L'UE pourrait imposer des sanctions contre Kirill
Le document du SEAE
Une menace
Un personnage controversé
Liens avec Poutine
Poutine a besoin de Kirill et Kirill a besoin de Poutine
Le Patriarche de Moscou et de toutes les Russies
Le Patriarche et les dirigeants du monde
Le Patriarche et le Pape
La rencontre en 2016 à Cuba
La visioconférence entre Moscou et le Vatican
Le Patriarche est-il favorable à la guerre en Ukraine ?
Un seul peuple
Le Patriarche et la guerre
L'homélie du dimanche du pardon
Les péchés de l'Occident
Salut humain
Le sens métaphysique de la guerre
Gay pride
Critique du sermon du dimanche sur le pardon
L'appel aux armes
Toute la faute de l'Occident
Influence mutuelle
Les mots de l'expert
La famille
La remontée spectaculaire
La nomination comme Patriarche de Moscou et de toutes les Russies
Le bon homme au bon moment
La candidature
Politique ecclésiastique
Conservatisme
Les prétendues rumeurs sur son entreprise
Sa chance
Un personnage clé
Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(1/36)
L'UE pourrait imposer des sanctions contre Kirill

La nouvelle, diffusée par France Presse puis reprise dans d'autres journaux comme Politico en Italie, sur les éventuelles sanctions que l'UE pourrait appliquer au patriarche Kirill Ier, dans le cadre du 6e lot de mesures contre la Russie, date du 4 mai.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(2/36)
Le document du SEAE

Selon le document du SEAE (Service européen pour l'action extérieure) consulté par Politico, la proposition, toujours soumise à l'approbation des pays membres, prévoit une liste de personnalités russes auxquelles l'UE pourrait décider d'appliquer de nouvelles mesures restrictives. Ils seraient 58 et il s'agirait surtout de militaires.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(3/36)
Une menace

Citant le document en question, Politico rapporte : « Le patriarche Kirill est donc chargé de soutenir ou de mettre en œuvre des actions ou des politiques qui compromettent ou menacent l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine, ainsi que la stabilité et la sécurité en Ukraine ».
Mais qui est cet homme qui est entré dans le collimateur de l'UE ? Découvrons-en plus sur ce personnage controversé.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(4/36)
Un personnage controversé

De nombreuses controverses ont circulé dans le passé et circulent encore aujourd'hui autour de la figure de Kirill Ier, le patriarche de l'Église orthodoxe russe. En fait, c'est une personne difficile à placer sur le spectre de la géopolitique mondiale, surtout ces derniers temps et à la lumière de ses dernières déclarations concernant la guerre en Ukraine.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(5/36)
Liens avec Poutine

Pour accroître l'aura de polémique qui entoure Kirill Ier, patriarche de Moscou et de toutes les Russies, il faut savoir qu'il a certainement un lien étroit avec les dirigeants politiques russes. Les médias du monde entier le pensent en effet très proche du Kremlin. La BBC parle justement de cela, de "ses liens étroits avec le président Vladimir Poutine".

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(6/36)
Poutine a besoin de Kirill et Kirill a besoin de Poutine

L'Église orthodoxe russe compte un nombre impressionnant de fidèles (environ 150 millions) et il n'est pas surprenant que la figure de son chef suprême joue un rôle très important non seulement sur le plan spirituel, mais aussi sur le plan politique. Poutine doit pouvoir compter sur le soutien des orthodoxes russes et Kirill, de son côté, sur celui du Kremlin, pour maintenir sa position de leader dans la hiérarchie ecclésiastique russe.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(7/36)
Le Patriarche de Moscou et de toutes les Russies

Pour comprendre la puissance de Kirill, il suffit de regarder la ligne d'horizon de Moscou : depuis 2010, une cinquantaine d'églises ont été construites et de nombreuses autres sont en construction. Moscou est le siège du Patriarcat, ou plutôt de l'Église orthodoxe russe dirigée par Kirill. Le patriarche préside plus de trente-six mille paroisses et ses fidèles sont plus de cent millions, soit environ un tiers des chrétiens orthodoxes du monde, comme le rappelle le rapport "God Save Russia".

