Fusillade et massacre dans un lycée du Michigan : des élèves et familles au cœur brisé

Massacre à la Oxford High School
3 morts, 8 blessés
Une fusillade dans un lycée à midi dans le canton d'Oxford, USA
La police a agi rapidement
Les parents du suspect ne veulent pas qu'il parle aux autorités
Près de 20 tirs
Trois élèves sont décédés
Protocole activé et exécuté
Le suspect a utilisé une arme achetée par son père
Pris sur le vif
Refus de donner une explication
Une victime de harcèlement ?
Un message de Joe Biden
Massacre à la Oxford High School

Un garçon de quinze ans est en garde à vue suite à une fusillade au lycée d'Oxford dans l'État du Michigan. Un nouveau fait divers aux États-Unis qui risque de relancer le débat sur les méfaits de la violence banalisée chez les enfants et adolescents. Depuis le massacre de Columbine en 1999, c'est fréquemment aussi que le débat est relancé sur la sécurité dans les écoles et sur la détention d'armes à feu.

3 morts, 8 blessés

Mais dans ce cas, que s'est-il passé ? Ce que l'on sait tout d'abord, c'est que trois élèves sont morts, et que huit autres - sept élèves et un enseignant - ont été blessés à des degrés divers.

Une fusillade dans un lycée à midi dans le canton d'Oxford, USA

Les événements se sont déroulés pendant les heures de cours, vers 13 heures, lorsque la police d'Oakland a été informée qu'un élève tirait sur d'autres personnes à l'intérieur du lycée d'Oxford.

La police a agi rapidement

Le sous-chef, Michael G. McCabe, du comté d'Oakland, a informé que le suspect, un élève de deuxième année du lycée, a été arrêté sans incident dans les minutes qui ont suivi l'intervention des autorités.

Les parents du suspect ne veulent pas qu'il parle aux autorités

M. McCabe a également déclaré que les parents du garçon ont engagé un avocat et ne l'autoriseront pas à parler à la police.

Près de 20 tirs

L'agent a confirmé que l'auteur du massacre a tiré près de 20 coups de feu avec un pistolet semi-automatique qui lui a été confisqué dès leur arrivée sur les lieux.

Trois élèves sont décédés

Le sous-chef McCabe a également indiqué que l'étudiant n'a pas résisté et s'est rendu à l'arrivée de la police. Malheureusement, avant qu'il ne soit appréhendé, ses tirs avaient déjà blessé gravement plusieurs personnes et ôté la vie à d'autres.

Protocole activé et exécuté

Le Detroit Free Press a recueilli les témoignages des élèves qui ont vécu cette tragédie. Les élèves disent qu'ils se sont enfermés en classe et que, dès l'arrivée des autorités, ils ont été évacués vers un centre commercial voisin.

"C'est une partie du protocole de l'école de barricader..."

Abbey Hodder, 15 ans, a déclaré au média : "Mon professeur a en quelque sorte couru et s'est précipité", a-t-elle dit. "La prochaine chose que je sais, c'est qu'il poussait les tables. Cela fait partie du protocole de l'école de se barricader, donc nous savions tous, barricade, barricade en bas. Et on a tous commencé à pousser les tables."

Le suspect a utilisé une arme achetée par son père

Le shérif Michael Bouchard a donné à la presse plus de détails sur le déroulement de la fusillade. Selon le shérif, l'arme de poing semi-automatique, un Sig Sauger SP2022 9MM, utilisée par le suspect a été achetée par le père de l'adolescent de 15 ans vendredi dernier.

Pris sur le vif

Les images captées par une caméra vidéo dans le lycée montrent que le suspect perturbé, selon M. Bouchard, "est sorti des toilettes avec l'arme", mais on ne sait pas exactement où il est allé. La police a interrogé des élèves pour obtenir plus d'informations.

Refus de donner une explication

La chaîne de télévision locale WDIV a rapporté que, bien qu'il se soit rendu, l'auteur du massacre ne veut pas collaborer avec la police ni donner de raison à ses actes.

Une victime de harcèlement ?

Selon le Detroit Free Press, après avoir parlé avec plusieurs élèves et parents, la police a découvert que le suspect avait été victime de harcèlement et que ce fait avait pu être l'élément déclencheur.

"Un problème typiquement américain..."

CNN a partagé une déclaration du gouverneur Gretchen Whitmer (photo), qui dit qu'elle pense que les fusillades dans les écoles sont un "problème spécifiquement américain que nous devons aborder." Depuis l'Europe, il est certain que ce genre de phénomène pose de grandes questions.

"Le pire cauchemar de tout parent..."

Mme Whitmer a également déclaré : "Je pense que c'est le pire cauchemar de tous les parents. Je suis de tout cœur avec les familles. C'est une tragédie inimaginable. J'espère que nous pourrons tous nous montrer à la hauteur et entourer de nos bras les familles, les enfants touchés, le personnel scolaire et cette communauté."

Un message de Joe Biden

Le Président des États-Unis, Joe Biden, a voulu envoyer un message de soutien et de solidarité aux familles des élèves et aux étudiants eux-mêmes, qui sont peinés par ce qui s'est passé et encore sous le choc.

"Mon cœur va vers les familles..."

Le président a déclaré : "Mon cœur va aux familles qui endurent le chagrin inimaginable de perdre un être cher. Vous devez savoir que toute cette communauté doit être en état de choc en ce moment."

 

Más para ti