Si les vaccins actuels ne protègent pas d'Omicron, faudra-t-il un nouveau vaccin ?

L'arrivée d'Omicron
La communauté scientifique est prête
Un
Les mutations deviennent plus fortes grâce à la sélection évolutive
Un plus grand risque de réinfection
Restrictions de voyage
Nos vaccins fonctionnent-ils contre Omicron ?
Ce qu'en disent les labos
Une promesse à 100 jours
Une menace pour notre immunité
Début 2022
Une injection de rappel
Omicron est maintenant en Europe et en Grande-Bretagne
Pas de nouvelles restrictions aux États-Unis
Mieux vaut prévenir que guérir ?
Des blocages au niveau national
La venue de l'hiver
L'expérience est utile pour faire face à Omicron
L'arrivée d'Omicron

La nouvelle variante du coronavirus, Omicron, a suscité l'inquiétude dans le monde entier. Des dizaines de pays ont limité le trafic aérien vers les pays d'Afrique australe où cette souche a été découverte. Mais restez calme : les vaccins actuels peuvent fonctionner et, dans le cas contraire, la science a une réponse.

La communauté scientifique est prête

Les craintes d'un retour aux premiers jours de la pandémie, avec des blocages complets, sont exagérées. Les experts en savent désormais beaucoup plus et sont mieux préparés à la combattre.

Un "variant préoccupant"

Le 26 novembre, l'Organisation mondiale de la santé a déclaré Omicron "variant préoccupant". La souche porte environ 32 mutations des protéines spike, qui sont les parties d'un virus qui interagissent avec les cellules. Le variant Delta, qui est rapidement devenu une souche dominante dans le monde entier, ne compte que 10 mutations.

Les mutations deviennent plus fortes grâce à la sélection évolutive

Jesse Bloom, biologiste de l'évolution au Fred Hutchinson Cancer Research Center, explique dans le New York Times pourquoi les experts s'inquiètent de ce nouveau variant. "En principe, les mutations peuvent s'opposer les unes aux autres", dit-il. "Cependant, dans ce cas, la sélection évolutive est plus susceptible de conduire à la propagation d'un nouveau variant avec des combinaisons de mutations favorables qu'un variant avec des combinaisons [défavorables]." En d'autres termes, le nouveau variant découvert s'est probablement renforcé sous l'effet de la sélection naturelle.

Un plus grand risque de réinfection

Il faudra des semaines pour étudier pleinement le nouveau variant, mais l'OMS a déjà publié des données préliminaires montrant qu'Omicron présente un "risque plus élevé de réinfection par rapport aux autres variants préoccupants".

(Sur la photo, Tedros Adhanom, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé).

Restrictions de voyage

De nombreuses personnes craignent que cela signifie que la pandémie s'étende davantage, avec de nouveaux blocages et restrictions. Des pays tels que les États-Unis et les membres de l'Union européenne ont imposé de sérieuses restrictions à l'Afrique du Sud et à ses pays voisins.

Nos vaccins fonctionnent-ils contre Omicron ?

Cependant, un nouveau variant ne signifie pas nécessairement qu'un nouveau vaccin est nécessaire. Le New York Times rapporte qu'à l'heure actuelle, des dizaines d'équipes scientifiques travaillent 24 heures sur 24 dans le monde entier pour savoir si les vaccins actuels fonctionnent contre Omicron.

Ce qu'en disent les labos

Des sociétés pharmaceutiques telles qu'AstraZeneca, Moderna, Johnson & Johnson, Pfizer et BioNTech ont indiqué à CNBC qu'elles étudiaient le variant Omicron au fur et à mesure de son évolution.

Une promesse à 100 jours

Pfizer et BioNTech ont déclaré à Reuters que, tout en attendant de nouvelles données prochainement, ils estiment qu'un nouveau vaccin conçu pour Omicron pourrait être prêt dans une centaine de jours.

Une menace pour notre immunité

Une déclaration de Moderna, publiée le jour même où l'OMS a déclaré qu'Omicron était une variante préoccupante, fait valoir que la combinaison de mutations dans ce variant "représente un risque potentiel important qui pourrait accélérer le déclin de l'immunité naturelle et induite par la vaccination".

Début 2022

Paul Burton, directeur médical de Moderna, a été cité par CNBC comme ayant déclaré qu'un nouveau vaccin pourrait être prêt "au début de 2022". C'est également à cette époque qu'il commencera à être produit en grande quantité. La société pharmaceutique a "mobilisé des centaines" d'employés pour étudier Omicron.

Une injection de rappel

Jusqu'à présent, seule une injection de rappel de l'un des vaccins homologués existants a été recommandée comme stratégie de fortune contre la variante Omicron. Les experts cités par The Guardian s'accordent à dire que les effets d'Omicron se feront davantage sentir dans les pays où les personnes vaccinées sont moins nombreuses.

Omicron est maintenant en Europe et en Grande-Bretagne

Le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie, le Japon, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Italie et l'Espagne figurent parmi les pays qui ont signalé des cas du variant Omicron jusqu'à présent. Sur la photo, le Premier ministre britannique Boris Johnson rend visite à des personnes recevant le vaccin de rappel dans un hôpital de Londres.

Pas de nouvelles restrictions aux États-Unis

En réaction au variant Omicron, les gouvernements ont généralement exprimé leur inquiétude, mais il existe des différences de ton entre plusieurs pays. Le président américain Joe Biden, par exemple, a déclaré que la nouvelle souche était "une cause d'inquiétude, pas une cause de panique". Il a ajouté qu'aucun nouveau blocus ou mesure restrictive n'était nécessaire pour l'instant.

Mieux vaut prévenir que guérir ?

D'autres pays ont opté pour des mesures radicales. Le Japon, par exemple, a interdit à tous les étrangers d'entrer sur son territoire. Un seul cas détecté dans le pays a incité le gouvernement à décréter une fermeture totale des frontières.

Des blocages au niveau national

Avant la découverte d'Omicron, des pays tels que l'Autriche, la Russie et les Pays-Bas avaient déjà imposé des mesures de confinement et d'autres restrictions pour endiguer le nombre croissant de cas de Covid-19 sur leur territoire.

La venue de l'hiver

Le risque d'une augmentation des cas de Covid-19 en hiver était déjà une source d'inquiétude pour les pays de l'hémisphère nord. Certains craignent que cet hiver ne soit encore plus rude que le précédent, puisque des endroits inhabituels comme l'Espagne (photo) et le Texas ont été confrontés à des tempêtes de neige sans précédent.

L'expérience est utile pour faire face à Omicron

Nous ne savons toujours pas grand-chose sur Omicron et il reste encore beaucoup de travail à faire, surtout si d'autres variants apparaissent. Cependant, il est vrai que l'expérience de deux ans de gestion du coronavirus est d'une grande aide pour la communauté scientifique. Et un vaccin est toujours la réponse.

Más para ti