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(8/36)
Le Patriarche et les dirigeants du monde

Kirill est sans aucun doute un homme avec beaucoup de pouvoir et il n'y a pas que Poutine qui le reconnaît : d'autres dirigeants ont compris à quel point lui et son influence ne doivent pas être sous-estimés et, pour cette raison, nous l'avons souvent vu aux côtés de personnalités de premier plan sur la scène mondiale, comme Barack Obama, le pape François, le président chinois Xi Jinping ou le dirigeant syrien Bashar al-Assad.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(9/36)
Le Patriarche et le Pape

C'est sous le patriarcat de Kirill, en effet, que les relations avec le Saint-Siège se sont en partie résolues, raccommodant une déchirure qui remontait au schisme oriental de 1054.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(10/36)
La rencontre en 2016 à Cuba

Aujourd'hui, cependant, les choses semblent s'être refroidies : malgré le fait qu'en 2016 leurs deux dirigeants, le pape François et Kirill Ier, aient été les protagonistes d'une étreinte historique qui semblait être la condition préalable à un message commun de paix entre les Églises chrétiennes de l'est et de l'ouest, ils semblent à nouveau éloignés. La cause en est, bien sûr, la guerre en Ukraine.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(11/36)
La visioconférence entre Moscou et le Vatican

Le 15 mars 2022, les deux responsables religieux ont tenu une conversation en ligne, mais, alors que la note du Vatican parle d'une rencontre « motivée par le désir d'indiquer un chemin vers la paix, de prier pour le don de la paix, de déposer les armes », le compte rendu côté russe souligne simplement le fait que « les parties ont souligné l'importance exceptionnelle du processus de négociation en cours, exprimant leur espoir de parvenir au plus vite à une paix juste », lit-on dans La Repubblica.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(12/36)
Le Patriarche est-il favorable à la guerre en Ukraine ?

Malgré une première (et très critiquée) minute de silence sur la guerre en Ukraine, les dernières déclarations de Kirill Ier sur le conflit ne laissent planer aucun doute. Dans une analyse de l'Église orthodoxe russe, 'The Guardian' rappelle les mots utilisés par Kirill décrivant Poutine comme un "miracle de Dieu".

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(13/36)
Un seul peuple

Toujours selon le journal britannique, "Alors que les bombes pleuvaient sur les villes ukrainiennes, il a déclaré que c'est 'la vérité de Dieu que les peuples de Russie, d'Ukraine et de Biélorussie doivent être réunis en un seul peuple spirituel' ", dans un message dans lequel les mots semblent faire écho à ceux du président russe, Vladimir Poutine.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(14/36)
Le Patriarche et la guerre

Défini par le magazine 'Famiglia Cristiana' comme un « porte-étendard de la guerre », le chef de l'Église orthodoxe a en fait rarement utilisé ce mot, « guerre », dans ses homélies, bien qu'il y ait fait allusion à plusieurs reprises.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(15/36)
L'homélie du dimanche du pardon

De fait, ses sermons sont bien loin de louer la paix et de dénoncer les tragédies de la guerre. Dans l'homélie du dimanche du pardon, par exemple, prononcée du haut de la chaire de la cathédrale du Christ Sauveur de Moscou, les mots utilisés par Kirill à propos du "déclenchement des hostilités" étaient plutôt incendiaires.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(16/36)
Les péchés de l'Occident

Le chef de l'Église orthodoxe a justifié le déclenchement de la guerre en déclarant : "depuis 8 ans, il y a eu des tentatives de détruire ce qui existe dans le Donbass, où il y a un rejet fondamental des soi-disant valeurs qui sont offertes aujourd'hui par ceux qui revendiquent le pouvoir mondial", comme on le lit dans La Repubblica. Il semblerait vouloir sous-entendre que la guerre, en réalité, est un affrontement nécessaire pour garantir la victoire des valeurs morales chrétiennes sur les péchés de l'Occident.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(17/36)
Salut humain

Kirill, en effet, dans son sermon, déclare : « Nous parlons de quelque chose de beaucoup plus important que la politique. Nous parlons du salut humain... nous sommes entrés dans une guerre qui n'a pas de sens physique, mais métaphysique », comme le rapporte Il Fatto Quotidiano.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(18/36)
Le sens métaphysique de la guerre

