Elvira Nabiullina, une femme de poigne à la cour de Poutine

Mais qui donc est Elvira Nabiullina ?
Ses origines
Un génie de la bureaucratie
Elle accompagne Poutine depuis l’an 2000
Une femme de pouvoir
Elvira Nabiullina, présidente de la Banque centrale de la Fédération
Les broches de la présidente
Personnalité internationale
Une amatrice d'opéra
Bonne ou mauvaise gestionnaire ?
Funestes présages devant la Douma
Le peuple en pâtira
L’économie en temps de guerre
Un malaise parmi les élites russes ?
20 ans aux côtés de Vladimir Poutine
Le futur de la Russie s'écrira-t-il au féminin ?
Mais qui donc est Elvira Nabiullina ?

Elvira Nabiullina, la présidente de la Banque centrale de la Fédération de Russie est la seule femme à faire partie du Cercle de Pouvoir de Vladimir Poutine. L’influence et le poids de cette femme dans le pays sont considérables, à tel point qu’elle se permet de tenir des propos qui semblent ne pas suivre la position triomphaliste officielle. Mais finalement, qui est Elvira Nabiullina ?

Ses origines

Elvira Nabiullina est une femme d'origine tatare, née à Ufa le 29 octobre 1963. Sa ville natale se situe dans l'ancienne république soviétique du Bashkortostan où se dresse la chaîne de l'Oural. Elle a fait des études d'économie à l'université d'État de Moscou.

Un génie de la bureaucratie

Avant que l'arrivée de Vladimir Poutine, en 1999, ne bouleverse sa vie et sa trajectoire professionnelle à jamais, Elvira venait d’intégrer un groupe de réflexion. C’est grâce à son talent et sa ténacité qu’elle gravit rapidement les échelons de l'Union des sciences et de l'industrie qu'elle intègre dans les années 90. Elle occupera ensuite divers postes au sein de l'Union des Industriels et des Entrepreneurs de Russie, une organisation semi-étatique, ainsi qu'au ministère du Développement économique de la Fédération de Russie.

Elle accompagne Poutine depuis l’an 2000

C'est en l'an 2000 qu'elle est recrutée par Vladimir Poutine pour intégrer son équipe économique, avant qu'il ne la place à la tête du centre de développement stratégique dépendant. Il la nomme finalement ministre du Développement économique de la Fédération de Russie en 2007.

Une femme de pouvoir

La BBC a déclaré, à propos d’Elvira Nabiullina, qu’elle était « une femme bien peu loquace, aussi influente qu'énigmatique ». C’est ce qui semble en effet définir cette femme de pouvoir qui évolue dans un milieu d’hommes.

Elvira Nabiullina, présidente de la Banque centrale de la Fédération

C'est finalement en 2013 qu'elle est nommée à l'un des postes les plus décisifs du pays, celui de la présidence de la Banque centrale de la Fédération, un poste ô combien plus important que celui de ministre du Développement économique.

Les broches de la présidente

Selon la BBC, Elvira Nabiullina aurait été à l'origine une légende urbaine selon laquelle elle communique des messages codés sur la finance par le biais des broches qu'elle porte en permanence. Toujours selon la BBC, au cœur de la pandémie de Covid-19, la présidente de la banque de Russie aurait été vue affublée d'une broche en forme de gobelet en plastique. Le sens de ce message ? Un encouragement, car les verres de ce type tombent, mais ne se cassent pas. Et que dire des broches qu’elle arbore sur cette photo ?

Personnalité internationale

Elvira est devenue, du fait de son rang, une personnalité influente au niveau international. Mais que sait-on de ses goûts ou de sa personnalité ?

Une amatrice d'opéra

Elvira Nabiullina est une femme mariée, mère d’un fils, et une véritable passionnée d’opéra.

Bonne ou mauvaise gestionnaire ?

Et qu’en est-il de sa gestion de la Banque centrale de la Fédération de Russie ? Si certains la qualifiaient de marionnette du Kremlin, ils risquent se raviser, au vu de ses récentes déclarations contre la propagande officielle autour de la guerre en Ukraine. D’autres la voient comme une modernisatrice qui a permis d’assurer la stabilité du pays en des temps troublés.

Funestes présages devant la Douma

Elvira Nabiullina informait la Douma, le parlement russe, en avril 2022, que la Russie risquait de souffrir assez violemment des sanctions économiques prises à l'encontre du pays. Et même si  dans un premier temps, les effets de ces sanctions ont été plus ou moins atténués, la présidente de la Banque centrale de la Fédération de Russie a assuré aux députés que « nous [la Russie] allons entrer dans une phase de transformation structurelle ». Que voulait-elle dire ?

Le peuple en pâtira

Le rapport d'Elvira Nabiullina à la Douma a surpris tout le monde. Personne ne s'imaginait voir un membre du gouvernement russe dévier ainsi de l'optimisme gouvernemental habituel. Elle a expliqué au parlement que l'impact avait été retardé de quelques mois, mais finirait par se répercuter sur l'économie réelle, affectant le quotidien du peuple russe.

L’économie en temps de guerre

Elvira Nabiullina doit faire face à une situation délicate. En effet, la situation de guerre et l'isolement de la Russie constituent le gros problème de ce pays. Le rouble, et donc l'économie russe, s'effondre.

Un malaise parmi les élites russes ?

Alors que la propagande envahit les rues et les médias, voyant d'un œil favorable la guerre en Ukraine, symbolisée par un Z, des critiques apparaissent, brisant le consensus. Qu'il s'agisse des propos d'Elvira Nabiullina devant la Douma en avril, de la critique acerbe de l'oligarque Tinkov ou du diagnostic négatif sur le déroulement de la guerre fait à la télévision russe par l'ancien militaire Mikhail Khodarionok, les Russes ne sont plus aussi unanimes.

20 ans aux côtés de Vladimir Poutine

Mais, après 20 ans de proche collaboration avec Vladimir Poutine, il reste un lien étroit entre Elvira Nabiullina et le président Russe. D'autres sont dans le même cas, comme le ministre de la Défense Sergueï Choïgou et le ministre des Affaires étrangères Lavrov.

 

Le futur de la Russie s'écrira-t-il au féminin ?

Quoi qu'il en soit, Elvira Nabiullina est appréciée au niveau international en tant que spécialiste du domaine économique et c'est une grande politicienne. Et si un jour la Russie doit se passer de Poutine, elle y aura surement une place de choix.

À lire également : La guerre en Ukraine vue du côté russe : les raisons avancées par Poutine

Más para ti