mer d'Aral
Avant et après
En 2040, il n'y aura pas assez d'eau potable à Salt Lake City
La fin du Grand Lac Salé ?
Une catastrophe environnementale en Utah

Il a déjà perdu les deux tiers de sa surface. Et les choses ne sont pas encourageantes pour le dernier tiers. Le Grand Lac Salé de l'Utah, l'un des plus grands des États-Unis, s'assèche. Si cela continue, une nouvelle mer d'Aral se formera et la masse d'eau disparaîtra à tout jamais. Les conséquences vont au-delà de la désertification. Le 'New York Times' nous met en garde et décrit ce phénomène environnemental comme étant une "bombe à retardement".

La boue du lac va polluer l'air

Avec la baisse radicale du niveau de l'eau, les boues du lac sont exposées et, en s'asséchant, se transforment en une poussière qui peut être hautement toxique.

Arsenic

Selon les scientifiques cités dans le journal 'The New York Times,' la poussière émergera du lit de ce qui était autrefois le Grand Lac Salé, ce qui pourrait provoquer un grand nuage d'arsenic, un élément hautement toxique.

Métaux lourds

Cette "tempête toxique" pourrait également contenir des traces de métaux lourds, déversés dans le lac depuis des décennies en raison de l'importante de l'activité minière de la région.

Photo : Billy Clouse /Unsplash

 

L'écosystème a atteint ses limites

L'écosystème du Grand Lac Salé de l'Utah est au bord d'un effondrement irréversible. Bonnie Baxter, professeure de biologie à l'Université de Westminster, a déclaré au journal 'The New York Times' que la situation était dramatique.

La faune et la flore disparaîtront

Le Grand Lac Salé de l'Utah s'assèche depuis des années, mais ce n'est que récemment que la sonnette d'alarme a été tirée : car sans l'eau de ce lac, les insectes mourront et les oiseaux ne pourront plus se nourrir, ce qui aura un effet catastrophique sur la faune et la flore de la région.

Le lac n'a plus qu'un tiers de sa superficie d'origine

Selon les données du Service Géologique des États-Unis recueillies par 'Euronews', le Grand Lac Salé de l'Utah est passée d'une superficie d'environ 8 547 kilomètres carrés en 1980 à 2 590 kilomètres carrés aujourd'hui. Cela signifie qu'il ne reste qu'un tiers du lac à l'heure actuelle.

Photo : Source USGS - http://ut.water.usgs.gov/greatsaltlake/images/GSLmap2.jpg, domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1223825

"Bombe environnementale"

C'est Joel Ferry, membre républicain de la chambre des représentants de l'Utah, qui, dans le 'New York Times', a qualifié la situation environnementale du Grand Lac Salé comme étant une "bombe à retardement".

99 % de l'Utah victime de sècheresse

La désertification dans cet État est un phénomène persistant et inquiétant. Le gouverneur Spencer Cox a déclaré l'état d'urgence, affirmant que "99 % de l'Utah est touché par la sécheresse."

Problèmes d'approvisionnement d'eau ?

La maire de Salt Lake City, Erin Mendenhall, a également mis en garde contre cette sécheresse et a anticipé la possibilité que l'approvisionnement en eau soit compromis.

Le précédent du lac Owen en Californie

Ce qui se passe en Utah a déjà été observé en Californie lorsque le lac Owen s'est asséché. Cela s'est produit en 1926, lorsque l'eau de la rivière et des ruisseaux qui l'alimentaient a été détournée vers Los Angeles. Depuis lors, des nuages périodiques de poussière toxique contenant de l'arsenic, du cadmium et d'autres éléments dangereux sont apparus. La région est d'ailleurs très peu habitée.

Le lac Owen sur une image satellite

La destruction évidente du lac Owen est dramatique (voir l'image satellite), mais les dimensions du Grand Lac Salé sont nettement supérieures. La catastrophe en Utah est donc beaucoup plus importante que celle qui s'est produite en Californie

Photo : Source ISS Mission Expédition 28 - NASA Earth Observatory, domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=16446790

La catastrophe de la mer d'Aral

L'assèchement de la mer d'Aral constitue un autre précédent d'action humaine brutale sur une nappe aquifère. Dans les années 1960, l'ex-URSS avait voulu canaliser ses eaux et avait entraîné leur quasi-disparition.

 

Avant et après

La comparaison entre ce qui était autrefois la mer d'Aral et la maigre surface actuelle est réellement inquiétante.

En 2040, il n'y aura pas assez d'eau potable à Salt Lake City

Le réchauffement climatique, combiné à l'action incontrôlée de l'homme sur les terres, déclenche le phénomène de la sécheresse. Le Grand Lac Salé de l'Utah est en danger. Selon 'Euronews', les scientifiques estiment que d'ici à 2040, les ressources hydriques de la ville de Salt Lake City pourraient être épuisées.

Photo : Brandon Green/Unsplash

La fin du Grand Lac Salé ?

Si des mesures urgentes ne sont pas prises, le Grand Lac Salé de l'Utah pourrait devenir un désert. De plus, les populations voisines seraient inhabitables en raison de la poussière toxique. Nous espérons bien évidemment que ce scénario apocalyptique sera évité.

Photo : Michael Hart/Unsplash

 

Más para ti