Capitulation des États-Unis et de l'Europe face à la Russie : une possibilité imminente ?

Et si l'Ukraine perdait le soutien des États-Unis et de l'Union Européenne ?
Aurons-nous du chauffage cet hiver ?
Crise économique, mécontentement... et l'extrême-droite au pouvoir en Italie
Une Première ministre contre Poutine, mais... vraiment ?
Berlusconi et Poutine, de vieux amis
Des contacts entre le Kremlin et l'équipe de Salvini
Et si Trump revenait à la Maison Blanche en 2024 ?
Trump sympathise avec Poutine et, surtout, promeut l'isolationnisme
Mais Trump peut-il vraiment revenir au pouvoir ?
Arrêter la guerre à tout prix
L'hiver russe, ou le
Une longue guerre
Le monde ne se résume pas à l'Europe et aux États-Unis
Lula et la guerre en Ukraine
Une question lointaine
Dernier héros de la résistance ukrainienne
Capituler... ou négocier
Et si l'Ukraine perdait le soutien des États-Unis et de l'Union Européenne ?

Pour résister face à la Russie, l'Ukraine a besoin du soutien des États-Unis et de l'Union européenne. Si la contribution militaire n'est peut-être pas importante, il est moralement essentiel que les puissances démocratiques soutiennent la lutte de l'Ukraine contre la Russie. Et il est également fondamental que les sanctions économiques contre Poutine soient maintenues. Mais il n'est pas impossible que les États-Unis et l'Europe finissent par capituler devant la Russie.

Aurons-nous du chauffage cet hiver ?

Les pénuries prévisibles de gaz russe ont déjà incité l'Union européenne à adopter des mesures restreignant la consommation d'énergie dans l'industrie et les ménages. La crainte de ne pas pouvoir allumer le chauffage peut affecter considérablement l'humeur des Européens.

Crise économique, mécontentement... et l'extrême-droite au pouvoir en Italie

Les pénuries d'énergie pourraient entraîner des problèmes industriels et la guerre génère une inflation galopante. Le mécontentement populaire est omniprésent et les sondages suggèrent que Giorgia Meloni (photo), du parti d'extrême droite Frères d'Italie, pourrait remporter les élections. Cela signifierait un changement politique radical dans l'un des principaux pays de l'Union européenne.

Une Première ministre contre Poutine, mais... vraiment ?

Comme le résume un article de Politico (par Hanna Roberts et Giorgio Leali), Giorgia Meloni a décidé d'afficher une forte position anti-Poutine et pro-Ukraine pour gagner en respectabilité aux yeux de l'électorat italien. Cependant, Poutine est un leader adoré par l'ultra-droite (anti-LGBT, pro-droite,,,) et si Meloni devait gouverner, ne serait-elle pas prête à forcer l'UE à trouver un accord de paix même si cela signifie une défaite pour l'Ukraine ?

Berlusconi et Poutine, de vieux amis

De plus, Giorgia Meloni devra certainement trouver un accord avec Berlusconi et Salvini, les vieux amis de Poutine, dont la position d'amour-haine envers le leader russe dépend de la direction dans laquelle le vent souffle.

Des contacts entre le Kremlin et l'équipe de Salvini

Le quotidien italien La Stampa a rapporté qu'un fonctionnaire de l'ambassade russe à Rome avait rencontré un homme de Matteo Salvini (leader de la Ligue du Nord, parti populiste de droite) pour s'enquérir de la chute du gouvernement de Mario Draghi. Finalement, Draghi, anti-Poutine convaincu, a dû démissionner de son poste de Premier ministre.

Et si Trump revenait à la Maison Blanche en 2024 ?

Une autre variable (plutôt à moyen terme, mais qui sait combien de temps la guerre va durer ?) pourrait être la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle de 2024.

Trump sympathise avec Poutine et, surtout, promeut l'isolationnisme

Le bon feeling entre Trump et Poutine ne date pas d'hier, même si aujourd'hui (pour des raisons évidentes) le magnat américain se fait discret à ce sujet. De plus, Trump est un partisan de l'isolationnisme en politique étrangère. Pour lui, le monde doit se débrouiller tout seul et laissez les États-Unis faire ce qu'ils veulent.

Mais Trump peut-il vraiment revenir au pouvoir ?

Le retour de Trump au pouvoir dépend de nombreux facteurs : une rébellion est en cours dans les rangs de la droite républicaine pour l'empêcher, mais l'ancien président dispose d'une armée fidèle de partisans qui pourraient l'aider à remporter les primaires.

Arrêter la guerre à tout prix

Si les extrémistes arrivent au pouvoir, ce sera, entre autres, parce que leurs électeurs ont peur et sont fatigués de la guerre. Arrêter le conflit à tout prix (même si cela signifie laisser tomber Zelenski) est peut-être une idée qui trouvera un écho dans l'opinion publique en Europe et aux États-Unis.

L'hiver russe, ou le "général Hiver"

Une fois de plus dans l'Histoire, la Russie peut bénéficier de ce que l'on appelle le "général Hiver" qui l'a aidée à vaincre Napoléon ou les nazis. Une Europe où règnent la pénurie d'énergie et la peur est un terrain propice à la "reddition".

Photo : Viktor Brystov / Unsplash

Une longue guerre

Poutine est bien conscient de tous ces facteurs et est donc préparé à une longue guerre. Et, pour l'instant, il ne semble pas que ce conflit coûte au dirigeant russe un soutien interne.

Le monde ne se résume pas à l'Europe et aux États-Unis

Et ajoutons un autre facteur : le monde est plus grand que les États-Unis et l'Union européenne. Et Poutine a des relations cordiales, amicales, ou du moins suffisamment bonnes avec un certain nombre de pays qui ont encore des liens commerciaux forts.

Lula et la guerre en Ukraine

L'Europe et les États-Unis ont été surpris qu'un dirigeant politique comme Lula accuse Zelenski d'être "aussi coupable" de la guerre que Poutine dans une interview accordée au TIME. Il a également rendu l'OTAN responsable du conflit. Mais ses propos sont partagés par de nombreux dirigeants politiques et citoyens en Amérique latine et ailleurs.

Une question lointaine

En Amérique latine, dans de nombreuses régions d'Asie (avec des puissances telles que l'Inde et la Chine au premier plan) et dans les pays africains, la guerre en Ukraine est une question lointaine et n'est pas considérée comme une raison de rompre les relations avec la Russie.

Dernier héros de la résistance ukrainienne

Il n'est pas certain que l'opinion publique européenne ou américaine soit prête à payer le prix d'un conflit comme celui en Ukraine. Zelenski est peut-être le dernier héros de la résistance.

Capituler... ou négocier

Il est donc très probable que l'idée de négocier avec la Russie au prix de l'intégrité territoriale de l'Ukraine fasse son chemin. S'agirait-il d'une capitulation ? Une question complexe à débattre.

 

Más para ti