La France fait le bilan après avoir été frappée par de violents orages et autres épisodes climatiques extrêmes

De violentes intempéries
65 départements touchés en France
Des rafales à 120 kilomètres/heure
Des éclairs dans tout le nord-ouest
Une circulation difficile dans de nombreux points du pays
Une femme décédée à Rouen
De nombreuses maisons inondées
Des milliers de scouts mis à l’abri à Chambord
We love green annulé samedi
La ville de Vichy très touchée
Des averses de grêles impressionnantes pour un mois de juin
Des dégâts qui vont coûter cher
Une catastrophe pour les agriculteurs
Des grêlons plus gros qu’une balle de golf
L’évaluation des dégâts
Record de chaleur en Corse
L’État mobilisé
De violentes intempéries

Une grande partie du territoire français, comme la Belgique et quelques autres pays voisins, a été touchée ce weekend par de violentes intempéries (orages, pluies torrentielles, rafales de vent) qui ont causé des dégâts importants. Découvrez avec nous les images spectaculaires et le bilan de cet épisode météorologique.

65 départements touchés en France

Les orages ont touché 65 départements français sur 100, du jamais vu depuis vingt ans selon les autorités. Et pas moins de 50 000 impacts de foudre ont été recensés par Météo France sur la seule journée de samedi.

Des rafales à 120 kilomètres/heure

Le sud-ouest du pays (en Gascogne notamment) et le Massif central ont été touchés par des rafales de vent et de grêle. Les rafales de vent ont atteint jusqu’à 120 kilomètres/heure. Sans oublier plusieurs épisodes de pluies torrentielles qui ont laissé des villages ou quartiers entiers sous l'eau.

Photo : Twitter @PaulineLeluc

Des éclairs dans tout le nord-ouest

Un large quart nord-ouest a davantage été touché par des éclairs, notamment en Bretagne, en Normandie, dans le Centre et en région parisienne. Le sommet de la tour Eiffel a été frappé par la foudre. De très nombreux impacts de foudre ont été mesurés dans les départements de l'Allier (3867), de l'Aveyron (2528), en Saône-et-Loire (2379), dans la Nièvre (2145), et en Corrèze (2024).

Une circulation difficile dans de nombreux points du pays

À cause de ces violents épisodes climatiques, la circulation a été compliquée dans certains points du pays, que ce soit sur les axes secondaires, en ville ou sur les axes principaux comme les autoroutes. Ici, on peut voir l'état de l'A86, quasiment impraticable. La SNCF a été touchée aussi : entre Paris et Metz samedi par exemple, les trains enregistraient plus de 4h de retard.

Photo : Twitter @Souriswingette

 

 

Une femme décédée à Rouen

À Rouen, où l’épisode orageux a été particulièrement violent et les rues transformées en torrent, une femme a perdu la vie en se retrouvant coincée sous une voiture après avoir été emportée par les eaux.

De nombreuses maisons inondées

À cause des pluies torrentielles, souvent accompagnées de fortes rafales ou de grêle, de nombreuses maisons ont été inondées ou fortement abîmées. Les traces des dégâts provoqués seront longues à effacer. À Paimpol, il est tombé en un jour l’équivalent d’un mois de pluie.

Photo : Twitter @ecriture76

Des milliers de scouts mis à l’abri à Chambord

30 000 scouts réunis à Chambord pour le weekend de Pentecôte ont dû être mis à l’abri, dont un tiers dans l’enceinte-même du célèbre château. Plusieurs ponts ont par ailleurs été arrachés en Mayenne.

We love green annulé samedi

À Vincennes, dans l’est de Paris, le festival We love green a dû fermer ses portes samedi en raison de pluies torrentielles. Mais les festivités ont pu reprendre normalement le dimanche.

La ville de Vichy très touchée

Tout le département de l'Allier, et la ville de Vichy en particulier, ont été le théâtre de ces phénomènes climatiques impressionnants : grêle, orages, déluge de pluie, violentes rafales de vent, rien n'a épargné la région, durement touchée. Même si l'Auvergne est une habituée, cette fois l'ampleur a été toute autre.

Photo : Facebook @Walther Negrei

 

Des averses de grêles impressionnantes pour un mois de juin

Dans les Yvelines par exemple... La grêle a été si intense qu'elle a offert un paysage hivernal quelque peu surprenant en ce début de mois de juin ! Les pompiers, largement mobilisés lors de ce genre d'épisodes, n'ont eu de cesse tout le week-end d'avertir les populations afin qu'elles sécurisent leurs maisons et ne sortent pas de chez elles.

Photo : Twitter @PompiersFR

Des dégâts qui vont coûter cher

Lorsque l'on voit le nombre de communes touchées, on constate que les coûts de réparation pour le pays vont être très élevés. Pour le maire de Vichy Frédéric Aguileira, qui s’est exprimé au micro de France 3, la situation est catastrophique : "C'est difficilement chiffrable, mais ça va se compter en centaines de millions d'euros, entre le patrimoine public, le patrimoine privé et le patrimoine des entreprises." En Indre-et-Loire, les dégâts sont si considérables qu'un maire a demandé le classement en état de catastrophe naturelle.

Photo: Twitter @catnatnet

Une catastrophe pour les agriculteurs

À la limite des départements des Landes et du Gers, dans le sud-ouest, plusieurs milliers d’hectares de vignes ont été arrachés. Des cultures céréalières ont aussi été endommagées. Certains agriculteurs, dans l'incapacité de protéger leurs champs, au vu de l'ampleur du phénomène, ont perdu la quasi-totalité de leur récolte, sans compter les dégâts matériels sur les bâtiments.

Des grêlons plus gros qu’une balle de golf

« À Montréal-du Gers, on a eu des grêlons plus gros qu’une balle de golf ! », a déclaré le directeur de l’interprofession de l’Armagnac, Olivier Goujon, cité par ’20 minutes’. Du jamais vu, surtout en cette saison !

L’évaluation des dégâts

Le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a déclaré que l’évaluation des dégâts était en cours et que les agriculteurs seraient indemnisés en fonction de l’ampleur de la calamité agricole. Les territoires concernés ont d’ores et déjà été classés en état de catastrophe naturelle.

Record de chaleur en Corse

Loin des intempéries, en Corse, un record de chaleur a été enregistré avec 37,2 degrés au compteur sur le Cap Corse, dans le nord de l’île.

L’État mobilisé

Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a rappelé la mobilisation des services de l’État. Il a aussi appelé la population à la vigilance et au respect des consignes données par les autorités.

Más para ti