Les meilleures stratégies pour démasquer un menteur

Y'a-t-il de bonnes raisons de mentir ?
Les types de mensonges
La différence entre les mensonges blancs et les mensonges noirs
Les mensonges blancs font-ils moins mal ?
Les mensonges blancs
Recherches et questionnaires
Quand on raconte des mensonges
La hâte est l'une des causes
Les conséquences pour ceux qui trompent
Le prix des mensonges
Si l'honnêteté est une valeur pour nous
Se mentir à soi-même
Tricher aux examens ?
Dissiper les doutes et démystifier les mythes
Déboulonner les mythes (1)
Un menteur peut-il être repéré grâce à ses yeux ?
Déboulonner les mythes (2) : le sérum de vérité
Déboulonner les mythes (3)
Le polygraphe
Une première technique
Mesurer l'effet Pinocchio
Notre nez ne s'allonge pas quand nous mentons, mais...
Des techniques utiles, mais... impossibles à utiliser au quotidien !
Des conclusions révélatrices
Théories sur le mensonge
Les signes à surveiller
Les effets d'une tâche secondaire sur les déclarations d'opinion vraies et fausses
Jouez finement !
Si le menteur tombe dans le piège
Le résultat de l'expérience ?
Si vous êtes des menteurs...
Y'a-t-il de bonnes raisons de mentir ?

Carlos Ruiz Zafón a écrit : "Il y a peu de raisons de dire la vérité. Alors que celles qui justifient le mensonge sont infinies". Il avait probablement ses raisons pour écrire cela, mais quiconque a eu affaire à un menteur ou une menteuse sera-t-il assez magnanime pour accepter volontiers cette justification ?

Les types de mensonges

C'est précisément aux mensonges que Janina Steinmetz et Ann-Christin Posten ont consacré un article, publié dans la revue de psychologie InMind, en les distinguant en deux catégories : les "mensonges blancs" et les "mensonges noirs".

Photo : Gerd Altmann / Pixabay

La différence entre les mensonges blancs et les mensonges noirs

Les premiers seraient ceux dits dans un but bienveillant, pour ne pas heurter la sensibilité et éviter la déception des autres. Les seconds, au contraire, seraient ceux nés du désir d'obtenir un bénéfice pour soi, le plus souvent aux dépens de l'autre interlocuteur.

Photo : Joshua Hoehne / Unsplash

Les mensonges blancs font-ils moins mal ?

À la lumière de cette classification, il semblerait presque évident de considérer les mensonges blancs comme un petit péché véniel facilement pardonnable. Les noirs, en revanche, apparaitraient comme des actes dignes d'un cercle infernal. Mais les deux auteurs de l'article, professeurs aux universités d'Utrecht et de Cologne, ne sont pas entièrement convaincus par cette distinction.

Photo : Pawel Czerwinski / Unsplash

Les mensonges blancs

Répondre oui à une amie qui nous demande si on aime sa nouvelle coupe de cheveux, même si ce n'est pas la vérité, peut ne pas s'apparenter à un drame, c'est vrai. Et, avouons-le, nous avons tous, au moins une fois dans notre vie, dit un tel mensonge. Sommes-nous donc malhonnêtes ?

Photo : Toa Heftiba / Unsplash

Recherches et questionnaires

En fait, il semblerait que oui. Le fait devient plus évident lorsque nous considérons un autre exemple de pieux mensonge. Selon les auteurs, "même les personnes qui répondent à des études de marché ou à des questionnaires sur les comportements liés à la santé ont souvent tendance à fournir des réponses qui peuvent plaire à la personne qui pose les questions".

Image parGerd Altmann de Pixabay

Quand on raconte des mensonges

De plus, si vous êtes stressé et vous vous sentez coincé, il vous est plus facile de mentir, sans évaluer pleinement les conséquences de votre comportement.

Photo : Kevin Ku / Unsplash

La hâte est l'une des causes

C'est ce que confirme le professeur Shaul Shalvi, psychologue et maître de conférences en éthique comportementale à l'université d'Amsterdam : "Quand les gens agissent rapidement, ils essaient de faire tout leur possible pour obtenir un profit, même si cela les amène à mentir. Avoir plus de temps disponible en revanche rend les gens plus réfléchis et permet de mieux évaluer les conséquences d'un mensonge".

