Les prédictions inquiétantes du film "Wall-E" qui se sont réalisées

Un film prémonitoire
Andrew Stanton, un visionnaire
Une dystopie bien réelle
Des ordures et encore des ordures
Un monde débordant de déchets
Des chiffres monstrueux
Accrochés aux écrans
Des coups durs
Steve Jobs
Véhicules autonomes
Obésité endémique
Buy'N'Large
Téléphones, smoothies et changement climatique
La déforestation est une réalité
Inspiration prémonitoire
Tourisme dans l'espace
Un film prémonitoire

Bien que les Simpsons aient la réputation d'avoir prédit une grande partie de notre avenir, il existe un autre film, "Wall-E", qui, en 2008, a merveilleusement entrevu l'avenir à court terme de l'humanité.

Photo : Pixar

Andrew Stanton, un visionnaire

Réalisé par Andrew Stanton et produit par Pixar (Disney), le film dépeignait un futur sombre et dangereux, qui s'est avéré être plus réel qu'imaginaire.

 

Une dystopie bien réelle

En regardant en détail la société imaginée par Andrew Stanton en 2008, il est difficile de croire que tout se soit révélé si juste. Et pourtant...

Des ordures et encore des ordures

Le travail de Wall-E consistait à comprimer et à placer les déchets sous forme de poubelles, créant ainsi d'immenses bâtiments à ordures.

Photo : Pixar

Un monde débordant de déchets

Aujourd'hui, la planète déborde de déchets, et les pays qui reçoivent ceux des pays plus développés sont au bord de l'effondrement.

Photo : Unsplash - Muhammad Numan

Des chiffres monstrueux

Rien qu'aux États-Unis, chaque citoyen produit 735 kilos de déchets par an. Multiplié par l'ensemble de la population, cela fait beaucoup !

Photo : Unsplash - John Cameron

Accrochés aux écrans

Les humains apparaissent dans "Wall-E" complètement accrochés aux écrans de leurs appareils, utilisés pour mener à bien toutes leurs interactions sociales.

Photo : Pixar

Des coups durs

Andrew Stanton lui-même a assuré à "Bloomberg" qu'il "ne voulait pas avoir raison sur tant de choses dans ce film". Malheureusement, toutes ses prédictions se sont réalisées.

Photo : Pixar

Steve Jobs

C'est Steve Jobs lui-même, qui était à l'époque le PDG de Pixar, qui a inspiré Andrew Stanton. Le réalisateur du film a en effet pu voir l'iPhone un an avant son lancement.

 

Véhicules autonomes

Dans le film, la Terre s'est déjà effondrée et le changement climatique l'a rendue inhabitable. Les humains sont des touristes de l'espace se déplaçant dans des véhicules autonomes, ce qui est déjà une réalité dans le domaine automobile.

Photo : Pixar

Obésité endémique

Tout aussi inquiétant, ces humains ont un régime alimentaire basé sur les milkshakes et leur activité physique est totalement absente.

Photo : Pixar

Buy'N'Large

Tout est conçu pour les divertir. Les écrans bloquent leur champ de vision, tandis qu'ils consomment les produits de Buy'N'Large, une société qui contrôle tout.

Photo : Pixar

Téléphones, smoothies et changement climatique

Aujourd'hui, la planète se dirige vers un effondrement climatique, les smartphones sont devenus des extensions de notre corps, et les substituts de repas sont à l'ordre du jour. Wall-E avait déjà tout compris.

Photo : Unsplash - Rohit Tandon

La déforestation est une réalité

L'intrigue du film commence lorsque "Wall-E" trouve une plante et tente de lui trouver un environnement sain. Sur Terre, c'est le contraire qui se produit et la déforestation est une réalité inquiétante.

Photo : Pixar

"Axiom Mission 1"

D'ailleurs, le vaisseau spatial dans lequel voyage "Wall-E" s'appelle Axiom. La première mission spatiale avec des touristes créée par SpaceX, la société d'Elon Musk, a eu lieu à bord de la "Mission Axiom 1". Coïncidence ? Bien sûr que non.

Photo : Pixar

Inspiration prémonitoire

D'Elon Musk à Jeff Bezos. La société qui contrôle tout dans le film, Buy'N'Large, s'inspire d'Amazon, même si "Wall-E" est sorti en 2008 et n'était pas encore le géant qu'il est aujourd'hui, alors qu'il domine près de la moitié du commerce électronique en Occident.

Photo : Pixar

Tourisme dans l'espace

Dans "Wall-E", Buy'N'Large est propriétaire du vaisseau spatial Axiom, tout comme Jeff Bezos est également propriétaire de Blue Origin, qui, comme SpaceX, propose des voyages aux touristes de l'espace.

 

"Wall-E" a tout compris

Le film d'animation que beaucoup considéraient comme un chef-d'œuvre pour enfants de Pixar s'est avéré être une feuille de route vers plusieurs apocalypses causées par l'homme.

Photo : Pixar

Más para ti