Faim dans les pays pauvres, pénurie dans les pays riches : tout savoir sur la crise alimentaire à venir

Les conditions parfaites pour une crise alimentaire
Guerre dans les pays producteurs de blé
Chaleur extrême et sécheresse : mauvaises récoltes en Inde
L'Inde cessera ses exports afin de contrôler les prix et d'assurer la consommation de sa population
La pénurie d'engrais affectera également l'agriculture
Une crise inéluctable
Le coût de la mondialisation
Des famines imminentes dans le monde entier
Des millions de personnes souffrent de la faim
Plus pauvres et plus affamés que jamais
La Banque mondiale appelle les gouvernements à ne pas entraver les exportations de blé et d'autres produits de base
Pénuries dans les pays riches : le cas de l'huile de tournesol
Des étalages vides ?
Un effet domino
Des problèmes d'approvisionnement d'énergie
Retour à un monde pacifique et stable
Les conditions parfaites pour une crise alimentaire

Toutes les conditions sont réunies : une guerre dans la plus grande région productrice de blé au monde, des problèmes au niveau de la chaîne d'approvisionnement résultant encore de la pandémie de Covid, le changement climatique entraînant de mauvaises récoltes. Les experts lancent un avertissement : il est fort probable que le monde connaisse une grave crise alimentaire, et ce, de façon imminente.

Guerre dans les pays producteurs de blé

La guerre en cours touche deux des pays les plus importants en termes de production de blé (la Russie est le quatrième producteur mondial et l'Ukraine le septième - si l'on fait le classement en comptant l'Union européenne comme un seul producteur) ; ainsi, en raison de l'impossibilité de faire sortir le grain ou à cause des sanctions ou encore parce que la Russie décide d'augmenter ses réserves, il y aura un manque de blé en provenance de cette zone.

Chaleur extrême et sécheresse : mauvaises récoltes en Inde

En outre, l'Inde, troisième producteur mondial de blé, a connu des récoltes désastreuses en raison des températures très élevées dans le pays depuis le début de l'année 2022 (plus de 45°C pendant des jours et des jours).

L'Inde cessera ses exports afin de contrôler les prix et d'assurer la consommation de sa population

En outre, selon des médias tels que le New York Times, l'Inde a décidé de ne pas exporter et de garder le blé pour sa propre consommation afin de freiner la hausse des prix alimentaires et d'éviter que ses citoyens ne subissent une crise alimentaire qui se traduit déjà par une inflation galopante pour de nombreux produits et dans de nombreuses régions du monde (l'Europe et les États-Unis souffrent gravement de cette hausse des prix).

La pénurie d'engrais affectera également l'agriculture

Mais il n'y a pas que le blé. Comme l'explique un article du National Geographic de mai 2022, il y aura une pénurie d'engrais, essentiels pour l'agriculture mondiale et qui, dans une large mesure, proviennent de la Russie (40 %) et du Belarus (40 % supplémentaires de la production mondiale), deux pays sanctionnés par la guerre.

Image : Taylor Siebert / Unsplash

Une crise inéluctable

"Je ne suis pas sûr qu'il soit possible d'éviter une crise alimentaire", a déclaré le président de l'Organisation mondiale des agriculteurs, le Sud-Africain Theo de Jager. "La question est de savoir quelle sera son ampleur et sa profondeur", a-t-il ajouté.

Image : Liz Joseph / Unsplash

Le coût de la mondialisation

L'un des dogmes de la mondialisation économique était de délocaliser : produire là où c'était le moins cher. Dans le cas des engrais, par exemple, cela s'est traduit par un quasi-monopole de la production par la Russie et le Belarus. Et maintenant les agriculteurs américains n'ont rien pour fertiliser leurs champs.

Image : K. Mitch Hodge / Unsplash

Des famines imminentes dans le monde entier

En mai, les Nations unies ont fait une prédiction terrifiante : "44 millions de personnes dans 38 pays sont au bord de la famine et plus d'un demi-million de personnes en Éthiopie, au Sud-Soudan, au Yémen et à Madagascar souffrent déjà de pénuries alimentaires extrêmes".

Des millions de personnes souffrent de la faim

Du côté des Nations unies, David Beasley (directeur du Programme alimentaire mondial des Nations unies) a été très clair dans une interview accordée à CNN : "Des millions de personnes vont mourir de faim, des pays vont être déstabilisés et des familles vont migrer par nécessité".

Plus pauvres et plus affamés que jamais

Ce n'est pas que la faim et les besoins alimentaires soient actuellement des phénomènes absents des pays pauvres. Mais, comme l'a demandé David Beasley dans son interview sur CNN, "Que se passera-t-il lorsque la nourriture sera hors de portée de quelques millions de personnes supplémentaires ?"

La Banque mondiale appelle les gouvernements à ne pas entraver les exportations de blé et d'autres produits de base

Face à la pénurie, certains gouvernements, comme l'Inde, peuvent décider d'interdire l'exportation de leur production (de blé ou d'autres produits touchés par la hausse des prix). La Banque mondiale demande que cette mesure ne soit pas adoptée. Elle exhorte notamment des pays comme l'Argentine, le Brésil et l'Australie (grands exportateurs de produits agricoles) à permettre la circulation de tous les types de produits.

Image : James Alhberg / Unsplash

Pénuries dans les pays riches : le cas de l'huile de tournesol

La crise alimentaire se traduira par une augmentation brutale des prix dans les pays riches mais il peut aussi y avoir des pénuries, des manques de certains produits. Le New York Times a titré le 5 mai 2022 : "Sunflower Oil 'Vanishes' as Ukraine War Grinds On" ("L'huile de tournesol se volatilise tandis que la guerre en Ukraine se poursuit").

Des étalages vides ?

Les pays développés verront-ils des rayons vides ? Cela s'est produit en raison des problèmes d'approvisionnement causés par la pandémie, lorsque le début du BREXIT a causé de sérieux problèmes à la Grande-Bretagne et, qui sait, peut-être que cela se reproduira.

Un effet domino

Ce qui est clair, c'est que dans un monde aussi interconnecté que celui dans lequel nous vivons, les conséquences de catastrophes telles que le changement climatique ou la guerre ne peuvent être évitées.

Des problèmes d'approvisionnement d'énergie

Tout ce qui précède concernant le problème alimentaire s'applique également à l'énergie : si la Russie n'exporte plus son gaz, si Poutine ferme le robinet d'approvisionnement, de nombreux pays souffriront, les prix augmenteront, tout deviendra plus cher et, au final, cela affectera la chose la plus fondamentale, à savoir la nourriture.

Retour à un monde pacifique et stable

La solution consiste à revenir à un monde pacifique, à rétablir la stabilité et le libre-échange entre les nations. Mais aussi, dans cette période que certains appellent "dé-mondialisation", il y a ceux qui demandent un retour à des formules de souveraineté économique, pour que chaque pays puisse, dans la mesure du possible, subvenir à ses besoins. Mais c'est un autre débat.

Image : Julia Kozoski / Unsplash

Más para ti