Hunter Biden : les révélations de son ex-femme sur leur mariage

Kathleen Buhle publie ses mémoires
Les addictions de Hunter Biden
De mystérieuses dépenses
Exclue de la protection des Services Secrets
Enquête fédérale en cours
Un sujet tabou
Aucune pension alimentaire
Hunter Biden, un fils
Une vie avec plus d'ombres que de lumières
Les mails publiés par The New York Post
Une position qui dérange
De la «désinformation russe» ?
Trump enquête sur Hunter Biden depuis plusieurs années
Même encore aujourd'hui
Poutine sait des choses
3,5 millions de dollars versés en Russie
Faites ce que je dis, pas ce que je fais
Des affaires avec la Chine
Un traumatisme dans l'enfance
La mort de Beau Biden
Des addictions toxiques
Les tabloïds conservateurs contre Biden
Une nouvelle vie
Un cadre imposé par la Maison Blanche
Kathleen Buhle publie ses mémoires

Elle est enfin sortie du silence. L'ex-épouse de Hunter Biden, Kathleen Buhle, a publié au mois de juin un ouvrage intitulé "If We Break : A Memoir of Marriage, Addiction, and Healing" dans lequel elle raconte à quoi ressemblait sa vie avec le fils cadet du président des États-Unis. Mariés pendant 24 ans, Kathleen et Hunter avaient finalement divorcé en 2017.

Les addictions de Hunter Biden

Dans son livre, Kathleen Buhle revient notamment sur les addictions de ce dernier. Elle détaille ses années de dépendance à diverses substances.

"De sociale à problématique"

Elle explique que c'est en 2001, après la naissance de leur deuxième enfant, qu'elle prend conscience de son addiction à la boisson. "J'ai vu sa consommation passer de sociale à problématique", écrit-elle. "Voir combien il pouvait consommer me faisait peur... Pour la première fois, je ne faisais pas confiance à mon mari".

De mystérieuses dépenses

"J'ai trouvé un débit de carte de crédit de 10 000 $ dans un magasin de jacuzzi à Los Angeles. J'en ai trouvé des centaines dans des magasins d'alcool et des clubs de strip-tease. Pendant tout ce temps, il me disait qu'il était sain et sobre", écrit Kathleen Buhle dans ses mémoires.

Exclue de la protection des Services Secrets

Alors que Joe Biden était vice-président des États-Unis, entre 2009 et 2017, Kathleen Buhle révèle s'être sentie exclue de la famille. Les Services Secrets protégeaient Hunter et leurs enfances 24h/24, mais en ce qui la concerne, elle explique que les agent lui ont spécifié qu'elle ne serait "prise en charge et incluse dans un plan" qu'en cas "d'urgence".

Enquête fédérale en cours

Qu'en est-il des controverses financières de Hunter Biden et de l'enquête fédérale en cours ?

Un sujet tabou

Hunter Biden est en effet visé par une enquête fédérale, dans laquelle les autorités américaines s'intéressent à ses relations commerciales internationales, notamment avec la Chine. Une autre enquête fédérale ouverte fin 2020 concernait ses impôts. À ce sujet, Kathleen écrit : "Je ne pouvais être d'une quelconque aide. J'ai préféré faire l'autruche en ce qui concerne nos finances."

Aucune pension alimentaire

L'ex-femme de Hunter Biden a révélé que depuis le divorce, elle s'est concentrée sur l'éducation de leurs trois filles, et que le fils du président ne lui avait versé aucune pension alimentaire.

Hunter Biden, un fils "problématique" pour la Maison Blanche

Pendant les dernières élections américaines, on se souvient que les adversaires de Joe Biden avaient tenté de déstabiliser le candidat en dévoilant les frasques de son fils, Hunter. Mais aujourd'hui, comment celui que l'on présente souvent comme le «talon d'Achille» de Joe Biden est-il géré par la Maison Blanche ?

Une vie avec plus d'ombres que de lumières

Si l'honnêteté de Joe Biden a toujours été saluée, son fils Hunter a parfois terni cette image. La vie de Hunter Biden est marquée par la tragédie (la mort de sa mère et de sa sœur alors qu'il n'avait que trois ans) et la controverse. Des dossiers ont été ressortis des placards par la presse américaine de droite alors que son père était en plein milieu de sa campagne présidentielle.

Les mails publiés par The New York Post

En octobre 2020, le New York Post, un quotidien appartenant à Rupert Murdoch (partisan de Donald Trump à l'époque) publie un rapport montrant des e-mails provenant de l'ordinateur de Hunter Biden. D'après cet article, Hunter Biden aurait présenté son père en 2015 à un haut dirigeant de Burisma Holdings, une entreprise d'énergie ukrainienne. Hunter appartenait alors à son conseil d'administration. Un an plus tard, le vice-président Biden aurait fait pression sur le gouvernement ukrainien pour obtenir le renvoi d'un procureur enquêtant sur cette entreprise.

Une position qui dérange

À l'époque, on considère qu'accepter de faire des affaires en Ukraine alors que son père était vice-président des États-Unis a été une grossière erreur de sa part. Y avait-il du favoritisme ? Hunter Biden a-t-il utilisé la position de son père à des fins lucratives ? Rien ne prouve que cela ne se soit produit, mais le fait que le fils d'un membre éminent de l'administration Obama ait fait des affaires avec des puissances étrangères est déjà discutable.

