Jim Carrey : la triste vie d'un génie de la comédie

Une vie à deux visages
Des origines modestes
Il a vécu dans une caravane
En recherche d'un
Il a fait ressortir son côté le plus comique pour remonter le moral de sa mère
En quête du rêve hollywoodien
Le faux chèque de dix millions de dollars
Un chemin difficile vers le succès
Le grand bond en avant de sa carrière : Ace Ventura
Une année très fructueuse
Des rôles en cascade
L'acteur le mieux payé
Il n'était pas seulement un bon acteur de comédie
D'autres récompenses
De l'humour, encore et encore
Más películas de su filmografía
Ivo Robotnik : son dernier personnage récurrent
Une vie privée compliquée
Troubles bipolaires et dépression
Sa vie amoureuse
La disparition de Cathriona White
La terrible lettre de Cathriona à Jim Carrey
Poursuites judiciaires contre Jim Carrey
Pour sa défense et celle de sa chère Cat
La descente aux enfers
Des propos et attitudes préoccupants
Contre les entreprises
Le retour du grand génie
Retraite anticipée
Une vie tranquille qu'il ne souhaite pas changer
Reviendra-t-il ?
Une vie à deux visages

Sur le point de faire ses adieux en tant qu'acteur, consacré comme l'une des icônes de la comédie à Hollywood, Jim Carrey est devenu l'un des acteurs les plus cités et les mieux payés au monde. Pourtant, ses succès sont allés de pair avec une vie personnelle moins gaie qu'il n'y paraît et qui a affecté les dernières années de sa carrière. Découvrez la vie en demi-teinte d'un génie de l'humour...

Des origines modestes

Jim Carrey est né à Newmarket, une banlieue de l'Ontario, au Canada, dans une famille catholique et travailleuse. Il était le plus jeune de quatre frères et sœurs dans la famille de Kathleen Oram, une mère au foyer, et de Percy Carrey, un père comptable et mélomane.

Il a vécu dans une caravane

La preuve la plus évidente de ses origines modestes est qu'il est venu vivre avec le reste de sa famille dans une caravane après que son père a perdu son emploi et qu'il a abandonné l'école à l'âge de 15 ans pour travailler comme gardien.

En recherche d'un "gros emploi"

"Si ma carrière artistique n'avait pas décollé, je serais probablement à Hamilton (Ontario) en ce moment, à travailler à la fonderie de Dofasco", a-t-il déclaré au Hamilton Spectator dans une interview de 2007. À l'époque, il vivait en face des grandes fonderies de la ville et pensait que c'était là que se trouvaient "les gros emplois".

Il a fait ressortir son côté le plus comique pour remonter le moral de sa mère

La situation avec sa mère n'a pas non plus rendu son enfance facile, mais elle lui a donné les ailes pour faire ressortir sa personnalité comique. "Ma mère ne sortait pas de son lit et elle prenait beaucoup de pilules, alors j'allais dans sa chambre pour faire des imitations et des choses bizarres. Je sautais sur les murs et me jetais dans les escaliers pour qu'elle se sente mieux", a-t-il déclaré à Howard Stern lors d'une interview en 2004.

En quête du rêve hollywoodien

Cependant, Carrey, encouragé par ses premiers travaux en tant qu'humoriste au Canada dans un cabaret et au club Yuk Yuk's de Toronto, décide de changer de vie et en 1983, à l'âge de 21 ans, il déménage à Los Angeles avec l'intention de devenir une star hollywoodienne. Un rêve compliqué qui a pris plus d'une décennie, mais qui a fini par se réaliser...

Le faux chèque de dix millions de dollars

Dans une interview avec Oprah Winfrey, Carrey a avoué qu'il avait rédigé un faux chèque de 10 millions de dollars qu'il gardait toujours dans sa poche pour échapper à son passé difficile, lui donner de l'espoir et le motiver à penser qu'un jour il pourrait l'encaisser en réalité grâce à son travail d'acteur. "Cela m'a fait du bien de visualiser l'avenir", a-t-il déclaré à la présentatrice.

Un chemin difficile vers le succès

Ses premières années dans le cinéma l'ont amené à travailler au club The Comedy Store et à passer plusieurs auditions infructueuses ("Saturday Night Live", "The Cab Crazies"), jusqu'à ce qu'il décroche son premier grand rôle dans la mini-série de NBC "The Duck Factory" (1984), dans laquelle il jouait Saltan Tarkenton, un jeune producteur d'animation.

