Tom Cruise et d'autres célébrités qui ont provoqué la colère de la Chine

La Chine en colère contre
L'histoire derrière la controverse
Certaines célébrités ont été critiquées pour avoir pris parti
La Chine inquiète Hollywood
Tom Cruise et la Chine
Tom Cruise a toujours été apolitique
Jouer pour le public local
Tom Cruise, pas le seul acteur qui a contrarié la Chine
Des acteurs taïwanais dans le collimateur
Une liste noire
John Cena
Des réactions mitigées face aux excuses de Cena
Katy Perry
Katy Perry interdite de séjour en Chine
Controverse sur Hong Kong
Mesut Özil à propos des Ouïghours
Le prix fort à payer
La question du Tibet
He says it damaged his career
Une histoire qui se répète ?
La Chine en colère contre "Top Gun : Maverick"

Lorsque la bande-annonce de "Top Gun : Maverick", la suite très attendue du film "Top Gun" de 1986, est sortie, cela a déclenché une grande excitation dans le monde entier, car tout le monde était ravi de revoir Tom Cruise dans un avion de chasse. Les fans taïwanais, en particulier, étaient enchantés de revoir leur drapeau national sur le blouson de bombardier de Cruise. Mais la Chine a été moins emballée, comme l'ont rapporté CNN et d'autres médias.

L'histoire derrière la controverse

La Chine considère Taïwan comme une province sécessionniste et menace depuis longtemps de l'envahir, tandis que les Taïwanais se considèrent comme une nation indépendante. Ce conflit remonte à la prise de contrôle de la Chine par Mao Zedong en 1949, qui a contraint les nationalistes chinois à fuir vers Taïwan.

Certaines célébrités ont été critiquées pour avoir pris parti

Depuis lors, des célébrités comme Tom Cruise (que l'on voit ici lors de la première chinoise de "Mission Impossible : Fallout") ont été fortement critiquées pour leur soutien à Taïwan.

La Chine inquiète Hollywood

Sur le plan politique, les États-Unis sont discrètement pro-Taïwan, mais Hollywood s'appuie fortement sur les cinéphiles chinois pour le succès au box-office. Ainsi, des films comme "Gravity" (2013) s'adressent au public chinois et Hollywood est heureux de se plier à la censure chinoise. De fait, le drapeau taïwanais avait même été retiré d'une précédente bande-annonce de "Top Gun : Maverick", avant d'être finalement réintégré dans le film.

Tom Cruise et la Chine

En dehors des premières de ses films, Cruise n'a pas de lien profond avec la Chine. Pour "Mission Impossible 3" (2006), il a tourné quelques scènes à Xitang, une ville historique chinoise. Par ailleurs, John Woo, le réalisateur de "Mission Impossible 2" (2000), est originaire de Hong Kong, une autre partie contestée de la Chine.

Tom Cruise a toujours été apolitique

Lorsque le film original "Top Gun" a incité les jeunes Américains à s'engager dans l'armée, Cruise en a été gêné. Il a participé à "Born on the 4th of July" (1989), un film anti-guerre, en guise de réponse. En dehors de cela, Cruise est publiquement apolitique et se préoccupe surtout de vendre ses films de manière charismatique. Par conséquent, la décision de faire figurer le drapeau taïwanais, interdit par la Chine, dans son dernier film est un mystère.

Jouer pour le public local

Les réalisateurs du nouveau film ont peut-être ressenti un plus grand sentiment de liberté. Le film devait être partiellement financé par des bailleurs de fonds chinois, mais ceux-ci se sont retirés en raison de l'intrigue clairement pro-américaine du film, indique le New York Post. L'intrigue pro-américaine signifie également que "Top Gun : Maverick" ne sortira pas en Chine continentale. Il est donc plus facile pour les réalisateurs de ne pas tenir compte des sensibilités chinoises dans le film.

Tom Cruise, pas le seul acteur qui a contrarié la Chine

Tom Cruise n'est pas le seul acteur à avoir publiquement suscité la colère de la Chine.

Des acteurs taïwanais dans le collimateur

Le film taïwanais " Missing Johnny " (2017) a été interdit en Chine continentale, même si l'intrigue est assez anodine - des jeunes gens explorant la vie et l'amour. La décision a été prise parce que l'acteur principal - Lawrence Ko, qui jouait aux côtés de Rima Zeidan (photo) - avait des liens avec un parti politique qui soutient l'indépendance de Taïwan.

