Les conséquences dramatiques de la sécheresse en Somalie : plus de 300 000 enfants risquent de mourir

Famine en Somalie
La Somalie a déclaré l'état d'urgence
Près de la moitié de la population somalienne est confrontée à l'insécurité alimentaire
La pire sécheresse en 40 ans
Plus d'un million d'enfants ont un besoin urgent de soins
Sur la ligne de front de la crise climatique
Pire que la famine de 2011
Une combinaison de malnutrition et de maladie
La vie des Somaliens est également menacée par la guerre en Ukraine
Une course contre la montre
La présence de combattants rend difficile l'accès au sud de la Somalie
Un manque de moyens financiers
Un envoyé spécial pour la sécheresse
Demande d'aide internationale
Le G7 se réunit ce mois-ci pour discuter de la situation
Le réchauffement climatique : la plus grande menace pour la santé de l'humanité
Famine en Somalie

Les agences des Nations Unies mettent en garde contre une famine en Somalie et une recrudescence des décès d'enfants dans toute la Corne de l'Afrique si leurs appels de fonds urgents pour sauver la vie de centaines de milliers d'enfants souffrant de malnutrition restent sans réponse.

La Somalie a déclaré l'état d'urgence

Le pays a connu quatre saisons des pluies consécutives sans succès, plongeant une grande partie du pays dans une grave sécheresse et incitant le gouvernement à déclarer l'état d'urgence.

Près de la moitié de la population somalienne est confrontée à l'insécurité alimentaire

Les agences ont également indiqué que quelque 7,1 millions de Somaliens, soit près de la moitié de la population, sont confrontés à des niveaux élevés d'insécurité alimentaire, ce qui signifie qu'ils pourront à peine obtenir les calories minimales dont ils ont besoin.

La pire sécheresse en 40 ans

La Corne de l'Afrique connaît sa quatrième année consécutive d'absence de pluies, un événement climatique inédit depuis au moins 40 ans, selon les experts. Si la sécheresse persiste, le Programme alimentaire mondial prévient que 20 millions de personnes souffriront de faim aiguë d'ici la fin de l'année.

Plus d'un million d'enfants ont un besoin urgent de soins

L'UNICEF signale que plus de 1,7 million d'enfants en Éthiopie, au Kenya et en Somalie ont un besoin urgent de traitement contre la malnutrition aiguë sévère, la forme la plus mortelle de cette maladie.

Sur la ligne de front de la crise climatique

Rania Dagash-Kamara, directrice régionale adjointe de l'UNICEF pour l'Afrique orientale et australe, a déclaré dans un communiqué que les risques sont particulièrement élevés pour les enfants de Somalie qui vivent désormais en première ligne de la crise climatique.

Photo : Gyan Shahane/Unsplash

Pire que la famine de 2011

"On estime à 386 000 le nombre d'enfants en Somalie qui ont désespérément besoin d'un traitement pour une malnutrition aiguë sévère potentiellement mortelle. Si je compare ce chiffre à celui de 2011, qui était une année de famine, nous dépassons maintenant les chiffres que nous avions alors, à savoir 340 000 enfants qui avaient besoin d'un traitement à l'époque", a déclaré Rania Dagash-Kamara.

Une combinaison de malnutrition et de maladie

Plus de 250 000 personnes sont mortes de la famine qui a frappé la Somalie en 2011, dont la moitié étaient des enfants de moins de cinq ans. Selon Rania Dagash-Kamara, les enfants meurent d'une combinaison de malnutrition et de maladies mortelles, comme la rougeole et le choléra.

La vie des Somaliens est également menacée par la guerre en Ukraine

"La Somalie importait à elle seule 92 % de son blé de Russie et d'Ukraine, mais les lignes d'approvisionnement sont désormais bloquées. Et la guerre exacerbe la spirale des prix mondiaux des denrées alimentaires et des carburants, ce qui signifie que de nombreuses personnes en Éthiopie, au Kenya et en Somalie n'ont plus les moyens de se procurer les denrées alimentaires de base dont elles ont besoin pour survivre", a-t-elle ajouté.

Une course contre la montre

"Nous devons agir immédiatement pour éviter une catastrophe humanitaire", a déclaré El-Khidir Daloum, directeur national du Programme alimentaire mondial en Somalie. "La vie des plus vulnérables est déjà menacée par la malnutrition et la faim ; nous ne pouvons pas attendre une déclaration de famine pour agir. C'est une course contre la montre pour prévenir la famine. "

La présence de combattants rend difficile l'accès au sud de la Somalie

Le sud de la Somalie est particulièrement menacé par la famine, où la présence de combattants d'al-Shabab, un groupe armé islamique basé en Somalie, rend l'accès humanitaire difficile.

Un manque de moyens financiers

Le plan de réponse humanitaire 2022 de l'ONU n'est financé qu'à 18 % à ce jour, et la Somalie est en concurrence avec d'autres points chauds de l'urgence mondiale pour le financement, alors que l'insécurité alimentaire se répand dans le monde entier, ont ajouté les agences.

Un envoyé spécial pour la sécheresse

L'un des premiers actes du nouveau président somalien, Hassan Sheikh Mohamud, a été de nommer un envoyé spécial pour la sécheresse, Abdirahman Abdishakur Warsame, qui s'est présenté contre lui lors de la course présidentielle du mois dernier. Warsame a déclaré au Guardian qu'il s'attendait à ce qu'un plan soit bientôt mis en place pour contrôler les prix élevés des aliments et du carburant.

Demande d'aide internationale

"Nous appelons la communauté internationale à agir rapidement pendant que nous avons encore un espoir d'empêcher une famine généralisée en Somalie", a déclaré Etienne Peterschmitt, représentant de la FAO en Somalie.

Photo : Mathias Reding/Unsplash

Le G7 se réunit ce mois-ci pour discuter de la situation

Les agences lancent un appel au G7, qui se réunira en Allemagne à la fin du mois, pour qu'il leur apporte un soutien décisif. Elles affirment que les pays développés formant le G7 ont le pouvoir d'éviter une catastrophe qui ne doit pas se produire.

Le réchauffement climatique : la plus grande menace pour la santé de l'humanité

Dans un rapport publié par l'Organisation mondiale de la santé en 2021, il est dit que le réchauffement climatique est "la plus grande menace sanitaire à laquelle l'humanité est confrontée". Le rapport souligne que le changement climatique a déjà un impact sur la vie et la santé de millions de personnes de diverses manières, et que si personne n'est à l'abri de ces risques, les personnes des communautés à faible revenu sont les plus vulnérables.

Más para ti