Le grand bond en avant de sa carrière : Ace Ventura

Depuis lors, Jim Carrey a continué à jouer de petits rôles jusqu'à ce que Hollywood lui donne enfin sa chance. C'est en 1994, dans l'un de ses rôles les plus légendaires, celui d'Ace Ventura, que, bien qu'à l'époque, il ait été très critiqué pour sa prestation, ces critiques ont fini par se dissoudre face au succès d'un personnage devenu une icône et qui a fait de l'acteur une superstar hollywoodienne.

Une année très fructueuse

Cette année-là, c'est l'année de la grande explosion du génie de l'humour, car, en plus d'"Ace Ventura, détectives chien et chat", Jim Carrey sort deux autres de ses grands titres comiques : "The Mask" et "Dumb and Dumber".

Des rôles en cascade

Dès lors, Jim Carrey a commencé à obtenir de plus en plus de rôles. Un an plus tard seulement, en 1995, il devient Enigma, pour donner du fil à retordre à l'homme chauve-souris aux côtés de Tommy Lee Jones dans "Batman Forever", et il enfile à nouveau cette chemise colorée ridicule pour jouer le détective de compagnie Ace Ventura dans "Opération Afrique".

L'acteur le mieux payé

En 1996, Jim Carrey est passé du statut de comique le plus populaire à celui d'acteur le mieux payé d'Hollywood. C'était avec le film "Disjoncté" / "Le gars du câcle", réalisé par Ben Stiller et avec Matthew Broderick, pour lequel l'acteur a empoché pas moins de 20 millions de dollars, une somme que les producteurs comptaient récupérer dès le premier week-end de la sortie du film, juste parce que Jim Carrey avait le rôle principal.

Il n'était pas seulement un bon acteur de comédie

Un autre grand moment de la carrière cinématographique de Jim Carrey a eu lieu en 1998, lorsqu'il a complètement changé le type de personnage qu'il avait l'habitude de jouer pour un rôle beaucoup plus sérieux dans "The Truman Show". Une excellente performance pour laquelle il a remporté le Golden Globe du meilleur acteur dramatique, mais qui, cependant, ne lui a même pas valu une nomination aux Oscars.

D'autres récompenses

Sa deuxième tentative - infructueuse - de remporter l'Oscar a lieu en 1999 dans le rôle du comédien Andy Kaufman dans "Man on the Moon" / "L'homme sur la lune", pour lequel il remporte à nouveau un Golden Globe, cette fois du Meilleur acteur dans une comédie ou une comédie musicale.

De l'humour, encore et encore

Avec le début du nouveau siècle, Carrey revient à la comédie la plus hilarante, avec des titres tels que "Fous d'Irène"/"Moi, moi-même et Irène" (2000) ou "Bruce tout-puissant" (2003), ce dernier étant à l'époque la deuxième comédie la plus rentable de tous les temps.

"Eternal Sunshine of the Spotless Mind"/"Du soleil plein la tête" : le rôle de sa vie

Mais le grand rôle de sa vie, selon les critiques, sera celui de "Eternal Sunshine of the Spotless Mind"/"Du soleil plein la tête", où il change à nouveau de registre et offre une performance exceptionnelle aux côtés de Kate Winslet. Beaucoup ont pensé que cela aurait pu être sa grande chance aux Oscars. Le film a remporté la statuette du meilleur scénario original et sa co-star celle de la meilleure actrice, mais Carrey, une fois de plus, n'a même pas été nominé...

Más películas de su filmografía

Depuis lors, nous l'avons vu dans des films tels que "Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire" (2004), dans le rôle du comte Olaf, dans le thriller "Le Nombre 23" (2007) ou "I Love You Phillip Morris"/"Je t'aimerai toujours Phillip Morris" (2009), aux côtés d'Ewan McGregor, pour ensuite continuer à tourner des films comiques dans les années suivantes, de sorte que nous l'avons vu de moins en moins, bien qu'il n'ait pas cessé de travailler.

Ivo Robotnik : son dernier personnage récurrent

En 2020, il devient le Dr Ivo Robotnik, le grand méchant de l'adaptation cinématographique du jeu vidéo "Sonic le hérisson", le même rôle dans lequel on peut le voir dans "Sonic 2".

Une vie privée compliquée

Mais derrière tout cela se cache une vie privée pleine de mauvais moments qui l'ont affecté professionnellement. Dépressions et problèmes amoureux qui ont influencé, surtout, cette période où, alors qu'il était au sommet, il a commencé à s'effacer et à apparaître avec une apparence peu soignée qui a semé l'inquiétude parmi ses fans.

Troubles bipolaires et dépression

Alors que sa carrière commençait à briller, on lui a diagnostiqué des troubles bipolaires et, en 2004, il a parlé de ses problèmes de dépression, une maladie qui l'a accompagné pendant une grande partie de sa vie, comme il le confie dans une interview à "60 Minutes".

