Des milliers de migrants piégés à la frontière nord de l'Europe

Larmes à la frontière
Les enfants, les victimes les plus vulnérables
Tension presque guerrière
D'où viennent ces migrants ?
Si le froid fait rage, il y aura des morts
L'OTAN soutient la Pologne
Survivre à l'air libre
Un drame qui n'en finit pas
Des combats entre la Pologne et la Biélorussie ?
Expulsions de Pologne
Main de fer
Un mur comme celui de Trump
Et accueillir ces déplacés ?
Une situation bénéfique pour l'extrême droite
Crise humanitaire et vies en danger
Larmes à la frontière

Un enfant pleure dans le no man's land qui sépare la Pologne de la Biélorussie. Des milliers de migrants qui souhaitent entrer dans l'Union européenne s'y sont installés. Mission impossible. Le gouvernement polonais a déployé des milliers de soldats pour les empêcher d'entrer sur son territoire. Ils ne peuvent pas non plus reculer car, selon les informations de nombreux médias internationaux, l'armée biélorusse les en empêche. Des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants sont piégés dans une souricière à la frontière nord de l'Europe.

"Il n'y a aucun moyen de s'échapper"

L'un des migrants pris au piège à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie a raconté sa détresse à la BBC : "Il n'y a aucun moyen de s'échapper. La Pologne ne nous laissera pas entrer. Chaque nuit, ils survolent au-dessus du camp avec des hélicoptères. Ils ne nous laissent pas dormir. Nous avons tellement faim. Il n'y a ni eau ni nourriture ici. Il y a des petits enfants, des personnes âgées, des femmes et des familles."

Les enfants, les victimes les plus vulnérables

Une fois de plus, l'image des petites filles et des jeunes garçons pris dans un tel drame est terrible. Mais quelle est la raison de cette nouvelle crise ?

Tension presque guerrière

Les migrants sont des pièces stratégiques dans la tension quasi guerrière qui existe entre la Pologne et la Biélorussie. Les autorités polonaises accusent la Biélorussie d'avoir conduit de grands groupes de migrants vers les frontières de l'Union européenne. Le déploiement militaire polonais ressemble trop à une mobilisation pour une guerre : 15 000 soldats sont stationnés le long de la frontière. Et le ministère de la Défense a assuré que 10 000 autres soldats iront renforcer la sécurité.

D'où viennent ces migrants ?

Cette vague de migrants cherchant à entrer dans l'Union européenne vient de pays comme l'Irak, l'Afghanistan et la Syrie. La Lettonie et la Lituanie ont subi un problème similaire à leurs frontières et ont également blâmé le gouvernement biélorusse.

Si le froid fait rage, il y aura des morts

La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, a exigé que la Biélorussie cesse de pousser les migrants vers la frontière et a averti que ce jeu peut coûter des vies. L'hiver est proche et les températures baissent tous les jours.

L'OTAN soutient la Pologne

L'atmosphère de guerre, avec des migrants utilisés comme armes non conventionnelles pour faire pression, s'intensifie lorsque l'OTAN exprime ouvertement son soutien à la Pologne. C'est un avertissement sérieux.

Survivre à l'air libre

Euronews a rapporté que l'Union européenne est prête à sanctionner sévèrement la Biélorussie, un pays présidé par Alexandre Loukachenko, dont le caractère démocratique est remis en question. Pendant ce temps, des êtres humains vivent dans des conditions misérables et tragiques aux portes de l'Europe.

Un drame qui n'en finit pas

Les migrations de masse sont un drame incessant pour les pays développés : aujourd'hui en Pologne mais il n'y a pas si longtemps avec des Haïtiens persécutés à la frontière américaine ou des immigrés qui entrent de force en Espagne depuis le Maroc ou encore ceux qui se noient en Méditerranée lorsque leurs bateaux font naufrage.

Des combats entre la Pologne et la Biélorussie ?

On craint, enfin, qu'il puisse y avoir une confrontation entre les troupes polonaises et biélorusses déployées. Un nouvel affrontement guerrier en Europe ? Personne ne conçoit un tel scénario, mais la Pologne et la Biélorussie ont fait des déclarations extrêmement agressives. Et au milieu, les migrants.

Expulsions de Pologne

Pour le moment, la Pologne expulse rapidement toute personne qui essaye d'entrer illégalement sur son territoire. Des dizaines de migrants ont déjà été expulsés en urgence. On estime que jusqu'à 4 000 migrants se trouveraient dans un no man's land entre la Pologne et la Biélorussie.

Main de fer

Le gouvernement d'extrême droite polonais n'en démord pas et campe sur ses positions. Il veut montrer que c'est la bonne ligne pour l'Europe. Aucun sens de l'accueil, aucune humanité : juste des expulsions et de la défense à tout prix des frontières.

Un mur comme celui de Trump

Selon Euronews, la Pologne prévoit de dépenser 350 millions de dollars pour construire un mur frontalier dans le style promis par Trump (et, en partie, construit). Le gouvernement polonais souhaite que l'Union européenne participe à son financement.

Et accueillir ces déplacés ?

Seules les ONG proposent la possibilité d'accueillir ces déplacés. Le problème de l'immigration reste très compliqué pour tous les gouvernements européens.

Une situation bénéfique pour l'extrême droite

L'extrême droite européenne a le vent en poupe et les images de migrants aux frontières sont une opportunité parfaite pour alimenter leur discours. Les partis extrémistes parlent d'une « invasion » contre laquelle il faut se défendre.

Crise humanitaire et vies en danger

Mais ces soi-disant « envahisseurs » ne sont que des victimes d'un drame. Des personnes âgées, des hommes et femmes, des enfants, dont la survie, avec l'hiver rigoureux à leurs portes, est mise en question.

Más para ti