Tournage de la vidéo de "Blurred Lines" : le mannequin Emily Ratajkowski revient sur son passé et accuse Robin Thicke d'agression

La vidéo qui a tout changé
Maintenant, Emily Ratajkowski prend la parole
Ratajkowski avait 21 ans
'My Body' (Mon corps)
Un livre féministe
Touchée sans son consentement
Elle s'est sentie humiliée
La réalisatrice a arrêté d'enregistrer
Des excuses
Maintenant, j'aurais déposé une plainte
Une vidéo problématique
Le karma a fait son travail
Des paroles critiquées
5 millions pour du plagiat
La vidéo qui a tout changé

Le 20 mars 2013, le monde a rencontré Emily Ratajkowski dans toute sa splendeur. Ce jour-là, le clip 'Blurred Lines', grand succès de Robin Thicke avec Pharrell Williams et T.I., était présenté en première mondiale. Elle y est apparue chichement vêtue.

"Blurred Lines" - une vidéo controversée

La vidéo avait deux versions. Dans l'une d'elles, le mannequin anglais apparaissait en bikini, et la deuxième prise était "full Monty" (sans rien). Évidemment, cette version a été bannie de YouTube quelques minutes après sa mise en ligne.

Maintenant, Emily Ratajkowski prend la parole

Huit ans après la sortie de la vidéo, Emily Ratajkowski a révélé avoir été touchée de manière inappropriée par le chanteur de "Blurred Lines", Robin Thicke. La réalisatrice de la vidéo, Diane Martel, corrobore l'accusation du mannequin.

Ratajkowski avait 21 ans

À l'époque de la vidéo, qui a été tournée fin 2012, le mannequin avait 21 ans et n'était pas aussi connue qu'aujourd'hui. En fait, le clip l'a aidée à faire passer sa carrière de mannequin à un niveau supérieur.

'My Body' (Mon corps)

Mme Ratajkowski a fait cette révélation sur "Blurred Lines" dans son livre "My Body". Dans ce livre, elle parle à la première personne de l'objectivation et des abus dont les femmes peuvent être victimes.

Un livre féministe

Selon la description de l'éditeur, "My Body" est "une exploration profondément personnelle de... la façon dont les hommes traitent les femmes et les rationalisations des femmes pour accepter ce traitement." Un exemple des histoires personnelles racontées par Ratajkowski est son souvenir du tournage de la vidéo "Blurred Lines".

Touchée sans son consentement

En ce qui concerne l'incident avec Robin Thicke, le mannequin raconte que le chanteur s'est présenté au tournage de la vidéo plus éméché qu'il n'aurait dû l'être dans un cadre professionnel. À un moment donné, dit-elle, le chanteur l'a attrapée sans son consentement.

"J'ai senti des mains étrangères"

"Soudain, venu de nulle part, j'ai ressenti la fraîcheur et l'étrangeté des mains d'un inconnu, qui ont enserré ma poitrine par derrière", raconte le mannequin dans son livre. "Je me suis instinctivement éloignée et j'ai regardé Robin Thicke."

"Il a fait un sourire niais"

Elle se souvient que Robin Thicke semblait ivre. "Il a fait un sourire niais et a trébuché en arrière, les yeux cachés derrière ses lunettes de soleil", dit-elle.

Elle s'est sentie humiliée

Emily Ratajkowski dit regretter de ne pas avoir réagi comme elle le ferait maintenant. "J'ai poussé mon menton en avant et j'ai haussé les épaules, évitant le contact visuel, sentant la chaleur de l'humiliation parcourir mon corps.... Je n'ai pas réagi - pas vraiment, pas comme j'aurais dû le faire."

La réalisatrice a arrêté d'enregistrer

Alors que Ratajkowski tournait la tête "vers l'obscurité derrière le plateau", Diane Martel, la réalisatrice de la vidéo, a crié "tu vas bien ?". Elle a également arrêté l'enregistrement à ce moment-là et a fait sortir tout le monde du studio.

"La séance est terminée !"

L'histoire d'Emily Ratajkowski a été confirmée par la réalisatrice dans une interview accordée au Sunday Times. "Je me souviens du moment où il a attrapé ses s***", dit Martel. "Un dans chaque main. Il se tenait derrière elle car ils étaient tous les deux de profil. J'ai crié de ma voix très agressive de Brooklyn : "Mais qu'est-ce que vous faites, ça suffit ! La séance est terminée !"

Des excuses

Diane Martel a ajouté que Robin Thicke s'est ensuite "excusé de façon maladroite". Emily Ratajkowski affirme dans son livre que ces excuses sont le résultat du fait qu'il a réalisé la gravité de ce qu'il avait fait. Pour l'instant, le chanteur n'a pas répondu à la révélation du mannequin et aux remarques de la réalisatrice.

Maintenant, j'aurais déposé une plainte

Avec le recul, Emily Ratajkowski regrette de ne pas avoir dénoncé l'événement il y a huit ans. Elle reconnaît qu'à 21 ans, elle ne savait pas comment réagir et qu'elle a simplement laissé passer.

Une vidéo problématique

Avant la révélation de Ratajkowski, la vidéo de 'Blurred Lines' était déjà controversée. "Martel a expliqué comment elle avait l'intention de renverser la dynamique du pouvoir en montrant les hommes dans une position inférieure à celle des femmes sur le plateau", rapporte Cosmopolitan. Mais la vidéo n'a pas été reçue de cette façon. De nombreux téléspectateurs ont trouvé la vidéo offensante pour les femmes et Pharrell Williams (à gauche sur la photo) allait bientôt s'excuser pour son rôle dans la vidéo.

"J'étais rien de plus que le mannequin embauché"

Comme le dit Ratajkowski dans son livre, le comportement de Robin Thicke "a sapé la vision de Martel sur l'autonomisation des femmes." Cosmopolitan cite son argument selon lequel "avec ce seul geste, Robin Thicke a rappelé à tout le monde sur le plateau que nous, les femmes, n'étions pas vraiment aux commandes... Je n'étais rien de plus que le mannequin engagé."

Le karma a fait son travail

Si Robin Thicke s'en est tiré avec de plates excuses  pour avoir agressé Emily Ratajkowski, lui et sa chanson à succès ont eu leur part de mauvais karma. En fait, "Blurred Lines" a été à la fois le début et la fin de sa carrière.

Des paroles critiquées

Tout d'abord, les paroles de la chanson ont été considérées comme misogynes, au point d'inciter au harcèlement et aux abus. "Blurred Lines" a été pointé du doigt comme un hymne maudit à l'encontre des femmes, et le fait que sa vidéo comprenait plusieurs mannequins à peine vêtus n'a pas aidé.

5 millions pour du plagiat

Comme si cela ne suffisait pas, Robin Thicke a été poursuivi par les héritiers de Marvin Gaye qui l'ont accusé d'avoir plagié la chanson "Got to Give it up". La famille a gagné le procès et Robin Thicke a dû payer 5 millions de dollars.

Más para ti