Un parcours atypique
Des origines multiples
Des premiers rôles dès l’enfance
Mannequin à treize ans
La Gamine
Maïwenn
En couple avec Luc Besson
L’égérie de son époux
Une rupture douloureuse
Le come-back
Un talent de réalisatrice
Maïwenn et Joey Starr
Polisse
Un film à succès
Mon roi
Maïwenn et le féminisme
Plongée dans ses racines algériennes
La Favorite
Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(1/18)
Un parcours atypique

Mannequin et actrice précoce, célébrée puis abandonnée par Luc Besson, réalisatrice de talent depuis une quinzaine d’années, Maïwenn est un personnage singulier du cinéma français. Alors qu’elle vient de fêter ses 46 ans, redécouvrons en images son riche parcours.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(2/18)
Des origines multiples

Maïwenn Le Besco est née le 17 avril 1976 d’un père breton d’origine vietnamienne et d’une mère franco-algérienne qui n’est autre que l’actrice Catherine Belkhodja. Elle est la sœur ainée d’Isild Le Besco (sur la photo) et de Jowan Le Besco, tous deux aussi acteurs et réalisateurs.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(3/18)
Des premiers rôles dès l’enfance

Poussée très tôt par ses parents vers le monde du cinéma et du spectacle, Maïwenn décroche ses premiers rôles dans les années 1980, alors qu’elle est encore enfant. Elle apparaît par exemple dans « L’été meurtrier » de Jean Becker (1983) et dans un épisode des enquêtes du commissaire Maigret.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(4/18)
Mannequin à treize ans

Début 1990, la jeune actrice remporte à seulement treize ans le concours de mannequin organisé par le magazine ’20 ans’ qui la met en couverture. Sa carrière est lancée.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(5/18)
La Gamine

Son premier rôle important est le rôle-titre dans le film « La Gamine », avec Johnny Halliday, sorti en 1992. L’histoire d’une jeune fille recherchée par la police car elle est soupçonnée d’avoir tiré sur son petit ami…

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(6/18)
Maïwenn

L’actrice a des relations difficiles avec ses parents. Pour cette raison, elle a choisi de ne plus être créditée avec son nom de famille au générique des films et d’apparaître publiquement sous le seul nom de « Maïwenn ».

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(7/18)
En couple avec Luc Besson

Alors qu’elle n’a que quinze ans, Maïwenn rencontre Luc Besson en 1991. Le couple se marie l’année suivante (les mineurs de plus de quinze ans pouvaient alors se marier avec l’autorisation de leurs parents). En 1993, l’actrice donne naissance à une fille, Shanna.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(8/18)
L’égérie de son époux

Maïwenn apparaît brièvement dans « Léon » de Luc Besson en 1994 dont elle réalise le making-of. Elle tient le rôle de la diva dans « Le Cinquième Élément » trois ans plus tard. Un film qui sera fatal pour la jeune comédienne.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(9/18)
Une rupture douloureuse

C’est en effet sur le tournage du « Cinquième Élément » que Besson la quitte pour l’actrice et mannequin Milla Jovovich. Maïwenn fait alors une dépression nerveuse et traverse une période très douloureuse dans sa vie personnelle.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(10/18)
Le come-back

Mais Maïwenn n’a pas dit son dernier mot ! Encore très jeune, elle revient progressivement à la scène au début des années 2000, avec de petits rôles au cinéma et à la télévision. L’actrice guérit surtout grâce à son one-woman-show autobiographique, « Le Pois chiche », qu’elle joue en 2003 au Café de la Gare à Paris.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(11/18)
Un talent de réalisatrice

Maïwenn diversifie ensuite ses talents en se lançant dans la réalisation. Après un court-métrage en 2004, elle sort « Pardonnez-moi » en 2006, un drame familial dans lequel elle tient le rôle principal et qui lui vaut une double nomination aux Césars (meilleur premier film et meilleur espoir féminin).

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(12/18)
Maïwenn et Joey Starr

La réalisatrice enchaîne avec « Le Bal des actrices » en 2009, un film sur l’envers du décor de la vie des actrices, où de nombreuses comédiennes françaises jouent leur propre rôle. Son nouveau compagnon, le rappeur Joey Starr, apparaît également sous ses propres traits.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(13/18)
Polisse

La collaboration entre Maïwenn et Joey Starr atteint son sommet dans « Polisse », le troisième long-métrage qu’elle a réalisé et dont le titre est inspiré d’une faute d’orthographe du jeune fils de Maïwenn qui avait écrit le mot « police ». Le film met en scène des policiers de la brigade de protection des mineurs (un thème important dans l’univers de Maiwenn). Le couple se sépare à l’issue du tournage.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(14/18)
Un film à succès

Porté par un casting solide (Maïwenn, Joey Starr, Karin Viard, Nicolas Duvauchelle), « Polisse » réalise plus de 2 millions d’entrées en France et reçoit le prix du jury au Festival de Cannes 2011. Maïwenn reçoit aussi le prix du meilleur réalisateur au Prix Lumières 2012.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(15/18)
Mon roi

Celle qui est désormais une cinéaste confirmée revient en 2015 avec « Mon roi », qui met en scène la relation de couple tourmentée entre Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot. Une réalisation dont le scénario et l’intensité sont applaudis par la critique !

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(16/18)
Maïwenn et le féminisme

Maïwenn fait partie du collectif 50/50 qui vise à promouvoir l’égalité hommes-femmes dans le cinéma et l’audiovisuel. Mais elle a pris ses distances avec certaines tendances actuelles du féminisme, notamment en défendant Roman Polanski et en critiquant le départ d’Adèle Haenel lors de la cérémonie des Césars 2020.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(17/18)
Plongée dans ses racines algériennes

Les sujets personnels tiennent une grande place dans l’univers artistique de Maïwenn. Dans son dernier film, « ADN », sorti en 2020, elle joue le rôle de Neige, une femme plongée dans ses racines algériennes, aux côtés de Fanny Ardant, Marine Vacth et Louis Garrel.

Maïwenn a eu 46 ans : retour sur un talent singulier du cinéma français
(18/18)
La Favorite

Son prochain opus, « La Favorite », sortira en 2023. Maïwenn y interprètera Mademoiselle du Barry, la maîtresse de Louis XV interprété par… Johnny Depp ! En attendant de pouvoir la voir dans un décor du XVIIIe siècle, souhaitons-lui un joyeux anniversaire !

Más para ti