Comment éviter d'attraper la variole du singe ?

Une maladie contagieuse
La version de l'OMS
Peau à peau
Peut-on être infectés par des objets ou des vêtements ?
Mais pas de panique !
Très peu de chances d'être infecté en ouvrant une porte
Propagation par des gouttelettes de salive
À distance de sécurité, la contagion est impossible
Les foules posent problème
Il y a encore des doutes
La variole du singe se transmet-elle par les fluides ?
Les transports publics sont sûrs
Un danger dans une salle de classe ?
Tout dépendra de l'évolution de la maladie
La variole du singe ne fait pas de discrimination
S'Isoler au moindre soupçon
Une mortalité faible mais...
Restons calmes
Une maladie contagieuse

La variole du singe a déclenché une alerte sanitaire mondiale. L'Organisation mondiale de la santé a mis en garde contre sa propagation rapide en Europe et aux États-Unis. Mais comment attrape-t-on ce virus ? Contrairement au Covid, il faut un contact étroit et prolongé pour être contaminé.

La version de l'OMS

L'OMS précise que "la maladie se transmet d'une personne à l'autre par contact direct avec une personne présentant une éruption de variole simienne". La variole simienne étant un autre nom donné à la variole du singe.

Peau à peau

C'est par un contact physique étroit (peau à peau, baisers, relations intimes) que le risque de transmission est le plus élevé. La blessure ou la plaie de l'éruption est la source de transmission la plus puissante.

Peut-on être infectés par des objets ou des vêtements ?

L'Organisation mondiale de la santé part du principe que la transmission peut se produire "lorsqu'une personne infectieuse touche des vêtements, de la literie, des serviettes, des objets, des dispositifs électroniques et des surfaces". Si une autre personne touche ces objets, elle peut être infectée. Il est également possible d'être contaminé en respirant des squames ou des virus provenant des vêtements, de la literie ou des serviettes. C'est ce qu'on appelle la transmission fomite.

Mais pas de panique !

Cependant, ce risque de contagion par transfert à travers des objets ou des vêtements est minimisé par certains experts. L'épidémiologiste Saskia Popescu, consultée par le New York Times, a déclaré : "Personnellement, je ne m'inquiète guère de l'essayage de vêtements dans un magasin".

Photo : Burgess Milner / Unplash

Très peu de chances d'être infecté en ouvrant une porte

De même, selon les experts consultés par le New York Times, il est très peu probable que toucher une poignée de porte ou un objet dont la surface est peu poreuse entraîne une infection.

Photo : Super Snapper / Unsplash

Propagation par des gouttelettes de salive

L'OMS admet la possibilité que le virus puisse être propagé par des gouttelettes (gouttelettes de salive expulsées en parlant) ou par des "aérosols à courte portée". Mais pas par des aérosols comme ceux de Covid, qui peuvent rester en suspension dans l'air et infecter à grande échelle.

À distance de sécurité, la contagion est impossible

Cette contagion par gouttelettes ou aérosols à courte portée présente un risque moyen si la distance que l'on garde avec l'individu infecté est suffisante (environ trois mètres). Ou si on porte un masque FFP2, bien sûr.

Les foules posent problème

Cependant, les rassemblements de masse, comme des concerts ou des boites de nuit, peuvent être des lieux où il est possible d'attraper la variole du singe par des gouttelettes ou des aérosols.

Photo : Yvette de Wit / Unsplash

Il y a encore des doutes

Toutefois, l'OMS admet que "les mécanismes possibles de transmission de la variole par voie aérienne ne sont pas encore bien compris et des études sont en cours pour obtenir davantage d'informations."

La variole du singe se transmet-elle par les fluides ?

Il n'a pas encore été prouvé scientifiquement si les fluides échangés dans les relations intimes sont porteurs du virus ou non.

Les transports publics sont sûrs

À l'heure actuelle, compte tenu du pourcentage de personnes infectées et sachant que la maladie ne se propage pas par les aérosols, prendre les transports en commun (ainsi que se rendre au cinéma, au théâtre ou à une manifestation sportive en salle) ne comporte pratiquement aucun risque d'infection.

Photo : Eddi Aguirre / Unsplash

Un danger dans une salle de classe ?

Il en va de même pour les écoles et les universités : il ne s'agit pas nécessairement de lieux d'infection massive. S'asseoir sur une chaise qui a été utilisée par une personne atteinte de la variole du singe n'est pas un moyen courant de contagion.

Photo : MChe Lee / Unsplash

Tout dépendra de l'évolution de la maladie

Bien sûr, tout dépend de l'évolution de la maladie. Si la maladie continue à se propager et que le nombre de personnes infectées augmente, il faudra peut-être prendre des mesures (comme pour le Covid) pour éviter les contacts étroits entre les personnes en édictant des règles de distance de sécurité et d'utilisation de masques.

La variole du singe ne fait pas de discrimination

Par pur hasard, la variole du singe s'est surtout répandue parmi les hommes ayant des rapports homosexuels, mais la maladie ne fait aucune distinction, et des femmes et des enfants ont été infectés.

S'Isoler au moindre soupçon

En principe, la contagion survient lorsque la personne contaminée commence à développer des ulcères, des blessures ou des plaies. Ainsi, au moindre soupçon, vous devez vous isoler, éviter tout contact et vous faire dépister.

Une mortalité faible mais...

La mortalité due à la variole du singe est faible et l'OMS elle-même affirme qu'elle pourrait même être limitée à 1 %. Mais elle est aussi peu claire, car il s'agit d'une maladie qui ne s'est guère répandue dans le monde jusqu'à présent. Que se passerait-il si la variole du singe devenait une pandémie ?

Restons calmes

La meilleure chose à faire est de faire confiance à la science. Des vaccins (dont le traditionnel vaccin antivariolique) sont déjà administrés à certains groupes et, si nécessaire, une vaccination universelle pour nous protéger du virus pourrait être décidée.

 

Más para ti