Elizabeth Berkley : que devient la star de "Showgirls" ?

Nomi Malone
Le début de la fin
Un saut dans le vide
Jessica Spano
Un rôle refusé par beaucoup
Un film excessif
Elle avait 23 ans
Une carrière fulgurante
De Hollywood à des rôles secondaires
De brèves apparitions
Le public continue de l'aimer
Mais soudain, quelque chose changea...
Film et actrice cultes
Un temps de deuil
Le jour où tout changea
Convertir la frustration en espoir
Un problème relayé au monde entier
'Ask Elizabeth'
Un espace rien que pour elles
Les sujets à traiter
Adolescentes
Un retour atypique
Mariée, libre et heureuse
Nomi Malone

"L'ambitieuse jeune Nomi Malone se rend à Las Vegas dans le but de devenir une star du spectacle. Elle commence à travailler comme danseuse, mais finit par obtenir une audition pour chanter dans les chœurs d'un spectacle au casino Stardust, où travaille Starlette Cristal. Il ne faut pas longtemps à Nomi pour se rendre compte que le monde qui l'entoure est plus dur et moins brillant qu'elle ne le pensait."

Le début de la fin

Le synopsis de "Showgirls" était déjà à l'époque un peu rebutant mais, après tout, il s'agissait de Paul Verhoeven. C'était un rôle pour lequel, selon les rapports de l'époque, Charlize Theron ou Denise Richards avaient été retenues. Et, surtout, c'était une grande opportunité pour une jeune de 23 ans qui voulait percer à Hollywood.

Un saut dans le vide

Elizabeth Berkley était loin de se douter que ce rôle, qu'elle considérait comme un tremplin vers la gloire, finirait par être sa tombe d'actrice.

Jessica Spano

Jusqu'à cette date fatidique de 1995, l'actrice était Jessica Spano dans "Sauvés par le gong". Ces quatre années avaient été intenses et elle a ressenti le besoin de ne pas être cataloguée dans son premier grand rôle. Curieusement, trois décennies plus tard, on se souvient encore d'elle pour ce rôle.

"Sauvés par le gong"

Un rôle dans lequel elle était le type même de l'étudiante parfaite. Bonnes notes, gentille personne, grande, jolie, athlétique, amie de ses amis. "Showgirls" allait l'aider à laisser tout cela derrière elle et à prouver à Hollywood qu'elle était une femme et qu'elle pouvait dominer le box-office pour les décennies à venir. Mais l'histoire a mal tourné.

Un rôle refusé par beaucoup

Si elle y avait réfléchi à deux fois, elle aurait pu se laisser convaincre par les raisons qui ont poussé des actrices comme Sharon Stone, Angelina Jolie, Drew Barrymore et même Pamela Anderson à refuser le rôle.

Un film excessif

Les critiques ont impitoyablement descendu "Showgirls". Trop de nudité gratuite, un scénario inadapté, des performances hystériques... Le film a été diabolisé. Peut-être de manière excessive.

Elle avait 23 ans

Elizabeth Berkley a été assez courageuse pour relever le défi. Mais l'échec fut légendaire et l'actrice en a porté longtemps la responsabilité.

Une carrière fulgurante

Son agent, qui lui avait obtenu le rôle, a cessé de la représenter et d'autres agents ont refusé de travailler avec elle. Son ascension vers la gloire s'est faite en un clin d'œil mais est retombée tout aussi vite, la faisant passer soudain du rêve au cauchemar.

De Hollywood à des rôles secondaires

C'est ainsi qu'Elizabeth Berkley a opté pour des rôles mineurs, épisodiques et des apparitions dans des films à petit budget. Mais elle n'a jamais été à court de travail.

De brèves apparitions

Au cours de ces 25 années, elle est apparue dans des séries telles que "CSI : Miami", "Alerte à Malibu" et "NYPD Blue", ainsi que dans des films comme "La malédiction du scorpion de Jade" de Woody Allen et "L'enfer du dimanche" d'Oliver Stone.