Sa vie amoureuse

Il a eu plusieurs relations et a d'ailleurs été marié deux fois : avec Melissa Womer (1987-1995) et Lauren Holly (1996). Après ces mariages, il a eu plusieurs relations avec Renée Zellweger (1999-2000), le mannequin Jenny McCarthy (2005-2010) ou la maquilleuse Cathriona White (avec qui il a eu une relation intermittente entre 2012 et 2015 malgré son mariage avec Mark Burton).

La disparition de Cathriona White

Le pire moment de sa vie personnelle est survenu précisément à cause de sa relation avec Cathriona White, qui s'est donné la mort en 2015, quatre jours après leur rupture, à cause d'une overdose de médicaments, selon son autopsie. Dans une lettre qu'elle a laissée derrière elle, elle attribue son geste à Jim Carrey, s'adressant à lui sans détours : "J'ai déjà passé trois jours à refuser de croire que tu n'étais plus là."

La terrible lettre de Cathriona à Jim Carrey

"Je peux continuer avec un cœur brisé et recoller les morceaux. Je pourrais, mais je n'en ai pas la volonté cette fois-ci", a ajouté Cathriona White dans sa lettre d'adieu à Carrey.

Poursuites judiciaires contre Jim Carrey

L'année suivante, Jim Carrey a été poursuivi en justice, d'abord par le mari de Cathriona White, Mark Burton, puis par sa mère, Brigid Sweetman. Le premier l'accuse de lui avoir donné les substances qui ont causé sa mort, et la seconde de négligence de la part de l'acteur et de ne pas l'avoir informée qu'elle avait plusieurs maladies sexuellement transmissibles - hépatite A, herpès et chlamydia. Les deux plaintes n'ont pas abouti.

Pour sa défense et celle de sa chère Cat

"Je ne tolérerai pas cette tentative sans cœur visant à m'exploiter, moi ou la femme que j'aimais. Les problèmes de Cat sont nés bien avant que je la rencontre et, malheureusement, sa fin tragique est indépendante de notre volonté", a déclaré Carrey en réponse à la plainte de Burton.

La descente aux enfers

Cette terrible situation a fait des ravages chez l'acteur, qui a sombré encore plus profondément dans la dépression dont il a souffert pendant la majeure partie de sa vie et qui l'a amené à se retirer de la vie publique. Son image a été ternie par ces prétendus scandales et sa carrière a subi un grand coup d'arrêt. Une série de malheurs vraiment catastrophiques pour Jim Carrey.

Des propos et attitudes préoccupants

L'image de Jim Carrey à l'époque n'était pas réjouissante. Il est apparu très négligé et a fait des déclarations étranges et inquiétantes dans lesquelles il a dit des choses comme "nous n'avons pas d'importance, c'est la bonne nouvelle" ou "nous ne sommes rien, nous n'existons pas".

Contre les entreprises

Loin des rumeurs et des spéculations, l'acteur lui-même a assuré que le fait de s'éloigner de tout était de son propre chef, car il était las des "sociétés qui traitent certaines questions décisives à leur guise", a-t-il déclaré.

Le retour du grand génie

C'est Michael Grondy, le réalisateur qui lui a donné l'occasion de remporter le grand succès de sa carrière - "Eternal Sunshine of the Spotless Mind"/"Du soleil plein la tête" - qui l'a en quelque sorte sauvé en 2018 en lui confiant le rôle principal de sa série "Kidding". La performance de Jim Carrey dans cette série télévisée, dans laquelle il joue Jeff Pickles, lui a permis de retrouver la faveur de la critique et un retour à un bonheur qui semblait perdu.

Retraite anticipée

En 2022, quand la deuxième partie de "Sonic. The Movie", Jim Carrey annonce qu'il abandonne, qu'il quitte le cinéma. "Je vais prendre ma retraite. Je suis très sérieux", a-t-il déclaré à Access Hollywood.

Une vie tranquille qu'il ne souhaite pas changer

Dans la même interview, il a insisté sur la vie tranquille qu'il mène actuellement, et qu'il n'a guère l'intention de changer : "J'aime ma vie tranquille, j'aime peindre sur mes toiles, j'aime ma vie spirituelle et je pense que j'ai eu mon lot. J'en ai fait assez."

Reviendra-t-il ?

Mais il a continué à laisser entrevoir la possibilité que cette décision ne soit pas définitive : "Si le ciel m'apporte une sorte de scénario écrit à l'encre dorée et me dit que ce sera important pour les gens, je le ferai peut-être. Je pourrais continuer à ce moment-là, mais maintenant je vais faire une pause." Alors... reviendra-t-il dans la danse ?

Más para ti