Élections en Allemagne : qui remportera les élections de dimanche et remplacera Angela Merkel ?

La fin de l'ère Merkel
Qui pourrait succéder à Merkel ?
Armin Laschet : candidat de l'Union chrétienne-démocrate (CDU)
Une campagne électorale plus difficile que prévu
Olaf Scholz : vice-chancelier et candidat au poste de chancelier du SPD
Montée surprenante dans les sondages
Le véritable héritier de Merkel ?
Annalena Baerbock : candidate des Verts
La première chancelière écolo ?
Christian Lindner se présente pour le Parti démocratique libre (FDP)
Les nationalistes allemands sont plus faibles qu'en 2017
Die Linke (la gauche) est loin derrière
Les autres partis
Gouverner en coalition
Nombreuses options de coalition
La tension monte
La fin de l'ère Merkel

Les élections au Bundestag allemand, le 26 septembre, marqueront la fin d'une époque. Après quatre mandats et seize ans en tant que chancelière fédérale, Angela Merkel (CDU) a choisi de quitter ses fonctions.

Qui pourrait succéder à Merkel ?

L'ère Merkel a été caractérisée par le dépassement de plusieurs crises : la crise financière et de l'euro, la crise des réfugiés et, récemment, la pandémie de coronavirus. Qui sera le successeur de la chancelière historique ?

Armin Laschet : candidat de l'Union chrétienne-démocrate (CDU)

Après avoir été élu président fédéral de la CDU au début de l'année 2021, Armin Laschet, le Premier ministre de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a été désigné comme candidat de l'Union au poste de chancelier contre Markus Söder (CSU) au printemps. Pendant des mois, il a occupé la première place dans les sondages et était considéré comme un favori pour la chancellerie.

Une campagne électorale plus difficile que prévu

Et pourtant, Armin Laschet a chuté dans les sondages. Cela s'explique notamment par l'image dévastatrice de lui riant pendant le discours du président fédéral après les inondations meurtrières dans le sud-ouest de l'Allemagne.

Mais qui est le candidat qui talonne Laschet ?

Olaf Scholz : vice-chancelier et candidat au poste de chancelier du SPD

Olaf Scholz, candidat du parti social-démocrate (SPD), est l'actuel ministre fédéral des finances. Il est également le vice-chancelier de la grande coalition dirigée par Angela Merkel.

Montée surprenante dans les sondages

Contre toute attente, Scholz, ancien maire de Hambourg, est passé de la troisième à la première place dans la course à la chancellerie.

Le véritable héritier de Merkel ?

Bien qu'il n'appartienne pas au parti de la chancelière, Olaf Scholz a réussi à se positionner aux yeux du public comme le véritable héritier de Merkel. Juriste de formation, Scholz est à la fois compétent et respectueux des plus démunis - par exemple avec sa proposition d'augmentation du salaire minimum.

Annalena Baerbock : candidate des Verts

Annalena Baerbock, membre du Bundestag, est candidate au poste de chancelier au nom de l'Alliance 90 / Les Verts. La protection du climat et la durabilité écologique sont au cœur de leur programme.

La première chancelière écolo ?

Après des allégations de plagiat et des doutes sur l'authenticité de son curriculum vitae, la possibilité de voir arriver un chancelier vert semble de plus en plus improbable. Malgré tout, le parti vert pourrait encore obtenir le meilleur résultat électoral de son histoire.

Christian Lindner se présente pour le Parti démocratique libre (FDP)

Avec le président du parti Christian Lindner comme candidat principal, les libéraux se rapprochent d'un résultat à deux chiffres pour la deuxième fois consécutive. M. Lindner souhaite prendre le ministère fédéral des finances au sein d'une éventuelle coalition à deux ou trois partis.

Les nationalistes allemands sont plus faibles qu'en 2017

Après avoir fait son entrée au Bundestag lors de la précédente élection, le parti d'extrême droite et nationaliste Alternative pour l'Allemagne (AFD) est désormais en baisse dans les sondages. L'AFD, dont les candidats sont Alice Weidel et Tino Chrupalla, n'a pas bénéficié de la crise du coronavirus.

Die Linke (la gauche) est loin derrière

Le dernier parti qui dispose actuellement d'un groupe parlementaire, Die Linke, est loin derrière les autres dans les sondages. Il pourrait participer au gouvernement fédéral dans le cadre d'une coalition avec les sociaux-démocrates et les Verts, mais il est peu probable qu'il fournisse le prochain chancelier.

Les autres partis

Plusieurs petits partis se présentent également aux élections fédérales. Par exemple, les Électeurs libres, qui co-gouvernent déjà avec l'Union chrétienne-sociale (CSU) au niveau du Land de Bavière.

Mais qui sera en mesure de former une coalition et de gouverner avec le vainqueur après le 26 septembre ?

Gouverner en coalition

Aucun parti n'obtenant à lui seul la majorité au Bundestag, le gouvernement allemand est constitué d'une coalition de partis. La question de savoir quelle coalition sera en mesure de gouverner au cours des quatre prochaines années dépend du nombre de sièges obtenus par chaque parti - grand ou petit - le dimanche 26 septembre.

Nombreuses options de coalition

Selon les derniers sondages, plusieurs configurations sont possibles : entre autres, il pourrait y avoir une autre "grande coalition" avec les sociaux-démocrates et les chrétiens-démocrates. D'autres options sont une "coalition à feux" (rouge-jaune-vert) avec le SPD, les Verts et le FDP, ou même une coalition rouge-vert-rouge avec la Gauche (Die Linke).

La tension monte

À quelques jours des élections, on ne sait pas encore qui formera le prochain gouvernement fédéral. Reste à voir le score que les différents candidats vont obtenir exactement. La campagne électorale bat son plein.

Más para ti