Le public continue de l'aimer

Il est intéressant de noter que les épisodes dans lesquels elle est apparue dans "CSI : Miami" (2008-2009) ont fait exploser l'audimat. Pendant neuf épisodes, elle a joué le rôle de Julia Winston, la partenaire d'Horatio Cane, faisant grimper les audiences de la série à des chiffres inégalés.

Mais soudain, quelque chose changea...

Parallèlement à sa pénitence hollywoodienne, "Showgirls" s'est imposé comme un film culte grâce au visionnage à domicile. Le karma commençait à rattraper les dégâts causés.

Film et actrice cultes

Ce changement inattendu a été célébré par l'actrice, qui a déclaré à Collider : "Je n'ai jamais imaginé, dans ce moment douloureux après la première, que le film serait célébré comme un classique culte".

Un temps de deuil

De toute évidence, elle a traversé une période de deuil au cours de laquelle elle a eu du mal à accepter que ce n'était pas sa faute. En fait, pendant des années, elle ne voulait même pas entendre parler du film, lors de réunions ou de discussions. Elle s'est éloignée de tout ce qui lui rappelait "Showgirls".

Le jour où tout changea

Mais tout a changé le jour où le mariage homosexuel a été légalisé aux États-Unis. C'est le 6 mai 2009 que l'actrice est apparue à la projection du film, avec un discours remerciant la communauté LGTBIQ+ d'avoir contribué à améliorer la perception de "Showgirls".

 

Convertir la frustration en espoir

Quelques années plus tôt, l'actrice avait déjà compris qu'elle devait donner forme à sa frustration et l'appliquer pour aider d'autres femmes à ne pas vivre l'épreuve qu'elle a traversée.

Un problème relayé au monde entier

Dans l'interview accordée à Collider, Elizabeth Berkley a souligné : "nous traversons tous des hauts et des bas, le problème est que le mien était public. J'étais jeune et j'ai dû apprendre des choses à la dure, mais je les ai surmontées, je suis devenu meilleure et plus forte à tous les niveaux". C'est cette croissance personnelle qu'elle a appliquée à ce qui est devenu son projet de vie.

'Ask Elizabeth'

C'est en 2006 que l'actrice a créé un programme de soutien à l'estime de soi intitulé "Ask Elizabeth". Il s'agit d'un programme qui fait le tour des écoles des États-Unis, donnant aux adolescentes les outils nécessaires pour faire face aux problèmes courants de leur âge.

Un espace rien que pour elles

"Je voulais offrir aux filles un endroit sûr où elles sauraient qu'elles sont entendues et qu'elles ne sont pas seules à vivre l'expérience de l'adolescence. Il ne s'agit pas de les regarder de haut, mais de leur donner une communauté pour qu'elles s'écoutent et utilisent leurs voix pour s'entraider", explique-t-elle sur Instagram.

Les sujets à traiter

Ainsi, dans ces entretiens, elles abordent des sujets courants tels que l'estime de soi, la pression sociale, l'amour, les menstruations, les relations, les changements... Un programme qui, sans son expérience dans "Showgirls", n'aurait pas été possible.

Adolescentes

Son livre "Ask Elizabeth", un best-seller en 2011, n'aurait pas été possible non plus. Dans ce livre, elle a recueilli certaines des questions que des jeunes filles âgées de 11 à 18 ans lui avaient posées dans son cabinet de consultation. Il a été l'une des meilleurs ventes cette année-là aux États-Unis.

Un retour atypique

Lorsqu'il s'agit de résurrections hollywoodiennes, celle d'Elizabeth Berkley est l'une des plus satisfaisantes. Elle n'est peut-être pas de retour en tant que star de cinéma, mais elle est de retour en tant que conseillère auprès de milliers d'adolescents, et on ne peut que la féliciter pour cela.

 

Mariée, libre et heureuse

Ravie de son rôle de coach manager, Elizabeth Berkley aborde son cinquantième anniversaire dans la douceur, avec le respect retrouvé de l'industrie cinématographique et avec le respect d'avoir accompli un travail éducatif louable. L'échec de "Showgirls" s'est transformé en quelque chose de merveilleux.

Más para ti