Ces animaux qui ont totalement et définitivement disparu de la planète

Des espèces que nous ne reverrons peut-être jamais
Le tigre de Tasmanie : l'animal qui, selon certains, n'a pas encore disparu
Le dodo : l'oiseau rare et incapable de voler, sur l'île Maurice
Le rhinocéros laineux : une bête imposante qui vivait autrefois en Europe
Le rhinocéros noir d'Afrique de l'Ouest : le dernier de son espèce à s'éteindre
Le quagga: moitié cheval, moitié zèbre
L'élan irlandais : le grand cousin de l'élan d'aujourd'hui
La vache de mer de Steller : un énorme mammifère marin pouvant atteindre neuf mètres de long
La tortue géante de Pinta : une disparition très récente
Tigre de Java : poussé hors de son habitat par la prolifération des cultures
Le crapaud doré : un avertissement du réchauffement climatique
Le grizzly mexicain : au-delà des terres canadiennes
La moule d'Alabama : victime de la pollution
La grenouille plate à incubation gastrique : le rêve tronqué des remèdes contre l'ulcère
L'ara bleu : triste fin malgré les avertissements
Phoque moine des Caraïbes : ravagé par la cupidité humaine
L'émeu noir : une espèce unique qui vivait autrefois sur King Island
Le colobe rouge de Miss Waldron : effet secondaire de la déforestation
Des espèces que nous ne reverrons peut-être jamais

Lorsque nous parlons d'extinction, l'esprit nous ramène à l'époque des dinosaures, mais tout au long de l'histoire, de nombreux animaux ont disparu, que ce soit en raison de causes naturelles, de l'évolution elle-même ou de l'action de l'homme. Il existe actuellement plus de 8 000 races animales sur notre planète, dont 20 % sont en danger d'extinction et menacées d'extinction comme d'autres qui ont déjà été déclarées éteintes. Souvenons-nous de certains de ceux que nous ne pourrons jamais revoir...

Le tigre de Tasmanie : l'animal qui, selon certains, n'a pas encore disparu

Originaire d'Australie et de Nouvelle-Guinée, le tigre de Tasmanie - également connu sous le nom de loup plutôt que de tigre - était un parent éloigné du diable de Tasmanie, selon les experts. Les dernières nouvelles de ces animaux au corps rayé, dont la disparition est imputée à la chasse, remontent aux années 1960. Certains disent qu'il existe encore des spécimens survivants qui se cachent du monde, mais personne n'a été en mesure d'en fournir une preuve concluante.

Le dodo : l'oiseau rare et incapable de voler, sur l'île Maurice

Le dodo est peut-être l'animal que les gens reconnaissent le plus lorsqu'ils parlent d'extinction - avec la bénédiction des dinosaures, bien sûr. Ce grand oiseau incapable de voler, à l'aspect assez particulier, a disparu vers la fin des années 1700. Il vivait sur l'île de Maurice, au milieu de l'océan Indien, près de Madagascar. Bien sûr, l'homme est à l'origine de sa disparition, motivé par la consommation de sa viande et après que d'autres types de prédateurs soient arrivés sur l'île et l'aient tué.

Le rhinocéros laineux : une bête imposante qui vivait autrefois en Europe

Le rhinocéros laineux, très semblable à ses descendants tels que nous les connaissons aujourd'hui, mais plutôt plus imposant et doté d'un bon pelage, vivait en Europe et en Asie du Nord, du centre de l'Espagne et du sud de l'Angleterre au sud de la Sibérie et à la Mongolie. Cette espèce a survécu à la dernière période glaciaire, mais pas à l'action de l'homme, qui l'a fait disparaître en les chassant. Il est également question d'autres problèmes, comme les "super-maladies" dues à la fonte des glaces et au changement climatique.

Le rhinocéros noir d'Afrique de l'Ouest : le dernier de son espèce à s'éteindre

Si el rinoceronte lanudo nos queda muy atrás en la historia, no es el caso del rinoceronte negro de África Occidental, también conocido como rinoceronte negro del oeste-, que ha sido declarado como extinguido de forma oficial en el año 2011. La pérdida de este importante animal se debe, cómo no, a la caza irresponsable y a la caza furtiva, ya que desde los años treinta del siglo pasado estaba totalmente prohibida.

Le quagga: moitié cheval, moitié zèbre

Mi-cheval, mi-zèbre, les quaggas ont été victimes de la bêtise humaine. Il s'avère que la grande beauté de cet animal, qui vivait en Afrique du Sud et avait un corps brun et un poitrail rayé comme les zèbres, a conduit les gens à les braconner comme trophées. Au lieu de les apprécier, ils ont préféré les tuer. Le dernier quagga a été vu vers les années 1880 et est mort en captivité.

L'élan irlandais : le grand cousin de l'élan d'aujourd'hui

Outre certaines régions de l'Alaska, du Canada et de l'Europe du Nord, l'élan était également présent en Irlande. Leur apparence était très similaire à celle de l'élan actuel, mais l'élan irlandais était beaucoup plus grand. Selon les scientifiques, cet élan - ou cerf irlandais, comme on l'appelle aussi - pouvait atteindre une hauteur de deux mètres et avait des bois de plus de trois mètres et demi de long. Son extinction remonte à quelque 7 700 ans, probablement en raison du changement climatique et de la chasse.

La vache de mer de Steller : un énorme mammifère marin pouvant atteindre neuf mètres de long

Ce mammifère sirénien pouvait atteindre une taille de huit à neuf mètres de long et peser entre quatre et dix tonnes. Il naviguait dans les mers entre l'île de Taiwan et la Nouvelle-Guinée, mais la chasse incontrôlée de ces animaux pendant de nombreuses années a provoqué leur extinction définitive, qui est officiellement constatée en 1768. C'était la fin d'une espèce dont il ne reste plus de vestiges, seulement le souvenir.