Photo: Towfiqu barbhuiya / Unsplash

Les conséquences pour ceux qui trompent

Les conséquences des mensonges noirs, en revanche, sont assez évidentes, surtout si l'on prend en compte celui qui est trompé. Toutefois, l'étude des deux enseignants allemands va plus loin et analyse également les effets du mensonge noir sur celui qui ment.

Photo : Bradyn Trollip / Unsplash

Le prix des mensonges

Selon les deux savants, mentir et tromper est psychologiquement coûteux, même pour le menteur lui-même. À cet égard, ils précisent le concept en déclarant : "Les coûts d'un mensonge sont étroitement liés à ce que les gens pensent d'eux-mêmes".

Photo : Diego Rosa / Unsplash

Si l'honnêteté est une valeur pour nous

Par exemple, si nous sommes des personnes qui considèrent l'honnêteté comme une valeur importante, mentir pour nous aura un coût psychologique élevé. Et si nous mentons à une personne qui nous est chère, encore plus.

Photo : Becca Tapert / Unsplash

Se mentir à soi-même

Et si la personne à qui on ment... eh bien, c'est nous-mêmes... la situation devient dramatique, car on pourrait même aller jusqu'à surestimer nos capacités, avec toutes les conséquences que cela entraîne.

Photo : Tswedensky / Pixabay

Tricher aux examens ?
C'est ce que confirme une expérience menée par Zoe Chance, de la Harvard Business School, sur 76 étudiants : ils ont été autorisés à tricher à un test de mathématiques. Le résultat ? Ceux qui avaient triché avaient commencé à tellement croire leur mensonge qu'ils étaient convaincus qu'ils pouvaient passer des épreuves encore plus difficiles. (Bien qu'en réalité, ce n'était pas le cas.)
Photo : Shubham Sharan / Unsplash
Dissiper les doutes et démystifier les mythes

Dans tous les cas, quelles que soient les raisons qui nous poussent à dire un mensonge et ses éventuelles conséquences, la situation change si nous sommes de l'autre côté, c'est-à-dire si nous sommes les victimes d'une tromperie. Aimeriez-vous être en mesure de reconnaître si les gens vous mentent ou non ? Eh bien, la science vient à notre rescousse, dissipant certains mythes et nous donnant des indications qui pourraient nous être utiles.

Déboulonner les mythes (1)
Au cas où vous seriez sûr de pouvoir démasquer un menteur simplement en le regardant dans les yeux, nous sommes désolés de vous décevoir : en réalité, c'est impossible, ou du moins c'est ce qu'affirme une étude de l'Université du Hertfordshire.
Photo : StockSnap / Pixabay
Un menteur peut-il être repéré grâce à ses yeux ?

Le professeur Richard Wiseman a mené une expérience centrée sur l'analyse et la comparaison du comportement des sincères et des menteurs : le résultat est que, selon lui, il serait absolument impossible de reconnaître un menteur au mouvement rapide des pupilles, comme on le pense habituellement.

Photo : Rhand McCoy / Unsplash

Déboulonner les mythes (2) : le sérum de vérité

Selon les psychologues, même le Sodium Pentothal, dit sérum de vérité, ne permettrait pas d'identifier un mensonge : sous l'effet du sérum, une personne perd les filtres mentaux dont elle dispose normalement et devient bavarde, donnant une infinité d'informations, mais il n'est pas dit qu'il n'y ait pas de mensonge parmi tout ce qu'elle raconte.

Photo : Fathromi Ramdlon / Pixabay

Déboulonner les mythes (3)

En réalité, il n'existe même aucun type d'appareil qui, connecté à notre corps, puisse donner une certitude absolue sur notre sincérité. Et le polygraphe des tribunaux américains ? Non, même pas ça.

Le polygraphe

Le polygraphe, en effet, mesure simplement notre niveau de stress et d'anxiété lorsque nous sommes soumis à une question. De nombreux scientifiques sont convaincus qu'il peut être facilement trompé et que ses résultats ne correspondent pas toujours à la vérité, car pour certaines personnes, raconter un mensonge n'est pas une source de stress.

Une première technique
Pour savoir si une personne ment, un test pourrait être utilisé, conçu par certains chercheurs de l'Université de Grenade, qui utilise la thermographie : les résultats, assurent-ils, auraient un niveau de précision de 80 %.
Mesurer l'effet Pinocchio

Selon la recherche espagnole, pour mesurer le soi-disant "effet Pinocchio" et démasquer un menteur, il faut considérer deux zones du visage, le front et, comme nous l'enseigne la célèbre marionnette en bois... le nez !

