Quel pays pourrait être la prochaine cible de Poutine ?

Destination de la prochaine invasion ?
Moldavie : ancienne république soviétique sous influence roumaine
Poutine a besoin d'un corridor en Moldavie jusqu'en Transnistrie
Moldavie : un pays pacifique et agricole
De grands vins
Gagaouzes : également du côté des Russes
Un pays tranquille
Unification avec la Roumanie
Une femme présidente
Difficile pour ce pays d'entrer dans l'Union européenne avec la Russie à côté
L'armée moldave n'est pas un ennemi avec lequel il faut compter
Le danger de prolonger la guerre
Y aura-t-il une résistance populaire en Moldavie face à l'invasion ?
La Moldavie a toujours souhaité un équilibre entre l'Occident et l'Orient
Mais la guerre est imprévisible
Retour à la Grande Russie
Destination de la prochaine invasion ?

Comme l’a récemment déclaré Avril Haines, directrice du renseignement national américain, la guerre menée par la Russie sera longue et d’autres pays pourront être touchés. Selon Haines et de nombreux autres analystes, la Moldavie serait désormais dans la ligne de mire de Poutine.

Moldavie : ancienne république soviétique sous influence roumaine

La Moldavie est limitrophe de l’Ukraine et le pays est également une ancienne république soviétique. La capitale est Chisinau (en photo). Jusqu’en 1940, la Moldavie fait partie de la Roumanie. D’ailleurs, les deux pays entretiennent des liens très forts. Mais, alors, pourquoi les Russes seraient prêts à envahir cette nation ?

Image : Vitalie Sitnic / Unsplash

Poutine a besoin d'un corridor en Moldavie jusqu'en Transnistrie

En réalité, le président russe souhaiterait ouvrir un couloir ou un passage sur le territoire moldave pour que son armée puisse atteindre la Transnistrie (photo), une république pro-russe, devenue indépendante en 1990 et qui pourrait servir de point de ravitaillement aux troupes russes. La Transnistrie arbore sur son drapeau la faucille et le marteau de l’ex-URSS, dans un élan de nostalgie de l’empire soviétique.

 

Moldavie : un pays pacifique et agricole

La Moldavie (un pays d’à peine 12 millions d’habitants) pourra donc être également impliquée dans la guerre. C’est un pays essentiellement agricole.

Image : Vlad Gregurco / Unsplash

De grands vins

Les vins moldaves sont particulièrement appréciés. La région de Cricova est mondialement connue pour sa production de vins de grande qualité.

Image : Calin Stan

Gagaouzes : également du côté des Russes

Dans le cadre de la complexité de ce qui était l’ancienne Union soviétique, il convient de noter qu’en Moldavie, il existe une importante communauté ethnique appelée Gagaouze, qui a des racines turques, mais qui est chrétienne orthodoxe et fidèle au patriarche de Moscou (le controversé Kirill), qui fait partie du cercle de Poutine. On recense 200 000 Gagaouzes et, comme on peut voir sur la photo, ce peuple possède son propre drapeau.

Un pays tranquille

La Moldavie est un pays plutôt tranquille et où il fait bon vivre (sauf au début des années 1990, pendant le conflit en Transnistrie) et, dans cette guerre, le pays s’est contenté d’accueillir des centaines de milliers de réfugiés ukrainiens, ajoutant ainsi aux efforts de solidarité de nombreux autres pays.

Image : Vadim Russu / Unsplash

Unification avec la Roumanie

Il existe un courant politique et social qui prône une unification de la Moldavie avec la Roumanie (en fait, il existe une région appelée Moldavie au sein de la Roumanie), mais la réalité est que ce processus de retour aux sources n’a jamais été sérieusement envisagé. Le pays a préféré préserver son indépendance, même si son drapeau (sur la photo) est pratiquement le même que celui de la Roumanie.

Une femme présidente

Une femme est à la tête de cette nation : Maia Sandu (en photo), une économiste. Elle souhaite intégrer l’Europe et a déposé une candidature formelle d’adhésion, seulement l’européanisme de la Moldavie est désormais menacé par la Russie.

Difficile pour ce pays d'entrer dans l'Union européenne avec la Russie à côté

Les aspirations au rapprochement avec l’UE sont compliquées dans les anciennes républiques soviétiques. Un pourcentage important de la population moldave est favorable à l’adhésion (tout comme l’Ukraine), mais la Russie ne voit pas cette démarche d’un bon œil. Pour l'instant, les aspirations pro-européennes de la Moldavie se limitent à des peintures murales comme celle de la photo et à un partenariat commercial très important avec l’Europe.

L'armée moldave n'est pas un ennemi avec lequel il faut compter

Autre fait à prendre en compte : la Moldavie dispose de forces armées insuffisantes. L’organisation GFP (Gobal Fire Power) indique des données de la puissance aérienne du pays : la Moldavie possède seize hélicoptères, quatre hélicoptères d’attaque et un avion de transport. Donc, pas vraiment de quoi arrêter les troupes russes. Mais, le président du Conseil européen, Charles Michel, a récemment déclaré que l’Union européenne allait considérablement accroître son soutien militaire à la Moldavie.

Le danger de prolonger la guerre

Cependant, même si une invasion de la Moldavie est très probable, Poutine y songe à deux fois : car le fait d’étendre la guerre à un deuxième pays pourrait augmenter les tensions de la Russie avec le reste du monde.

Y aura-t-il une résistance populaire en Moldavie face à l'invasion ?

Il reste à voir comment les dirigeants et le peuple moldaves réagiront face à une invasion. Au-delà de la condamnation évidente pour violation de leur souveraineté, peut-il y avoir une résistance à l’envahisseur russe à la hauteur de celle de l’Ukraine ?

La Moldavie a toujours souhaité un équilibre entre l'Occident et l'Orient

Dans le cas de la Moldavie, les choses seront probablement plus faciles pour la Russie. Comme nous l’avons déjà dit auparavant, le pays n’est pas préparé militairement et a toujours essayé de trouver un équilibre entre ses racines européennes et ses années de coexistence avec la Russie au sein de l’Union soviétique.

Image : Dorin Semeret / Unsplash

Mais la guerre est imprévisible

Toutefois, comme on l'a vu avec l’Ukraine, le cours d’une guerre est imprévisible. Parfois, même pour une puissance militaire comme la Russie, il n’est pas si facile de gagner rapidement.

Retour à la Grande Russie

Poutine réussira-t-il à ramener la Russie à ses frontières impériales soviétiques ou à l’époque des tsars en absorbant des républiques comme la Moldavie ? Nous ne connaissons pas encore ses intentions, mais ça, c’est une autre histoire.

Lire aussi: La guerre en Ukraine vue du côté russe : les raisons avancées par Poutine

Más para ti