Alors que Poutine semblerait considérer la guerre en Ukraine comme la réponse à sa relecture de l'histoire plus récente, Kirill semblerait plutôt parler d'un véritable choc des civilisations : même sans jamais les nommer ouvertement, le sens de ses propos semblerait faire référence à des concepts comme ceux des croisades ou de la guerre sainte.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(19/36)
Gay pride

Pour le patriarche russe, la guerre en Ukraine représente donc le non des Russes à « ces valeurs proposées aujourd'hui par ceux qui revendiquent la domination mondiale ». Et il ajoute encore : « Pour entrer dans le club de ces pays, il faut organiser une gay pride. Pas faire une déclaration politique, dire 'nous sommes avec vous', ni signer le moindre accord, mais bien organiser une gay parade », tel que rapporté par la CNN.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(20/36)
Critique du sermon du dimanche sur le pardon

La critique acerbe de l'opinion publique, notamment occidentale, de ses propos ne s'est pas fait attendre. Parmi eux, on rapporte celui de Matthew Luxmoore, correspondant du Wall Street Journal chargé de couvrir la guerre en Ukraine, qui a commenté sur Twitter : « Il n'est pas surprenant que le patriarche orthodoxe russe Cyrille ait approuvé le récit de Poutine sur l'Ukraine dans un sermon. Selon lui, l'Occident organise essentiellement des campagnes de génocide contre des pays qui refusent d'organiser des défilés homosexuels ! ».

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(21/36)
L'appel aux armes

L'homélie du dimanche du pardon a été suivie d'autres interventions polémiques du patriarche de Moscou, à tel point que, en rapportant celle prononcée par Kirill lors d'une fête avec les forces armées, le XIXe siècle parle d'un véritable « appel aux armes ».

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(22/36)
"Tout notre peuple aujourd'hui doit se réveiller"

Toujours selon le journal proche du Saint-Siège, Kirill aurait en effet déclaré : « la plupart des pays du monde sont désormais sous l'influence colossale d'une force, qui aujourd'hui, malheureusement, s'oppose à la force de notre peuple », ajoutant : « Nous devons aussi être très forts. Quand je dis "nous", je veux dire, d'abord, les forces armées, mais pas seulement. Tout notre peuple aujourd'hui doit se réveiller, comprendre qu'un moment particulier est venu, dont dépend le destin historique de notre peuple ».

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(23/36)
Toute la faute de l'Occident

L'Occident serait donc responsable du déclenchement du conflit en Ukraine, dans sa stratégie visant à affaiblir la puissance de la Russie et à « faire des peuples frères des ennemis » sans ménager « les efforts et les fonds pour inonder l'Ukraine d'armes et d'instructeurs de guerre », comme le rapporte Avvenire.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(24/36)
Influence mutuelle

Malgré les nuances distinctes, la rhétorique utilisée par Kirill rappelle celle de Poutine, comme pour confirmer le lien étroit entre les deux et, probablement, l'influence qu'exercent réciproquement l'Église orthodoxe russe et le Kremlin.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(25/36)
Les mots de l'expert

Cyril Hovorun, professeur d'ecclésiologie et de relations internationales, a déclaré à al Jazeera : « Il ne s'agit pas seulement de la soumission complète de l'Église aux autorités politiques. L'Église a également essayé d'influencer le Kremlin. Et dans un sens, l'Église orthodoxe russe a réussi, parce que le Kremlin a adopté à un moment donné le langage politique de l'Église, qui s'est transformé en idéologie du monde russe. Cette idéologie est née avec l'Église et a ensuite été utilisée comme une arme par le Kremlin. »

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(26/36)
"L'aumônier du Kremlin"

Le pouvoir et l'influence de Kirill Ier ne sont donc pas à sous-estimer, tant il semble clair que sa mission spirituelle recoupe celle politique du Kremlin (l'Église considérée comme un pilier de l'État) et sa figure avec celle du président Poutine, au point qu'il a été appelé « aumônier du Kremlin ». Mais quelle est l'histoire de ce chef de l'Église orthodoxe russe ? Comment a-t-il atteint l'une des plus hautes marches de la hiérarchie ecclésiastique ?

