États-Unis vs Russie : vers une nouvelle guerre froide ?

Poutine et Biden : des ennemis intimes
Biden a traité Poutine de
La réponse de Poutine
Attention à l'Ukraine
Nord Stream 2 : cible américaine
Remplacement d'un oléoduc ukrainien
Un avertissement à Poutine
La Russie met en garde l'OTAN
Le Kremlin contre l'OTAN
Stoltenberg répond
Craintes de l'invasion russe
Sur le pied de guerre ?
Pour le moment, il n'y aura pas de troupes américaines envoyées en Ukraine
Comme lors de la guerre froide : bataille entre services secrets et combats dans l'ombre
Cyberattaques
Manipulation électorale
Le rapport Mueller
Conflit entre la Pologne et la Biélorussie
Lukachenko
Le dernier dictateur
Navalny et autres
Les droits LGBT sont aussi des droits humains
Mais les États-Unis peuvent-ils donner des leçons ?
À la recherche d'alliés
Meilleurs amis
L'Entente Moscou-Pékin
Une Guerre froide bientôt sur le feu ?
Poutine et Biden : des ennemis intimes

La guerre froide est le nom donné à la tension qui régnait entre les États-Unis et l'Union soviétique au cours du XXe siècle, toujours au bord de la guerre. L'histoire semble se répéter avec Joe Biden et Vladimir Poutine. Les deux dirigeants ont tenu une réunion au sommet à Genève en juillet 2021, mais les relations entre les États-Unis et la Russie ne se sont pas améliorées et semblent même s'aggraver.

Biden a traité Poutine de "meurtrier"

La présidence de Trump a été caractérisée par sa recherche d'une relation amicale avec la Russie de Poutine. Mais il y a eu la victoire de Joe Biden, qui a commencé son mandat en déclarant dans une interview télévisée qu'il considérait Poutine comme un "meurtrier". Une accusation sans précédent qui a stupéfié le monde entier (et que certains ont attribuée à une tendance de Biden à être ambigu - peut-être qu'il ne pensait pas exactement ce qu'il a dit).

La réponse de Poutine

Le président de la Fédération de Russie a répondu à M. Biden qu'"il faut être un meurtrier pour reconnaître un meurtrier". Une réplique sous la forme d'un slogan presque enfantin. Poutine n'a pas non plus semblé attacher beaucoup d'importance à l'insulte du président américain. Mais c'était un signe clair que les États-Unis et la Russie commençaient une relation très compliquée.

Attention à l'Ukraine

La frontière entre la Russie et l'Ukraine (photo) est un lieu de tension accrue. Les États-Unis craignent que la Russie n'empiète sur le territoire ukrainien. En effet, Poutine et Biden ont échangé par vidéo pendant deux heures le 7 décembre 2021, au cours desquelles le président américain a prévenu que des "mesures fortes, économiques et autres" seraient imposées si l'Ukraine était attaquée.

Nord Stream 2 : cible américaine

Le gouvernement américain affirme avoir obtenu du gouvernement allemand l'engagement de fermer le gazoduc Nord Stream 2 si la Russie envahit l'Ukraine.

Remplacement d'un oléoduc ukrainien

Nord Stream 2 est un gazoduc qui relie la Russie à l'Allemagne via les pays baltes et remplace un autre gazoduc qui passe par l'Ukraine. La Russie souhaite que le nouveau gazoduc soit mis en service le plus rapidement possible afin de ne plus payer à l'Ukraine la redevance existante pour le passage sur son territoire de l'ancien gazoduc qui est toujours en service.

Un avertissement à Poutine

Selon Reuters, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré : "Si Vladimir Poutine veut voir du gaz passer par ce gazoduc, il ne veut peut-être pas prendre le risque d'envahir l'Ukraine.

La Russie met en garde l'OTAN

Pendant ce temps, le président russe Vladimir Poutine a accusé les États-Unis de provocation et a exigé que l'OTAN ne s'étende pas davantage vers l'est. L'Organisation du traité de l'Atlantique Nord a invité la Géorgie et l'Ukraine à rejoindre l'alliance militaire en 2008. Poutine s'y oppose.

Le Kremlin contre l'OTAN

Une déclaration du Kremlin citée par la BBC a noté que l'OTAN faisait "des tentatives dangereuses pour s'emparer du territoire ukrainien et augmenter son potentiel militaire".

Stoltenberg répond

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg (photo), a rejeté les demandes de Poutine. "La relation de l'OTAN avec l'Ukraine sera décidée par les 30 alliés de l'OTAN et l'Ukraine, personne d'autre", a déclaré M. Stoltenberg aux journalistes le 10 décembre, appelant la Russie à "revenir à la diplomatie".

Craintes de l'invasion russe

Selon la BBC, le Kremlin a mobilisé plus de 90 000 soldats à la frontière avec l'Ukraine. La Fédération de Russie a annexé la péninsule de Crimée en 2014 (c'était alors un territoire ukrainien) et soutient actuellement une guerre séparatiste dans l'est de l'Ukraine.

Sur le pied de guerre ?

