Panache, démesure et autodérision : adieu à Jean-Paul Belmondo