Diam's, enfin de retour avec une interview sur TF1 et un documentaire

Absente depuis 8 ans
Révolution vestimentaire
Incomprise
Un cœur malheureux
Rencontre avec Dieu
C'est son choix
La fille prodigue du rap français
Née à Chypre
Dr Dre et NTM comme passion
Mélanie devient Diam's
La
Un premier album
Puis un second album
Début de la notoriété
Victime de violences conjugales
Une chanson pour en témoigner
Retour en 2009
Première apparition voilée
Foi et famille
Une nouvelle vie
Bien entourée
Elle revient après plus de dix ans de silence
Rendez-vous en juillet !
Absente depuis 8 ans

Cela fait huit ans qu’elle n’avait pas fait d’interview télévisée. Diam’s était présente sur le plateau de "Sept à huit", sur TF1, le 26 juin 2022, pour faire la promotion de son documentaire, “Salam” - “La paix”, en arabe -. Elle en profite pour revenir sur son passé de rappeuse à succès, mais aussi sur sa conversion à l’Islam, il y a quinze ans.

Capture d'écran @TF1

Révolution vestimentaire

Et si les médias se sont surtout concentrés sur le fait qu’elle ait décidé de se voiler, Diam's parle ici de sa "révolution vestimentaire". Avec l’Islam, elle a trouvé une planche de salut.

Capture d'écran @TF1

Incomprise

Alors qu’elle atteint des sommets grâce à sa musique, sa décision de tout arrêter a souvent été incomprise. Elle en explique les raisons dans cette interview : "Cela ne remplissait pas mon cœur et ne réglait pas mes soucis. On touche le rêve de beaucoup de gens du doigt, et on voit qu'il n'était qu'illusoire. C'est hyper compliqué à vivre et à expliquer aux gens."

"Je souffre et personne ne le voit"

Être sur scène la comble de bonheur, "pendant les deux heures de concert, j'oubliais mes problèmes, j'étais concentrée sur le fait de partager avec les gens. Mais il y a 22 autres heures dans une journée, et ça, c'est insupportable. Je souffre et personne ne le voit. Cela me remplissait d'un coup, mais comme l'ivresse, c'était compliqué de descendre ensuite".

Un cœur malheureux

Enfant tourmentée, elle tente pour la première fois de se donner la mort à 14 ans, puis découvre l'écriture, un "exutoire". PLus tard, alors qu’elle est en plein succès, Diam's n'arrive pas à apaiser sa tristesse. "Je réalise tristement que ce que je pensais être le sens de ma vie, c'est-à-dire d'écrire des textes, de remplir des salles, d'être aimée, cela ne remplissait malheureusement pas mon cœur ni réglait mes soucis".

Rencontre avec Dieu

Alors qu'elle essaie pour la première fois de prier avec une amie, front contre sol, elle a une "révélation". "Je suis convaincue que je suis à l'endroit où je dois être pour parler à mon seigneur. Je me suis sentie écoutée...", raconte-t-elle. Elle entreprend alors de lire le Coran et changer de regard sur la "création".

C'est son choix

"Aujourd'hui, je vois la gloire un peu comme l'ivresse : quelque chose d'hyper fort qui me remplissait d'un coup, et ensuite il était très dur de redescendre", dit-elle encore. À cette époque, Diam's, internée en clinique psychiatrique, tente à nouveau de mettre fin à ses jours. "Tout à coup, j'ai pris le temps de regarder le ciel, la lune, le soleil. Commencé à regarder ce qu'il y avait autour de moi et me dire que je faisais partie d'un tout, être croyant, c'est prendre conscience de la valeur de cette vie". Elle rappelle aussi qu’elle n’a pas été endoctrinée par son mari de l’époque, comme beaucoup de gens l’en ont accusé. Diam's rappelle qu'elle s'était convertie sur une plage de l'île Maurice de son propre chef alors qu'elle était célibataire.