Une liste noire

En réponse à tout cela, le gouvernement chinois a dressé une liste noire de célébrités interdites en Asie et ailleurs. Cette liste est assez puissante pour contraindre certaines célébrités taïwanaises à se taire sur l'indépendance et elle peut obliger les acteurs d'Hollywood à s'excuser.

John Cena

Cena a suscité la controverse lorsqu'il a déclaré en 2021 que Taïwan serait le premier pays à voir "Fast and Furious 9". L'acteur et ancien catcheur, qui a de nombreux fans chinois et qui apprend le chinois depuis des années, s'est excusé en mandarin pour avoir prétendu que Taïwan était un pays.

Des réactions mitigées face aux excuses de Cena

En Occident, le populaire animateur de télévision John Oliver a reconnu que la maîtrise du chinois par Cena était impressionnante, mais la plupart des faiseurs d'opinion et des politiciens américains l'ont condamné pour ses excuses. En Chine, certains ont accepté ses excuses, mais d'autres ont estimé qu'il n'était pas allé assez loin.

Katy Perry

En 2015, Katy Perry a porté une robe à fleurs de tournesol - le tournesol est un symbole puissant du nationalisme taïwanais - et le drapeau taïwanais lors d'un concert à Taïwan. Cela n'a pas été considéré tout de suite comme une offense, car dans la Chine voisine, les fans considèrent Katy comme une "Fruit Sister" en raison de ses tenues excentriques.

Katy Perry interdite de séjour en Chine

Néanmoins, le gouvernement chinois s'en est offusqué et a banni la chanteuse du pays.

Elle n'est pas la seule célébrité à être bannie d'un pays, d'ailleurs. LIRE AUSSI : Ces stars interdites de séjour (ou ayant eu de graves problèmes) dans certains pays

 

Controverse sur Hong Kong

Bien sûr, Taïwan n'est pas le seul sujet brûlant lié à la Chine. Lors des troubles relativement récents à Hong Kong, l'acteur Chow Yun-Fat a soutenu les manifestants, tandis que Jackie Chan s'est rangé du côté du gouvernement chinois.

Mesut Özil à propos des Ouïghours

Le footballeur Mesut Özil a dénoncé la Chine pour le traitement qu'elle réserve aux musulmans ouïghours, qui ont été détenus et physiquement blessés par l'État chinois. Il s'est attiré les foudres de son club de l'époque, l'Arsenal, qui a publié sur la plateforme chinoise de médias sociaux Weibo une déclaration peu convaincante affirmant que le club ne s'impliquerait pas dans la politique.

Le prix fort à payer

La Chine a réagi en déclarant que le footballeur avait été trompé par de fausses informations. Elle l'a également retiré des versions chinoises du jeu vidéo "Pro Evolution Soccer". En outre, certains matchs de l'Arsenal ont été retirés des programmes télévisés chinois. Après avoir fait ces commentaires courageux, Özil a été exclu de l'équipe première de l'Arsenal et a finalement été vendu.

La question du Tibet

La liste des célébrités qui soutiennent le Tibet est longue. Sting, Yoko Ono, Bradley Cooper et Amy Adams ne sont que quelques-unes des personnalités qui ont soutenu l'indépendance du Tibet. Richard Gere, un fervent bouddhiste, est l'une des personnalités les plus célèbres à soutenir le Tibet.

He says it damaged his career

Gere a fait des vagues lorsqu'il a critiqué la Chine en remettant un Oscar lors de la cérémonie de 1993. Son geste a provoqué la colère du tout Hollywood qui courait alors, et court toujours, après l'argent chinois. Par la suite, The Hollywood Reporter a prétendu que la carrière de Gere avait pris un coup à cause de ses points de vue sur la Chine. Le journal a également affirmé que des réalisateurs chinois ont déclaré en privé qu'ils avaient trop peur de travailler avec lui.

Une histoire qui se répète ?

La polémique autour de "Top Gun : Maverick" en dit long sur la nostalgie et le manque d'originalité d'Hollywood. Mais à l'heure où le film sort dans les cinémas du monde entier, il expose les tensions entre l'Occident et la Chine à tous les niveaux, et il rappelle également la lutte à laquelle sont confrontés les réalisateurs pour trouver un équilibre entre la rentabilité et l'action.

Más para ti