Les maisons-cages de Hong Kong
Pourquoi ces « maisons-cages » existent-elles ?
La population de Hong Kong ne cesse de croître
Hong Kong : les logements les plus chers d'Asie
Les maisons-cages définissent l'identité urbaine
Les habitants des maisons-cages de Hong Kong
Pauvreté à Hong Kong
Les caractéristiques de ces maisons-cages
Des toilettes partagées
Des espaces pour dormir seulement
Une densité de population problématique
Les risques de vivre dans une maison-cage
Le rôle des ONG qui tentent d'agir
Quel est le loyer d'une maison-cage à Hong Kong ?
Des logements destinés aux travailleurs et aux personnes marginalisées
Une proximité problématique
Les maisons-cages de Hong Kong : comment ont-elles commencé ?
Des cages pour dormir
Extrême richesse versus extrême pauvreté
Les maisons-cages de Hong Kong : un problème pas facile à résoudre
Des logements encore trop chers pour certains
Vivre dans une cage... mais avec les derniers gadgets
Vivre dans la précarité
La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(1/23)
Les maisons-cages de Hong Kong

On estime que 200 000 habitants de Hong Kong vivent dans ce qu'on appelle des maisons-cages. Les maisons-cages sont de minuscules appartements dans lesquels habitent les personnes venues des campagnes à la recherche d'un avenir meilleur.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(2/23)
Pourquoi ces « maisons-cages » existent-elles ?

Ces "maisons" minuscules sont le signe que le pays n'a pas été en mesure de traiter les vagues de population se déplaçant vers ses grandes villes. Faute de pouvoir se payer autre chose, ces personnes résident dans des logements improvisés.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(3/23)
La population de Hong Kong ne cesse de croître

La demande croissante d'appartements a amené le pays à faire face à une grave crise. Cela a fait de Hong Kong l'une des villes les plus chères au mètre carré au monde.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(4/23)
Hong Kong : les logements les plus chers d'Asie

La ville asiatique est depuis des années le lieu où les loyers des appartements sont les plus élevés. Le délai moyen pour obtenir une maison à Hong Kong est estimé à quatre ans et huit mois.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(5/23)
Les maisons-cages définissent l'identité urbaine

Avec ses loyers exorbitants, Hong Kong a acquis une renommée douteuse pour ses "maisons-cages". Même si les personnes les plus riches du monde vivent dans certaines parties de Hong Kong, ces logements désolés entachent le prestige général de la ville.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(6/23)
Les habitants des maisons-cages de Hong Kong

Malgré l'apparent luxe ostentatoire, et parfois indécent, de la ville de Hong Kong, environ 200.000 personnes, dont 40.000 enfants, sont obligées de vivre dans ces logements.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(7/23)
Pauvreté à Hong Kong

La pénurie d'appartements destinés aux personnes à faibles revenus est l'un des principaux problèmes auxquels le gouvernement est confronté. Des recherches ont montré qu'un habitant de Hong Kong sur sept vit sous le seuil de pauvreté. Il s'agit du revenu dont une personne a besoin pour subvenir aux besoins les plus élémentaires tels que la nourriture, le logement et l'hygiène.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(8/23)
Les caractéristiques de ces maisons-cages

Les maisons-cages sont de minuscules cabines dans lesquelles les gens doivent vivre avec le strict minimum. Leur surface est comprise entre 1,5 et 9 mètres carrés.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(9/23)
Des toilettes partagées

Certaines bicoques illégales et "maisons-cages" dans les grands immeubles, notamment de bureaux, partagent leurs toilettes entre 20 personnes. Un problème social qui crée des tensions au sein de la population.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(10/23)
Des espaces pour dormir seulement

Certaines maisons-cages sont si petites que leurs habitants ne peuvent même pas étendre complètement leurs jambes. Ils sont obligés de passer la plupart de leurs journées à l'extérieur de chez eux, dans des espaces publics.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(11/23)
Une densité de population problématique

Pour vous donner une idée, dans un espace de 46 mètres carrés il peut y avoir jusqu'à 30 personnes. Chacune d'elle dispose d'une cabine qui peut mesurer aussi peu que 60 centimètres de large et 170 centimètres de long.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(12/23)
Les risques de vivre dans une maison-cage

Des chercheurs et des journalistes ont découvert que vivre dans ces circonstances peut créer des problèmes à la fois mentaux et physiques. Cela a à voir avec le manque d'espace, les fortes odeurs corporelles partout, l'obscurité, les punaises de lit et autres problèmes d'hygiène.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(13/23)
Le rôle des ONG qui tentent d'agir

Diverses ONG ont lancé des campagnes d'hygiène et tentent de désinfecter les espaces. Ainsi, ils essaient de diminuer les risques pour la santé de leurs habitants.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(14/23)
Quel est le loyer d'une maison-cage à Hong Kong ?

Malgré leur apparence peu attrayante et leur manque d'espace, les maisons-cages peuvent finalement être assez chères. Pour certains résidents de Hong Kong, un loyer mensuel de 200 à 500 dollars de Hong Kong (environ 24 à 50 dollars américains) est un prix élevé.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(15/23)
Des logements destinés aux travailleurs et aux personnes marginalisées

Retraités, ouvriers, toxicomanes, ex-détenus... voilà le genre de personnes que vous trouverez dans ces maisons-cages.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(16/23)
Une proximité problématique

Des familles entières avec de jeunes enfants se retrouvent obligées de vivre dans ces espaces minuscules. Les gens sont obligés de partager les moments les plus intimes de leur vie quotidienne avec leurs voisins.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(17/23)
Les maisons-cages de Hong Kong : comment ont-elles commencé ?

Les maisons-cages ont commencé à apparaître dans les années 1950. Leurs premiers occupants étaient des immigrants chinois dont les patrons leur attribuaient ces lieux.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(18/23)
Des cages pour dormir

À l'origine, les maisons-cages étaient fabriquées à partir de tiges de bambou, plus tard remplacées par des barreaux en fer, et façonnées pour former un lit. Elles pouvaient être empilées comme des lits superposés.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(19/23)
Extrême richesse versus extrême pauvreté

L'inégalité des revenus a contribué au mode de vie précaire qu'une grande partie de la population de Hong Kong est désormais obligée d'endurer.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(20/23)
Les maisons-cages de Hong Kong : un problème pas facile à résoudre

Bien que le gouvernement offre des aides au logement, elles se sont avérées insuffisantes et le problème persiste.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(21/23)
Des logements encore trop chers pour certains

Pour une partie de la population, même ces petites cabines sont inabordables. Selon des enquêtes auprès de leurs habitants, beaucoup consacrent plus de la moitié de leur salaire au loyer de ces cages.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(22/23)
Vivre dans une cage... mais avec les derniers gadgets

Dans les maisons-cages, vous pouvez trouver les mêmes types d'appareils électroniques que dans n'importe quel autre logement. Ce n'est pas le smartphone qui est hors de portée d'un habitant de Hong Kong, c'est la chambre à coucher.

La vie précaire dans les "maisons cages" de Hong Kong
(23/23)
Vivre dans la précarité

Une grande partie du problème est que ces appartements extrêmement petits se sont normalisés. La précarité de la vie est considérée comme un fait acquis, alors même que Hong Kong est l'un des endroits les plus riches du monde.

Más para ti