"Je pense que la Russie est dans la meilleure position depuis 2014 (économiquement, politiquement et militairement) pour exécuter une telle opération, ce qui ne veut pas dire qu'elle aura lieu", a déclaré à la BBC Michael Kofman, du Centre américain d'analyses navales. Les opérations réussies en Crimée, en Syrie et en Géorgie semblent avoir remonté le moral des Russes.

Pour le moment, il n'y aura pas de troupes américaines envoyées en Ukraine

"L'envoi unilatéral de troupes en Ukraine n'est pas une question à l'ordre du jour", a déclaré M. Biden aux journalistes à la Maison Blanche, selon CNBC. Son administration cherchera plutôt à renforcer la présence militaire américaine dans les pays de l'OTAN.

Comme lors de la guerre froide : bataille entre services secrets et combats dans l'ombre

Cependant, l'Ukraine n'est pas le seul point de discorde entre les deux superpuissances.

Cyberattaques

Selon le deuxième rapport annuel sur la défense numérique de Microsoft, publié en octobre 2021, 58 % de toutes les cyberattaques ciblant spécifiquement les agences gouvernementales proviennent du territoire russe. Les trois principaux pays touchés sont les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Ukraine. Le Kremlin nie avoir mené ces attaques.

Manipulation électorale

La plus grande des accusations auxquelles la Russie est confrontée est d'avoir truqué l'élection présidentielle américaine de 2016 pour assurer la victoire de Donald Trump sur Hillary Clinton. Cette théorie, en tout cas, n'a jamais été prouvée avec des faits solides. Tout au plus, des campagnes de désinformation et de propagande faites depuis la Russie en faveur de Trump ont-elles été détectées.

Le rapport Mueller

Une enquête menée en 2019 par l'ancien directeur du FBI, Robert Mueller, a conclu que la Russie s'était ingérée dans les élections américaines et que Poutine partageait de nombreux liens avec Trump. Cependant, il n'y avait pas suffisamment de preuves pour montrer qu'il y avait eu un complot.

Conflit entre la Pologne et la Biélorussie

Un autre problème auquel la Russie est confrontée avec les États-Unis et l'UE est la crise migratoire entre la Biélorussie et la Pologne en 2021. La présence de milliers de migrants à la frontière a été considérée par les dirigeants européens comme une attaque biélorusse cautionnée par Poutine.

Lukachenko

Les États-Unis accusent le président biélorusse (et pro-Poutine) Aleksandr Lukachenko d'utiliser les milliers de migrants qui tentent d'entrer dans l'UE via la Pologne pour déstabiliser l'Europe.

Le dernier dictateur

Loukachenko dirige la Biélorussie depuis 1994 et a été largement décrit en Occident, y compris dans des déclarations officielles de l'Union européenne, comme « le dernier dictateur de l'Europe ».

Navalny et autres

Le bilan de la Russie en matière de droits humains a également suscité des critiques de la communauté internationale, notamment la répression des mouvements d'opposition et l'emprisonnement de certains de ses dirigeants, comme Alexei Navalny. Sur la photo, Navalny apparaît devant un tribunal russe depuis sa cellule.

Les droits LGBT sont aussi des droits humains

Il y a aussi les mauvais traitements infligés à certains groupes minoritaires en Russie, comme la communauté LGBT. La Cour européenne des droits de l'homme a jugé en 2021 que les lois anti-LGBT du pays étaient incompatibles avec la Convention européenne des droits de l'homme.

Mais les États-Unis peuvent-ils donner des leçons ?

Toutefois, les partisans du rôle de la Russie en tant que puissance légitime n'hésitent pas à mettre en avant le bilan peu reluisant des États-Unis en matière de droits de l'homme et leurs liens étroits avec certains gouvernements non démocratiques, comme l'Arabie saoudite.

À la recherche d'alliés

La vérité est que si les États-Unis et l'Union européenne ont tendance à converger dans des instances internationales telles que l'OTAN ou le G7, la Russie s'est fait des alliés ailleurs. Cf. son amitié avec le Venezuela de Nicolás Maduro.

Meilleurs amis

Al Jazeera rapporte que la Russie et la Chine ont renforcé leurs liens et mené des exercices militaires conjoints, et les deux pays ont mené une approche similaire avec l'Iran, la Syrie et le Venezuela. Xi Jinping a qualifié Vladimir Poutine de "meilleur ami" lors d'une réunion en 2019.

L'Entente Moscou-Pékin

"C'est la relation la plus forte, la plus étroite et la meilleure que les deux pays aient eue depuis au moins le milieu des années 50. Et peut-être même jamais", a déclaré à Al Jazeera Nigel Gould-Davies, chargé de mission pour la Russie et l'Eurasie à l'Institut international d'études stratégiques.

Une Guerre froide bientôt sur le feu ?

Guerre froide ou pas, il semble que les jeux soient faits et que les joueurs aient choisi leurs équipes. Quel que soit le jeu auquel les puissances mondiales se préparent, espérons que l'humanité ne finira pas perdante.

Más para ti