Les hauts et les bas des Français à Roland-Garros

Pas de Français pour cette deuxième semaine de Roland-Garros
Un 28 mai fatal
Gilles Simon l’a pris avec humour
Alizé Cornet huée
Une scène habituelle
Des années fastes
L’épopée Suzanne Lenglen
Un renouveau après-guerre
Des années de creux
Le sacre de Yannick Noah
La victoire de Mary Pierce
Le crash Mauresmo
Une demi-finale pour Gaël Monfils
Et deux pour Jo-Wilfried Tsonga !
Contre-performances chez les dames
La malédiction sera-t-elle brisée ?
Pas de Français pour cette deuxième semaine de Roland-Garros

C’est une scène à laquelle les amateurs français de tennis ont souvent l’impression d’assister : malgré les espoirs placés en certains d’entre eux, les tennismen et tenniswomen français ont tous été éliminés sèchement à Roland-Garros et aucun d’entre eux ne sera présent lors de la deuxième semaine du tournoi.

Un 28 mai fatal

Tous les Français encore en lice ont été sortis dès le troisième tour ce samedi 28 mai : Gilles Simon et Hugo Gaston (sur la photo) chez les messieurs, Léolia Jeanjean et Alizé Cornet chez les dames. Un dénouement qui interroge sur le niveau actuel du tennis français.

Gilles Simon l’a pris avec humour

Défait par Marin Cilic, Gilles Simon a préféré prendre la défaite avec humour. « Mes enfants doutent que j’aie pu bien jouer au tennis à un moment. », a-t-il plaisanté devant les caméras, avant d’ajouter que Cilic n’avait « pas fait assez » de fautes pour qu’il puisse espérer l’emporter.

Alizé Cornet huée

La joueuse française a dû abandonner au troisième tour contre la chinoise Zheng Qinwen en raison d’une déchirure aux adducteurs. Les larmes aux yeux, elle a déclaré que c’était surtout les huées d’une partie du public qu’elle avait mal vécues.

Une scène habituelle

Il n’est pas rare de voir les tricolores décevoir lors des Internationaux de France, au point que certains parlent de malédiction française. Mais l’histoire des joueurs français dans ce tournoi a aussi eu des épisodes glorieux. Revisitons ensemble les hauts et les bas des joueurs français à Roland-Garros.

Des années fastes

L’histoire avait pourtant bien commencé. De 1925 à 1932, les trois tennismen français René Lacoste (à l’origine du célèbre crocodile), Henri Cochet et Jean Borotra remportent chacune des éditions du tournoi (4 pour Cochet, 3 pour Lacoste et 1 pour Borotra) et de nombreuses finales sont 100% françaises. Un âge d’or du tennis national !

L’épopée Suzanne Lenglen

Chez les dames, Suzanne Lenglen remporte Roland-Garros deux années consécutives à la même époque, en 1925 et 1926. Une légende qui a donné son nom à l’un des courts sur lesquels jouent encore les tennismen actuels. Une autre française, Simone Mathieu, est victorieuse en 1938 et 1939.

Un renouveau après-guerre

En 1946, le Français Marcel Bernard triomphe à Roland-Garros. Deux ans après, sa compatriote Nelly Landry s’inscrit dans la glorieuse lignée de Suzanne Lenglen.

Des années de creux

Mais les années d’après-guerre sont une période de vaches maigres pour les Français à Roland-Garros. Malgré tout, Françoise Dürr remporte le tournoi en 1967 en simple dames et Pierre Darmon et Patrick Proisy parviennent en finale, respectivement en 1963 et 1972.

Le sacre de Yannick Noah

Pour le public actuel, la victoire la plus célèbre d’un joueur français à Roland-Garros est celle de Yannick Noah contre le suédois Mats Wilander en 1983. Une performance restée dans l’histoire, qui n’a jamais été rééditée depuis dans la catégorie messieurs.

La victoire de Mary Pierce

En 2000, c’est Mary Pierce qui remporte les Internationaux de France et devient la dernière Française sacrée à Roland-Garros. À l’époque, le tournoi hommes est sous domination américaine et espagnole, même si Sébastien Grosjean parvient en demi-finale en 2001.

Le crash Mauresmo

Grand espoir du tennis français au début des années 2000, Amélie Mauresmo est battue par surprise dès le premier tour de Roland-Garros en 2001. Une défaite amère pour une joueuse qui ne dépassera jamais les quarts de finale dans la compétition.

Une demi-finale pour Gaël Monfils

En 2008, Gaël Monfils crée la sensation en parvenant jusqu’en demi-finale du tournoi, avant de s’incliner pour laisser la place à l’éternelle affiche Federer-Nadal. Une jolie performance ou une nouvelle déception de ne pas voir de Français en finale ?

Et deux pour Jo-Wilfried Tsonga !

Jo-Wilfried Tsonga a quant à lui atteint deux fois le dernier carré de la compétition, en 2013 et en 2015. Mais il n’aura jamais l’occasion de disputer la finale, à laquelle aucun Français n’a participé depuis Henri Leconte en 1988.

Contre-performances chez les dames

Chez les dames, les performances ne sont guère meilleures ces dernières années. Depuis la finale perdue par Mary Pierce en 2005, seule Marion Bartoli a atteint le dernier carré en 2011. Et aucune n’a franchi le second tour l’an dernier…

La malédiction sera-t-elle brisée ?

Alors que la France compte de nombreux talents du tennis mondial, verra-t-on de nouveau des joueurs français s’imposer à Roland-Garros ? Ce ne sera pas pour cette année en tout cas, mais tous les espoirs sont permis pour la suite !

Más para ti