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(27/36)
La famille

Kirill, né Vladimir Mikhailovich Gundjaev, est né en 1946 à l'époque de Leningrad, dans une humble famille de religieux dissidents : son grand-père fut parmi les premiers à être emprisonné dans le camp de concentration des îles Solovetsky où il passa 30 ans, tandis que son père était condamné à trois ans de travaux forcés à Kolyma. Il ne semblerait pas possible qu'un patriarche puisse provenir de cette famille, et pourtant...

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(28/36)
La remontée spectaculaire

Moine depuis 1969, sa carrière ecclésiastique a été fulgurante. Il termine ses études à l'Académie de théologie de Leningrad-Saint-Pétersbourg, dont il devient d'abord professeur, puis recteur. En quelques années, il a été nommé d'abord évêque de Vyborg (1976), puis archevêque de Smolensk (1984) et en 1988 de Kaliningrad et enfin métropolite (1991), gravissant avec une certaine habileté l'échelle hiérarchique de l'Église orthodoxe russe.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(29/36)
La nomination comme Patriarche de Moscou et de toutes les Russies

En 1989, le patriarche Alexis II de l'époque l'a choisi comme chef du département des relations ecclésiales extérieures et membre permanent du Saint-Synode, profitant de ses talents de diplomate et de la facilité avec laquelle il a su se mouvoir dans le dédale des relations avec les autres confessions.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(30/36)
Le bon homme au bon moment

Le ministère a été créé en 1946 précisément pour gérer les relations entre l'État et les différentes confessions : Kirill était l'homme qu'il fallait au bon moment. L'archevêque et théologien Ilarion Alfeev dira que, sous la direction de Kirill, le ministère sera transformé en « une école de pensée, un laboratoire d'innovations au service de l'Église ».

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(31/36)
La candidature

Le 27 janvier 2009, après la mort d'Alexis II, Kirill dément toutes les prédictions de son enfance et est élu patriarche, le 16e de l'histoire de l'Église orthodoxe russe, avec une large majorité des suffrages (508 voix sur 702).

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(32/36)
Politique ecclésiastique

Beaucoup le considèrent comme un innovateur, mais il n'est pas exempt de critiques de la part de ceux qui le jugent trop proche des catholiques. Déjà à l'époque, en effet, beaucoup prédisaient une possible rencontre du patriarche russe avec le "Pape RIMSKY", le Pape de Rome ", comme ce fut le cas en 2016 lors de la rencontre historique des deux à Cuba.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(33/36)
Conservatisme

En réalité, Kirill n'a jamais été un réformateur, ni un modernisateur complet : selon le Sun24ore, il serait, en effet, opposé à toute réforme de l'Église au sens liturgique ou doctrinal. Avec Poutine, il est plutôt le promoteur d'une pensée et d'une vision purement conservatrices, qui attaquent et critiquent les dérives du modèle occidental.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(34/36)
Les prétendues rumeurs sur son entreprise

Pourtant, il semblerait qu'il ne soit pas entièrement immunisé contre les « péchés du matérialisme occidental » et les intrigues. Au fil des ans, en effet, on a parlé de son éventuel passé d'agent du KGB (où, selon la rumeur, il aurait rencontré Poutine) et de nombreuses activités troubles, comme l'importation sans taxe de tabac et d'alcool ou le scandale du « pétrole contre nourriture » en Irak.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(35/36)
Sa chance

Ces activités lui auraient permis d'amasser une fortune 'décente', qui comprendrait des propriétés et des yachts, ainsi qu'une montre à 30 000 dollars qui figurait au poignet du Patriarche sur une photographie : le scandale fut tel que la photo fut retouchée avec Photoshop, même si la retouche n'était pas exactement parfaite : ils ont oublié d'effacer le reflet de la "mystérieuse" montre sur la table.

Internacional
Kirill Ier, le patriarche controversé de l'Église orthodoxe russe, dans le collimateur des sanctions de l'UE
(36/36)
Un personnage clé

En tout cas, au-delà des scandales, des mystères et des polémiques autour de cette figure, sa proximité avec Vladimir Poutine, sa capacité à amplifier son message du haut d'une chaire, ses coups continus pour la défense de la guerre en Ukraine font de lui l'une des figures incontournables de ce moment. Et, très probablement, de l'histoire en général.

Más para ti