La tortue géante de Pinta : une disparition très récente

Sa disparition est intervenue après des années de chasse et de commercialisation. Leur viande était très prisée et leurs carapaces constituaient une attraction commerciale, si bien qu'au fil du temps, elles ont été tuées. Lonesome George était la dernière tortue géante Pinta vivante et avec sa mort le 24 juin 2012 dans les îles Galápagos (Équateur), elles ont été officiellement déclarées éteintes.

Tigre de Java : poussé hors de son habitat par la prolifération des cultures

Il n'est pas très différent des autres tigres, mais il était originaire de l'île indonésienne de Java. Dans le cas de ces félins impressionnants, qui ont été vus dans leurs derniers instants dans les zones montagneuses de l'île, ils ont été déplacés par l'augmentation des terres agricoles qui ont détruit leur habitat. Cette action humaine a entraîné une diminution de leur population jusqu'à leur disparition en 1994.

Le crapaud doré : un avertissement du réchauffement climatique

Selon les experts, le crapaud doré, un animal que l'on pouvait voir dans les bassins de la forêt nuageuse de Monteverde au Costa Rica, a été victime du changement climatique, et a été vu pour la dernière fois en 1989. Le fait est que le réchauffement climatique a entraîné la disparition, dans certaines zones, comme son habitat, de l'humidité dont cette espèce d'amphibiens avait besoin pour vivre et se reproduire. Dans son cas, les étangs qui formaient son écosystème se sont asséchés, entraînant la disparition des brumes qui maintenaient cette humidité.

Le grizzly mexicain : au-delà des terres canadiennes

Aujourd'hui, les grizzlis sont un symbole du Canada, mais dans le passé, cet animal imposant pouvait être observé dans d'autres régions du continent américain, comme le Mexique. On considère qu'ils se sont officiellement éteints en 1964, car il ne restait plus que 30 ours au début de cette décennie. La raison de leur disparition est la chasse par les éleveurs de la région où ils vivaient, qui les ont tués parce qu'ils en avaient assez qu'ils attaquent leurs animaux.

La moule d'Alabama : victime de la pollution

La mer et les rivières abritent de nombreux types d'animaux que nous ne considérons pas toujours et qui ont disparu à cause de l'action de l'homme. C'est le cas de la moule d'Alabama, que l'on trouvait dans la rivière Mobile, dans cet État d'Amérique du Nord, et qui remplissait l'importante fonction de filtrer les eaux polluées du lit de la rivière, mais qui a disparu vers 2006. Sa disparition a été causée par les produits dangereux qui y étaient déversés, ce qui a également affecté la communauté des personnes vivant dans la région.

La grenouille plate à incubation gastrique : le rêve tronqué des remèdes contre l'ulcère

La grenouille à incubation gastrique a disparu, selon les experts, en 1981. Originaire d'Australie, cet amphibien, en plus d'avoir un processus de reproduction assez particulier, a également fait l'objet d'études pour trouver un remède aux ulcères. Pour ce qui est de la reproduction, la grenouille avale les œufs fécondés pour les incuber à l'intérieur et son estomac commence à gonfler jusqu'au moment de "l'accouchement", lorsque sa bouche est prête pour que sa progéniture sorte complètement développée et debout.

L'ara bleu : triste fin malgré les avertissements

Tous ceux qui ont vu le film d'animation "Rio" (2011) savent de quel animal il s'agit. Blu et Perla étaient deux aras bleus. Il est important de mentionner ce film, car il mettait déjà en garde contre le danger de disparition de leur espèce, sans succès, puisqu'il s'agit de l'une des dernières espèces à avoir été déclarées éteintes. Endémique au Brésil, l'ara bleu a péri en raison de la déforestation et de la chasse pour la vente comme oiseau exotique.

Phoque moine des Caraïbes : ravagé par la cupidité humaine

Il n'y a pas si longtemps, on pouvait voir des phoques dans les Caraïbes. Ils étaient originaires de la région, étendant leur territoire entre la côte nord de l'Amérique du Sud, la côte est de l'Amérique centrale et le Golfe du Mexique. Leur population a progressivement diminué jusqu'à ce que le dernier spécimen de son espèce soit observé sur l'île Serranilla, entre la Jamaïque et le Nicaragua, en 1952. L'homme est à l'origine des principales causes de leur extinction : la chasse - pour l'huile qui pourrait être extraite de leur graisse corporelle - et la pêche massive de leurs sources de nourriture.

L'émeu noir : une espèce unique qui vivait autrefois sur King Island

Aujourd'hui encore, nous pouvons trouver différents types d'émeus sur notre planète, mais l'un d'entre eux ne sera plus jamais vu. C'est l'émeu noir, une espèce qui ne vivait que sur King Island, en Australie. L'homme les a éliminés il y a longtemps - au 19e siècle - lors de la colonisation de l'île et l'espèce a été réduite par l'action de l'homme jusqu'à sa disparition définitive.

Le colobe rouge de Miss Waldron : effet secondaire de la déforestation

Cette espèce de singe vivait autrefois sur le continent africain, entre les frontières de la Côte d'Ivoire et du Ghana, mais elle est considérée comme éteinte depuis le début du XXIe siècle, au début des années 2000. Les colobes rouges, habitués à se déplacer à haute altitude parmi les arbres, vivaient en groupes réduits en raison de la déforestation de leur habitat, qui les a exposés aux prédateurs et à la consanguinité, affaiblissant ainsi leur espèce. La somme de ces facteurs a conduit à leur extinction.

Más para ti