Les nouveaux variants de la Covid 19 sont-ils plus contagieux et plus mortels ?

Trois formes qui menacent la lutte contre la pandémie
Le variant britannique
Le variant britannique fait-il plus de victimes ?
Le danger du variant britannique
Le vaccin protège, mais pas totalement
Le variant brésilien
Des variants qui se jouent des vaccins
Le variant sud-africain
Un virus qui s'adapte pour survivre
La crainte de la réinfection
Plus l'immunisation est élevée, plus la capacité de pénétration des nouveaux variants sera réduite
Des vols restreints
Se protéger avec des masques adéquats
De nouveaux variants vont-ils encore débarquer ?
Trois formes qui menacent la lutte contre la pandémie

La lutte contre la Covid 19 se fait sur plusieurs fronts : la prévention (avec les masques, la distance, l'hygiène, le télétravail), la vaccination (en plein essor) et la recherche scientifique. La recherche est cruciale car le virus se transforme pour survivre et se propager. Pour l'instant, trois variants sont apparus et suscitent l'inquiétude : le britannique, le sud-africain et le brésilien. Sont-ils plus contagieux ? Est-ce qu'ils tuent plus ? Voici quelques éléments de réponse, car les données sont encore en cours d'analyse.

Le variant britannique

Le variant britannique a provoqué, selon les premières études, une très forte expansion de la maladie au Royaume-Uni. Les scientifiques semblent s'accorder pour dire que sa contagiosité est de 30 à 50 % plus élevée. Et sa capacité létale ?

Le variant britannique fait-il plus de victimes ?

Il y a des divergences d'opinions scientifiques à ce sujet. Le gouvernement britannique affirme que oui, que le variant britannique est plus mortel. L'Organisation mondiale de la santé en doute. D'une part, il est clair qu'en infectant un plus grand nombre de personnes, il y aura plus de décès. Mais certains chercheurs affirment que, sur le plan individuel, le variant britannique du coronavirus n'est guère plus mortel que celui qui circulait jusqu'à présent dans toute l'Europe.

Le danger du variant britannique

En d'autres termes, le variant britannique est plus dangereux au niveau collectif en raison de sa grande transmissibilité, mais la science n'a pas déterminé qu'il était beaucoup plus mortel au niveau individuel. Mais qu'en est-il des vaccins actuels, fonctionnent-ils pour le variant britannique ?

Le vaccin protège, mais pas totalement

En plein milieu de la campagne de vaccination et sans échantillons réellement significatifs et diversifiés sur lesquels faire des études, il est difficile de faire une déclaration catégorique. Mais, en principe, la science nous assure que les vaccins actuels immunisent contre le variant britannique. Au moins contre le modèle habituel. Car il y aurait un "variant du variant" qui pourrait tromper le vaccin, ont admis les autorités britanniques au début de ce mois de février 2021.

Le variant brésilien

Les caractéristiques du variant brésilien sont plus inquiétantes. Selon des recherches encore très préliminaires, il serait plus contagieux (plus ou moins comme le variant britannique) et capable de contourner le système immunitaire dans une plus large mesure et, par conséquent, de causer une plus grande létalité.

Des variants qui se jouent des vaccins

Mais le plus inquiétant est que le variant brésilien (et peut-être aussi le variant sud-africain, bien que dans une moindre mesure) pourrait être capable de déjouer les vaccins existants. En tout cas, les entreprises pharmaceutiques sont rassurantes : il est relativement facile de "reprogrammer" le vaccin pour qu'il soit efficace contre de nouveaux variants. Mais cela prend un certain temps et pourrait ralentir la fin de la pandémie.

Le variant sud-africain

Le variant sud-africain serait similaire au variant brésilien. Plus contagieux et, bien qu'il y ait des doutes, peut-être un peu plus mortel que la souche originale qui s'est répandue sur la planète en 2020. Un autre facteur de préoccupation est que certaines études suggèrent que les variants sud-africain et brésilien affectent davantage les jeunes.

Un virus qui s'adapte pour survivre

Les variants se développent parce que le virus veut améliorer ses conditions et survivre à tout prix. C'est pourquoi il cherche des moyens de contourner l'immunisation, d'augmenter son spectre d'hôtes (jeunes, enfants), de se cacher dans notre organisme... Cependant, les scientifiques insistent sur le fait que, généralement, les virus ont tendance à s'atténuer afin de ne causer qu'une maladie bénigne et de pouvoir vivre en paix. Ce sont des organismes qui ne veulent pas que leur hôte meure, donc leur évolution tend vers une plus grande amabilité envers leur hôte.

La crainte de la réinfection

L'un des plus grands dangers des nouveaux variants est la possibilité qu'ils provoquent une réinfection, ce qui pourrait signifier de repartir presque à zéro. L'Imperial College de Londres a mis en garde contre la capacité des nouveaux variants à réinfecter.  Cependant, les vaccins ou le fait d'avoir passé le Covid 19 avec les nouveaux variants seraient-ils sans valeur ?

Plus l'immunisation est élevée, plus la capacité de pénétration des nouveaux variants sera réduite

On espère que si la vaccination progresse et que nous nous rapprochons de ce que l'on appelle "l'immunité collective", l'apparition de nouveaux variants sera ralentie. C'est-à-dire qu'ils pourraient entrer mais chez une personne vaccinée ou ayant déjà passé le Covid 19, une réinfection serait inhabituelle ou, en tout cas, avec des symptômes légers. Tout cela, encore une fois, avec la plus grande prudence : le Covid 19 comporte encore trop de mystères scientifiques et il y a peu de certitudes absolues.

Des vols restreints

Quoi qu'il en soit, en Europe et ailleurs, les vols en provenance du Royaume-Uni, du Brésil et de l'Afrique du Sud ont été restreints. Dans un monde global comme celui dans lequel nous vivons, il est difficile que les nouveaux variants restent sans bouger d'un endroit à l'autre, mais il faut coûte que coûte essayer d'arrêter la pandémie.

Se protéger avec des masques adéquats

Pour l'instant, nous devrons donc continuer à nous protéger contre le Covid 19 par des mesures préventives telles que le port de masques. À cet égard, l'idée que le FPP2 (le masque sur la photo) est le plus efficace et que ce modèle devrait être utilisé dans des espaces clos gagne de plus en plus de terrain. Dans certains États allemands, son usage est déjà obligatoire dans les transports publics, les magasins, etc.

De nouveaux variants vont-ils encore débarquer ?

Le virus mute et continuera à muter. C'est la loi de la vie. Les prévisions scientifiques les plus optimistes assurent que, peu à peu, nous apprendrons à vivre avec le Covid 19, que ce sera une maladie bénigne de type grippal et que le vaccin devra être adapté de temps en temps. Espérons que ce sera le cas et que, tôt ou tard, nous pourrons revenir à la normale. En attendant, soyons très prudents.

Más para ti