Quand la pandémie se terminera-t-elle ?
Vivre avec le virus
Toujours pris dans une pandémie
À quand le passage à une endémie ?
Surveillance et bonne santé contre les maladies endémiques
2022 : le début de la fin
Retour à la vie d'avant
Le plus naturel pour un virus, c'est de tendre vers l'endémie
La fin des vagues successives
L'OMS ne croit pas que le moment soit venu
Les risques liés au Covid-19 existent toujours
Le Covid persistant
Le danger du Covid persistant chez les enfants
Des enfants et adolescents avec des séquelles
Le problème des non-vaccinés
Les mutations à venir
De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(1/17)
Quand la pandémie se terminera-t-elle ?

Cela fait plus de deux ans que la pandémie causée par un coronavirus d'origine inconnue a changé nos vies à jamais. Quand cela se terminera-t-il ? Pourquoi parle-t-on de passer d'une période pandémique à une phase endémique ?

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(2/17)
Vivre avec le virus

Pour le moment, l'éradication du virus Covid-19 ne semble pas être un objectif réaliste. Pour cela, il faudrait qu'émerge un "vaccin stérilisant" très efficace (qui empêche le virus d'entrer dans notre corps et stoppe toute possibilité de contagion -les vaccins actuels empêchent le virus de nous rendre malade mais on peut s'infecter et aussi le propager-).

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(3/17)
Toujours pris dans une pandémie

À l'heure actuelle, l'Organisation mondiale de la santé maintient la planète dans un état de pandémie. Une pandémie survient lorsqu'une maladie se propage massivement à l'échelle mondiale et ne peut être considérée comme un foyer isolé ou plusieurs foyers spécifiques et contrôlables.

Image : Martin Sanchez/Unsplash

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(4/17)
À quand le passage à une endémie ?

L'endémie est quelque chose de moins agressif : cela consisterait en la propagation de la maladie de façon saisonnière ou dans des groupes spécifiques pendant certaines périodes. Comme, par exemple, la grippe normale qui refait surface chaque hiver.

Image : Timo Wielink/Unsplash

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(5/17)
Surveillance et bonne santé contre les maladies endémiques

Des mesures exceptionnelles ne sont jamais prises pour faire face à des maladies endémiques (fermetures de frontières, restrictions, etc.). Celles-ci sont généralement traitées en surveillant le nombre de cas et en prodiguant des soins de santé adéquats.

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(6/17)
2022 : le début de la fin

La thèse la plus optimiste de certains médecins et hommes politiques, notamment espagnols, est la suivante : le Covid-19, par la vaccination de masse ou du fait d'avoir largement transmis l'infection, n'est plus une maladie grave. Nous pourrons revenir à l'ancienne normalité (tout en gardant certaines précautions). 2022 peut être pour cela une année clé.

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(7/17)
Retour à la vie d'avant

S'adressant à la BBC, Julian Hiscox, président du domaine des infections et de la santé mondiale à l'Université de Liverpool, a déclaré: "C'est le début de la fin, du moins au Royaume-Uni. Je pense que la vie en 2022 sera presque comme avant la pandémie."

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(8/17)
Le plus naturel pour un virus, c'est de tendre vers l'endémie

Toujours sur la BBC, Elizabetta Groppelli, virologue à l'université St George de Londres, déclare : "L'endémicité était inscrite dans le virus. Je suis très optimiste. Bientôt, nous serons dans une situation où le virus circule mais nous ne nous occuperons que des personnes à risque".

Image : Cory Schadt/Unsplash

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(9/17)
La fin des vagues successives

Les vagues successives, si l'état endémique est atteint, seront remplacées par des nombres stables et des moments de plus grande contagion qui n'auraient pas à dépasser un nombre critique ou à faire s'effondrer des hôpitaux.

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(10/17)
"Vous n'allez pas chez le médecin pour un simple rhume"

Le gouvernement espagnol est l'un de ceux qui encouragent déjà le traitement du Covid-19 comme endémique. Un médecin généraliste espagnol, Albert Planes, a signé un article en faveur du retour à l'ancienne normalité, tel qu'il l'a résumé dans une interview à eldiario.es : "Quiconque a le nez qui coule ou de la fièvre doit rester à la maison, ne pas aller chez le médecin".

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(11/17)
L'OMS ne croit pas que le moment soit venu

Cependant, l'Organisation mondiale de la santé ne croit pas qu'il soit encore temps de lever l'alerte qu'implique l'état de pandémie.

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(12/17)
Les risques liés au Covid-19 existent toujours

Il est vrai que le Covid-19 est devenu une maladie "plus bénigne" grâce à la protection que nous procurent les vaccins (ou par immunisation naturelle par contagion, comme cela a pu se produire dans les pays pauvres) mais c'est toujours une maladie dangereuse : si elle provoque des pneumonies, elle peut entraîner la mort ou des effets très indésirables. Et il y a le soi-disant "Covid persistant".

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(13/17)
Le Covid persistant

Être infecté par le Covid ne nous conduit peut-être plus à l'hôpital, mais ce qu'on appelle le "Covid persistant" a déjà été classé par l'OMS comme une somme de conséquences, parfois invalidantes, qui surviennent dans certains cas d'infection. La fatigue, la douleur et d'autres symptômes persistent pendant un temps indéterminé.

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(14/17)
Le danger du Covid persistant chez les enfants

Il apparaît également (bien qu'il n'y ait pas d'études concluantes) que les vaccins protégeraient contre le Covid persistant. Cependant, le grand nombre d'infections causées par la variante Omicron ont déjà déclenché un Covid persistant, en particulier chez les mineurs.

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(15/17)
Des enfants et adolescents avec des séquelles

La revue Nature rapportait à l'été 2021 que, selon les données de l'Office for National Statistics du Royaume-Uni, « 9,8 % des enfants âgés de 2 à 11 ans et 13 % des enfants âgés de 12 à 16 ans ont signalé au moins un symptôme persistant cinq semaines après un diagnostic positif. » Donc, attraper le Covid n'est peut-être pas aussi bénin que d'avoir un rhume.

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(16/17)
Le problème des non-vaccinés

Mais la principale source d'instabilité, ce sont les non-vaccinés : même s'ils sont minoritaires, s'ils sont infectés par le Covid pour la première fois, il est probable qu'ils développeront une forme sévère de la maladie et cela affectera le système de santé. Pour que le Covid soit endémique, il faut que 100% de la population soit vaccinée. Ou se rapprocher de cet objectif.

De pandémie à endémie : la théorie espagnole sur l'évolution du virus
(17/17)
Les mutations à venir

On s'attend à ce que, compte tenu de ce qui a été observé avec Ómicron, il n'y ait pas de mutations du virus qui supposent une plus grande létalité ou gravité. Sa capacité de contagion pourrait encore augmenter, mais là encore cela semble difficile car Ómicron a déjà atteint une contagiosité prodigieuse. Cependant, chez les personnes non vaccinées ou précédemment non infectées, sans aucune défense contre le virus, des mutations dangereuses peuvent encore survenir.

Más para ti