La descente aux enfers de Stephanie, la fille de Jon Bon Jovi

Une vie presque parfaite ?
Une légende du Rock
Un philanthrope reconnu
Un mariage heureux depuis 1989
Une fille toxicomane
À l’âge de 19 ans
Il ne savait rien de l'addiction de sa fille
Le Hamilton College
Appelez papa !
“Le pire moment de ma vie”
Accusée de délits mineurs
La “loi du bon samaritain”
Faire face aux conséquences en famille
Une bonne âme, même au plus bas
Désintox et nouvelle vie
Un avenir prometteur
La grande sœur
Stephanie Rose Bon Jovi
Une vie presque parfaite ?

Lorsqu’on parle de Jon Bon Jovi, on imagine quelqu’un qui a vécu une vie de rêve... Ou pas.

Une légende du Rock

Après plus de 40 ans, le beau, riche, chevelu et généreux chanteur, ainsi que son groupe, continuent à surfer sur la vague du succès, avec plus de 130 millions d'album vendus.

Un philanthrope reconnu

C'est également un philanthrope reconnu. La légende du rock passe tout son temps libre à s'occuper de la fondation “Jon Bon Jovi Soul Foundation”.

Un mariage heureux depuis 1989

Et pour couronner le tout, il forme une famille heureuse avec sa femme, Dorothea Hurley et leurs quatre enfants. Mais, il semblerait finalement que le terme "famille heureuse" soit un peu exagéré.

Une fille toxicomane

Malgré le lien étroit qui l'unit à ses enfants, Jon Bon Jovi, père proche de ses enfants, responsable et attentionné, a échoué à protéger sa fille unique, Stephanie Rose. En effet, la fille du chanteur, née en 1993, a sombré dans la toxicomanie, et manqué d'y laisser sa vie.

À l’âge de 19 ans

La tragédie survient lorsque Stephanie Rose, âgée de 19 ans, entre à l'université. Nous sommes en 2012. Son père s’en souvient comme de  “mon pire moment en tant que père".

 

Il ne savait rien de l'addiction de sa fille

"Je suis aussi surpris que n'importe quel parent qui se retrouve dans cette situation et qui n'en avait aucune idée. Steph est une fille géniale. Bonnes notes, super à la fac, tout était idyllique..." raconte la célébrité à People magazine.

 

Le Hamilton College

Une nuit, Stéphanie Rose fait une overdose d’une substance très dangereuse alors qu’elle est dans sa chambre du Hamilton College avec un ami. Selon le magazine web “Rockcelebrities”, la jeune femme s’effondre au sol, inconsciente.

 

Appelez papa !

Rapidement conduite à l'hôpital, la jeune fille reste longtemps insensible aux stimuli. Mais les médecins parviennent finalement à la réanimer, lui sauvant la vie. Dès qu'elle a pu, Stephanie Rose demande à appeler son père.

“Le pire moment de ma vie”

C'est dans une entrevue que Jon Bon Jovi affirme que cet appel a été "le pire moment de ma vie". "La première chose qu'elle m'a dite, c'est qu'elle allait bien et elle m'a raconté ce qui s'était passé. Vous vous réveillez, vous vous secouez et vous lui dites que tout va bien et que vous rentrez à la maison".

À lire également : Les accrocs à l’adrénaline se rendent aux chutes du Niagara depuis plus de 100 ans

Accusée de délits mineurs

Stephanie Rose et son petit ami sont alors accusés de possession de substances illégales. Et ce, avant qu'ils n’aient pu avoir une conversation bien nécessaire de parents à enfants. Donc, en plus de la question de la dépendance, des problèmes juridiques surgissent.

La “loi du bon samaritain”

Heureusement pour ces deux jeunes gens, une loi de l’État de New York intervient en leur faveur. Selon la célèbre “loi du bon samaritain”, on ne poursuit pas en justice quelqu’un qui a fait les frais d’une overdose. C’est ainsi que Stephanie Rose se tire donc de ses ennuis judiciaires. Elle doit maintenant se confronter à la famille.

Faire face aux conséquences en famille

Jon Bon Jovi refuse de cacher l'affaire au public, car il pense que c'était une chance d'apprendre et de le montrer au monde. Les choses se règlent facilement en famille, et les parents demandent à la presse de les laisser respirer.

Une bonne âme, même au plus bas

Conscient qu'il n'est ni le seul, ni le dernier père à vivre une telle expérience, le chanteur met en avant la guérison de sa fille, donnant ainsi espoir à tous ceux qui passent par une situation comparable.

 

Désintox et nouvelle vie

C'est ainsi que Jon Bon Jovi, Dorothea Hurley et Stephanie Rose se sont serré les coudes pour permettre à la jeune femme de se désintoxiquer et de renoncer définitivement à la consommation de substances.

 

Un avenir prometteur

Depuis, Stephanie Rose a eu le loisir de travailler comme assistante à la "Weinstein Company", de défiler pour Nikki Lund ou de danser sur scène avec son père sur la chanson qu'il lui a dédiée en 2000 : “I Got the Girl".

La grande sœur

Roméo Jon, Jesse et Jacob Hurley sont les trois frères de Stephanie Rose, qui est l'aînée d’une fratrie de quatre enfants, et la seule fille.

 

Stephanie Rose Bon Jovi

Aujourd'hui, Stephanie Rose Bon Jovi est assistante de production et se tient loin des substances. Par chance, même si tous n’auront pas cette chance, cette tragédie connaît aujourd’hui un heureux dénouement.

Más para ti