De la «désinformation russe» ?

Ce dossier avait fait du bruit à l'époque de la campagne éléctorale. Donald Trump n'avait pas hésité à s'en servir contre son adversaire. Mais par la suite, l'affaire avait été qualifiée d'«opération de désinformation russe» par d'anciens responsables du renseignement américain.

Trump enquête sur Hunter Biden depuis plusieurs années

En juillet 2019, Trump aurait tenté d'extorquer des informations sur Hunter Biden au président ukrainien Volodymyr Zelenskiy en lui suspendant une aide militaire. Ce sont ces accusations qui ont conduit au premier processus de destitution du président Trump en 2019.

Même encore aujourd'hui

Fin mars, l'ancien président américain Donald Trump aurait demandé au dirigeant russe Vladimir Poutine de communiquer toute information sur Hunter Biden.

Poutine sait des choses

"Je pense que Poutine a des réponses", a déclaré Donald Trump dans une interview exclusive pour la chaîne d'information Real America's Voice.

3,5 millions de dollars versés en Russie

Donald Trump affirme, par exemple, que le cadet des Biden a reçu 3,5 millions de dollars de la part de l'épouse du défunt maire de Moscou, Yury Luzhkov, que l'on voit sur cette photo à droite.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais

Politico souligne que l'ancien président américain a lui-même fait des affaires avec l'homme politique de Moscou à la fin des années 1990.

Des affaires avec la Chine

Autre affaire qui aurait pu déstabiliser Joe Biden pendant sa campagne électorale : celle concernant les relations commerciales de son fils avec la Chine. Possédant 10% de part du fond d'investissement chinois BHR depuis 2013, Hunter Biden avait annoncé qu'il allait se désengager de la société. Son père avait d'ailleurs déclaré à CNN au moment de sa campagne : «Si je suis élu président, aucun membre de ma famille ne sera impliqué dans une quelconque opération étrangère.» La porte-parole de la Maison Blanche indiquait en février dernier qu'Hunter travaillait à «dénouer son investissement».

Un traumatisme dans l'enfance

Comme le montrent plusieurs portraits de lui qui ont été publiés, Hunter Biden a vécu de violents traumatismes dans son enfance, suite à l'accident dans lequel sa mère et sa sœur Amy ont perdu la vie. C'était en 1972. Lui et son frère Beau avaient été gravement blessés. A l'âge de trois ans, la vie de Hunter en fut absolument bouleversée. Joe Biden, sénateur à l'époque, n'a jamais renoncé à la politique pour autant. Et certains disent que l'enfance d'Hunter marquée par l'absence de son père est à l'origine de ses dérives et ses mauvaises fréquentations.

La mort de Beau Biden

Le feuilleton familial Biden a connu un nouveau chapitre dramatique en 2015, année pendant laquelle Beau Biden (ici avec sa femme et ses enfants) est mort d'un cancer du cerveau. C'était un homme brillant, un procureur du Delaware et qui aurait peut-être pu avoir un avenir politique devant lui. La polémique a surgi lorsqu'on a appris que Hunter entretenait une liaison avec la veuve de son frère. Mais cette relation a rapidement pris fin.

Des addictions toxiques

Après le décès de son frère, Hunter Biden s'est retrouvé dans une période très obscure de sa vie. Il souffre depuis d'addictions à la boisson et aux substances illicites. En avril 2021, il confiait à la BBC : « Il est grand temps que nous commencions à considérer l'addiction comme un problème de santé mentale, plutôt que comme une question d'éthique ou de morale. »

Les tabloïds conservateurs contre Biden

Ce passé tumultueux de Hunter Biden est le sujet dont le New York Post et d'autres tabloïds conservateurs se sont saisi en pleine course électorale. Ils ont ainsi attaqué Joe et Hunter Biden à la fois sur des questions de business et sur des questions d'ordre plus personnel. Depuis l'investiture de Joe Biden le 20 janvier 2020, la Maison Blanche essaye donc à tout prix d'éviter toute vague du fils Biden, qui pourrait nuire à la présidence de son père.

Une nouvelle vie

Depuis quelques mois, Hunter Biden est en pleine rédemption. L'homme a complètement changé de carrière professionnelle, puisqu'il est devenu... peintre ! L'artiste a organisé sa toute première exposition en novembre dernier, à New York. Sa femme Melissa, et sa fille Maisy étaient réunies autour de lui pour cette occasion. Mais le nouveau métier de Hunter inquiète la Maison Blanche...

Un cadre imposé par la Maison Blanche

Washington craint en effet que des acheteurs des peintures d'Hunter Biden cherchent uniquement à s'attirer les faveurs du président américain. Des précautions ont donc été prises : «Tous les échanges concernant la vente des œuvres et leur montant seront conduits par un galeriste professionnel, qui suit les règles les plus strictes. Toute offre anormale sera rejetée», a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche. Hunter Biden semble finalement avoir trouvé une voie moins problématique pour la présidence de son père, même si sa nouvelle vie d'artiste reste encadrée par la Maison Blanche.

Más para ti