L'avertissement de Medvedev à l'Ukraine en cas d'attaque de la Crimée : "Ce sera l'apocalypse"

Guerre et menaces d'un ancien président russe
Positions stratégiques
La Crimée : un territoire contesté
Une menace directe
Dmitri Medvédev
Le jugement dernier
Menace suprême
Andreï Klishas
Pourquoi maintenant et non avant ?
HIMARS
High Mobility Artillery Rocket System
Une attaque aura-t-elle lieu ?
Désarmer la Russie
En attendant le jugement final
Guerre et menaces d'un ancien président russe

Cela fait presque cinq mois que la Russie a commencé son attaque contre l'Ukraine. La guerre continue et Dmitri Medvedev (photo), ancien président de la Russie et actuel conseiller adjoint à la sécurité, a lancé une menace apocalyptique.

Positions stratégiques

Il s'agit d'une guerre dans laquelle terroriser l'autre est déterminant. En effet, les parties se disputent toujours les positions stratégiques qui offrent des avantages à court et moyen terme, étant donné que le conflit pourrait durer plus longtemps que prévu.

 

La Crimée : un territoire contesté

L'un de ces points chauds est la péninsule de Crimée, que Moscou a annexée en 2014, tandis qu'elle était jusqu'alors territoire ukrainien.

 

Une menace directe

Dmitri Medvedev a fait comprendre l'importance de la péninsule de Crimée par la menace la plus directe proférée par un dirigeant russe depuis le début de la guerre.

Dmitri Medvédev

Si l'Ukraine attaque la péninsule de Crimée, Dmitri Medvedev prévient que "les conséquences sont manifestes". Le jour du jugement dernier viendra pour eux tous".

 

Le jugement dernier

L'actuel vice-président du Conseil de sécurité ajoute que le jugement final auquel il fait référence sera "rapide et très brutal".

 

Menace suprême

Dmitry Medvedev a fait ces remarques lors d'une réunion avec des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale à Volgograd, anciennement Stalingrad. La menace a été reprise par RIA Novosti et publiée dans des médias russes tels que la Pravda.

"Les menaces existantes pour la Russie"

L'ancien président a été encore plus précis dans sa menace. "Vous pouvez être sûrs que les objectifs de cette opération seront atteints. Ils sont liés à l'élimination des menaces existantes pour la Russie".

 

Andreï Klishas

De quelles menaces parle-t-il ? Dans ce cas, c'est le sénateur russe Andreï Klishas qui a donné la clé, via un message Telegram, rendu viral par des groupes pro-russes.

"Dénazifier et démilitariser"

"Les menaces d'attaque de la Crimée ou du port de Crimée prouvent que l'ensemble de l'Ukraine doit être dénazifié et démilitarisé", a déclaré Andreï Klishas. "Sinon, il y aura toujours une menace pour notre territoire, nos citoyens et nos infrastructures", a-t-il ajouté dans le message Telegram.

 

Pourquoi maintenant et non avant ?

Mais pourquoi l'Ukraine envisage-t-elle seulement maintenant d'attaquer la Crimée ?

 

HIMARS

En gros, l'arrivée en juin en Ukraine de systèmes américains HIMARS (lance-missiles légers) permet aux forces locales de viser des cibles militaires dans la péninsule de Crimée.

 

High Mobility Artillery Rocket System

Le HIMARS (High Mobility Artillery Rocket System) est un système de roquettes d'artillerie à haute mobilité, qui permet de lancer jusqu'à six missiles depuis un camion en mouvement.

 

Une attaque aura-t-elle lieu ?

Une ligne de véhicules permettrait un lancement multiple depuis l'Ukraine qui, compte tenu des menaces russes, pourrait porter un coup sévère à leur avancée sur le sol ukrainien.

Désarmer la Russie

L'une des cibles que l'Ukraine prévoit d'attaquer en Crimée est le site des missiles russes Kalibr, qui sont tirés de manière récurrente depuis la péninsule désormais russe, comme l'ont avoué de nombreux responsables militaires ukrainiens.

 

En attendant le jugement final

Il reste à voir si une telle attaque aura finalement lieu et si la Russie mettra sa menace à exécution.

Más para ti