Documentaire sur François Fillon : retour sur la chronologie des faits

Procès en appel à partir du 15 novembre
Il remporte la primaire de la droite et du centre
La bombe est lâchée
La Revue Des Deux Mondes
Ouverture de l’enquête préliminaire
Des perquisitions ont lieu à l'Assemblée nationale et au Sénat
Des sommes revues à la hausse
Il s'excuse auprès des Français
Il publie son patrimoine
Ouverture de l’enquête judiciaire
Lâché par les siens
Perquisitions au domicile
Soutenu par Les Républicains
L’affaire des costumes
Il rend les costumes
Mise en examen
15,16% des voix au premier tour
Début du procès
Une pression sur le Parquet
Deux ans de prison ferme
"François Fillon, de l’ascension à la chute"

Mercredi 3 novembre, Paris Première a diffusé le documentaire "François Fillon, de l’ascension à la chute". Il retrace la chute de celui qui était le favori de l'élection présidentielle de 2017... avant l'affaire des costumes et emplois fictifs.

Procès en appel à partir du 15 novembre

Cette diffusion intervient alors que le procès en appel de François Fillon se tiendra entre le 15 et le 30 novembre. L’occasion pour nous de revenir sur l’affaire Fillon et le désormais tristement célèbre "Pénélope Gate".

Il remporte la primaire de la droite et du centre

François Fillon remporte le second tour de la Primaire française de la droite et du centre le 27 novembre 2016. Dès lors, il en devient le candidat officiel. Érigé en favori, il dispose d’un large soutien des partisans de la droite.

La bombe est lâchée

24 janvier 2017 : Le Canard enchaîné révèle que Pénélope Fillon, la femme de François Fillon, dispose d’un emploi fictif depuis plusieurs années, en tant qu'attachée parlementaire de son mari. Selon le journal, l’ensemble de ses salaires pour ce poste s'élève à 600 000 €.

La Revue Des Deux Mondes

Mais le journal révèle également que Pénélope Fillon, qui s’est toujours défendue d’être femme au foyer, aurait perçu 100 000 € comme conseillère littéraire à La Revue des Deux Mondes. Pourtant, selon Michel Crépu, directeur de la revue, Pénélope Fillon a "signé deux ou peut-être trois notes de lecture" mais il n’existe pas "la moindre trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire".

Ouverture de l’enquête préliminaire

Le jour de la parution du journal le 25 janvier 2017, le parquet national financier ouvre une enquête préliminaire pour détournements de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits. Puis, entre le 30 janvier et le 3 février, les époux Fillon sont entendus par les enquêteurs.

Des perquisitions ont lieu à l'Assemblée nationale et au Sénat

Au 20 heures de TF1, François Fillon affirme qu"il n'y a pas le moindre doute" sur l'emploi "légal" et "réel" de sa femme comme collaboratrice. Il promet aussi qu’il retirera sa candidature seulement s'il est mis en examen. Entre le 31 janvier et le 3 février, des perquisitions ont lieu à l'Assemblée nationale et au Sénat.

Des sommes revues à la hausse

Le 1er février, Le Canard Enchaîné publie un nouvel article dans lequel il revient sur les sommes perçues par Pénélope Fillon en tant qu’assistante parlementaire. Il s’agirait de 900.000 € bruts et non pas 500.000 € comme annoncé précédemment. Le lendemain, elle déclare sur France 2 n’avoir "jamais été l'assistante" de son mari.

Il s'excuse auprès des Français

Le 6 février, François Fillon tient une conférence de presse à son siège de campagne. Il y répète que ces emplois fictifs n’existent pas. Selon lui, en travaillant avec sa femme et ses enfants, il aurait privilégié une "collaboration de confiance qui aujourd'hui suscite la défiance". Il en profite pour présenter ses "excuses aux Français", mais maintient tout de même sa candidature à l’élection présidentielle.

Il publie son patrimoine

Il estime également que parquet national financier n'est "peut-être pas la bonne instance pour conduire ces investigations". Il publie donc son patrimoine ainsi que des sommes perçues année par sa femme en tant que collaboratrice parlementaire, sur son site Internet.

Ouverture de l’enquête judiciaire

Le parquet national financier (PNF) ouvre son enquête judiciaire le 24 février 2017.

Lâché par les siens

Lynché de toutes parts, ses proches, dont Bruno Le Maire, quittent son équipe de campagne. Lors d’une conférence de presse le 1er mars 2017, François Fillon annonce sa mise en examen.

Perquisitions au domicile

Les perquisitions au domicile de époux Fillon se déroulent les 2 et 3 mars 2017.

Soutenu par Les Républicains

Pourtant, le comité politique du parti Les Républicains (LR) affirme à l’unanimité sa confiance en François Fillon.

L’affaire des costumes

Le 13 mars 2017 un nouveau scandale éclate. Un ami, Robert Bourgi, avocat réputé proche de Nicolas Sarkozy, lui aurait offert des costumes très coûteux, selon les révélations du Journal du dimanche.

Il rend les costumes

Problème : on ignore si ces cadeaux ont été faits à titre privé ou s’ils sont en lien avec le mandat de député de Paris de François Fillon. Ce serait alors un délit. Le 23 mars, il affirme avoir rendu les costumes. Quant à Robert Bourgi, il dément avoir bénéficié d’une contrepartie. François Fillon bénéficiera d’un non-lieu du délit de "trafic d’influence" en 2019.

Mise en examen

Le 14 mars 2017, François Fillon est mis en examen, concernant les soupçons d’emplois fictifs, visant sa femme et ses enfants. Quelques jours plus tard, Marc Joulaud, ancien suppléant de François Fillon, et Pénélope Fillon sont également mis en examen.

15,16% des voix au premier tour

Le 23 Avril 2017, François Fillon est éliminé du second tour de la présidentielle… de peu ! Il cumule 15,16% des voix, Marine Le Pen 16,14% et Emmanuel Macron 18,19%.

Début du procès

Le procès pour "détournement de fonds publics", "recel de détournement de fonds publics" et "abus de biens sociaux" entre autres, de François et Pénélope Fillon s’ouvre le 24 février 2020.

Une pression sur le Parquet

Le 10 juin 2020, alors qu’il est entendu par la commission d'enquête parlementaire sur l'indépendance de la justice, Éliane Houlette, ancien magistrat à la tête du Parquet national financier (PNF) affirme avoir subi "une énorme pression" du Parquet général durant les investigations du dossier Fillon.

Deux ans de prison ferme

François Fillon est condamné à cinq ans de prison, dont deux ans ferme, dix ans d’inéligibilité et une amende de 375 000 € le 29 juin 2020. Pénélope Fillon est quant à elle condamnée à trois ans de prison avec sursis. Les époux décident de faire appel. Rendez-vous le 15 novembre pour la suite de l'histoire !

Más para ti