Photo : Jacqueline Macou / Pixabay

Notre nez ne s'allonge pas quand nous mentons, mais...

Le chercheur principal, Emilio Gómez Milán, précise : « Lorsque nous mentons, la température de la pointe du nez chute entre 0,6 et 1,2 ºC, tandis que celle du front augmente entre 0,6 et 1,5 ºC. Plus la différence de température entre les deux zones du visage est importante, plus cette personne est susceptible de mentir ».

Des techniques utiles, mais... impossibles à utiliser au quotidien !

Mais, bien que cette technique et celle du polygraphe soient utiles, par exemple, lors des interrogatoires et dans les tribunaux, il nous semble évident que leur utilisation dans la vie de tous les jours n'est pas envisageable. Bref, on ne peut pas se balader avec un thermographe dans le sac à dos et mesurer la température du nez de nos interlocuteurs pour savoir s'ils se moquent de nous ou pas !

Photo : Markus Winkler / Pexels

Des conclusions révélatrices

En effet, presque tous les savants semblent s'accorder sur un fait : il est quasiment impossible d'établir avec une certitude absolue si quelqu'un nous dit un mensonge ou la vérité, mais il faut continuer d'essayer de déceler ce qu'il en est. Et, dans certains cas, des études ont abouti à des conclusions qui peuvent être révélatrices.

Photo : Brett Jordan / Unsplash
Théories sur le mensonge

Voici quelques théories concrètes qui peuvent vous aider dans la tâche ardue de démasquer un menteur : la première est résumée par le professeur Aldert Vrij, du département de psychologie de l'université de Portsmouth, dans son livre Detecting lies and deceit : Pitfalls and opportunities.

Les signes à surveiller

Selon le savant néerlandais, pour reconnaître un menteur, il suffit de suivre les instructions suivantes :

  1. Avoir un soupçon
  2. Poser au menteur des questions pièges
  3. Ne pas divulguer d'informations importantes
  4. Être informé et bien documenté
  5. Demander au menteur de répéter une partie de son histoire
  6. Écouter et observer attentivement
  7. Comparer le comportement du menteur dans d'autres environnements

Facile, non ?

Les effets d'une tâche secondaire sur les déclarations d'opinion vraies et fausses

Mais le sujet du mensonge continue de fasciner le professeur de l'université de Portsmouth, qui a récemment publié une autre étude sur le sujet, intitulée "The Effects of a Secondary Task on True and False Opinion Statements" (Les effets d'une tâche secondaire sur les déclarations d'opinion vraies et fausses).

Photo : Peggy Anke / Unsplash

Jouez finement !
Selon cette dernière étude, publiée dans l'International Journal of Psychology and Behavior Analysis, si vous voulez reconnaître un menteur, vous devez jouer au plus malin et le distraire du fait que vous voulez vérifier ses dires en lui demandant de se concentrer sur d'autres tâches secondaires.
Photo : Mical Jarmoluk de Pixabay
Si le menteur tombe dans le piège
L'effort mental impliqué dans l'exécution de la tâche secondaire, couplé à celui impliqué dans la conception de mensonges, devrait être insupportable pour le cerveau de l'homme moyen. "Les menteurs sont souvent plus préoccupés par la tâche que par le fait de se rappeler de continuer à mentir", expliquent les chercheurs.
Le résultat de l'expérience ?

Les menteurs n'ont pas été en mesure de répondre immédiatement, certaines réponses étaient invraisemblables ou peu claires, soutiennent les chercheurs. Et ils ajoutent, cependant, que si la tâche secondaire à accomplir est compliquée, comme conduire sur une route de montagne, alors les résultats des tests s'améliorent considérablement.

Photo : ian cylkowsk / Unsplash

Si vous êtes des menteurs...
Si vous êtes des menteurs, tant pis ! Considérez que le risque d'être démasqué, bien que faible, existe ! Dites simplement quelques mensonges sur votre âge et votre taille sur les sites et applications de rencontres. Selon une étude de l'Université du Michigan réalisée par Nicole Ellison, les petits mensonges en ligne sont facilement pardonnables (tant qu'ils restent petits). Mais, peut-être que dire la vérité pourrait aussi vous assurer un deuxième rendez-vous, qui sait.
Photo : Ben White / Unsplash

Más para ti