"Je ne suis pas qu’un voile, je suis une femme"

Aujourd'hui, elle n'a qu'un but : "Ne faire que le bien" autour d'elle. Alors que son voile a fait l'objet de multiples polémiques, Mélanie déclare qu’elle est "une femme comme toutes les autres femmes. Je ne suis pas qu’un voile”. Sur les réseaux sociaux, les internautes trouvent qu’elle a l’air "apaisée" et "heureuse" après cette interview sur TF1.

La fille prodigue du rap français

Revenons ensemble sur la vie de celle qui a révolutionné le "rap game" français, mais aussi démocratisé le rap féminin.

Née à Chypre

Mélanie Georgiades, - dite Diam's -, est née le 25 juillet 1980 à Nicosie, à Chypre. Sa mère est française, son père Chypriote. Quand elle a trois ans, ses parents se séparent et elle vient s’installer en France avec sa mère. Elle grandit à Paris dans l’Essonne, où elle reste jusqu’à ses treize ans.

Dr Dre et NTM comme passion

Fille unique, elle se passionne pour le rap dès ses 12 ans, en 1992, quand elle découvre Dr Dre et de NTM.

Mélanie devient Diam's

La jeune Mélanie monte son premier groupe en 1994, alors qu’elle est en troisième. Un an plus tard, elle trouve son nom de rappeuse, Diam’s : "Je tombe sur la définition du mot diamant et j'apprends qu'un diamant ne peut être brisé que par un autre diamant et qu'il n'est fait que d'éléments naturels".

La "Mafia Trece"

En 1995, elle déménage dans la banlieue pavillonnaire d'Orsay, où elle reste jusqu'en 2003. Elle intègre le groupe "Instances Glauques", de Bagneux. Diam's contacte la radio Générations et lance un freestyle en direct. Puis, sous l’impulsion de plusieurs rencontres qu’elle fait à ce moment-là, un collectif se monte : "Mafia Trece".

Un premier album

La jeune artiste se fait connaître grâce à ses participations sur le premier album de la "Mafia Trece", "Cosa Nostra". En 1999, elle renonce à ses études pour se consacrer à sa passion et sort son premier album, "Premier mandat". Elle s’entoure de grands noms du rap français, tels que Monsieur R, Driver et Vibe, mais aussi des Américains, comme Khrist, Heather B. L'album ne connaît qu'un petit succès, avec 8 000 ventes.

Puis un second album

En 2002, la maison de disques EMI lui propose un contrat. Elle enregistre son second album, "Brut de femme". Mais le projet est abandonné à la suite d'une restructuration d'EMI. Pourtant, deux titres "Pogo" et "1980" sont diffusés par un journaliste sur Internet, avant leur sortie officielle.

Capture d'écran @Amazon

Début de la notoriété

Finalement, elle signe un contrat avec le label Hostile. L’album "Brut de femme" est retravaillé et profite d’une importante promotion sur des radios comme Skyrock et à l'appui Jamel Debbouze, qui emmène Diam’s à Los Angeles. Sa première tournée commence en 2003.

"Laisse-moi kiffer la vibe avec mon mec"

L’artiste se fait connaître grâce à son single "DJ", qui reprend le rythme de la chanson "Sway". L’album “Brut de femme” devient rapidement disque d'or et elle gagne une Victoire de la musique, pour le meilleur album rap de l'année 2004.

"Marine"

Diam’s est aussi engagée auprès d’Amnesty International, contre les violences faites aux femmes, mais aussi en incitant les jeunes à ne pas voter pour le Front national. Elle écrit la chanson "Marine" en ce sens. En 2005 confirme, "Brut de femme" est double disque d'or, avec plus de 200 000 exemplaires vendus.

Victime de violences conjugales

En 2006, alors qu’elle est en campagne avec Amnesty International, elle raconte : "J'avais 17 ans. Outre des violences physiques, je subissais un harcèlement psychologique destructeur. Je n'ai pourtant jamais porté plainte. Parce que j'avais peur. Parce que c'était la honte. Parce que, quand on est jeune, ça fait partie des codes : on ne porte pas plainte à la police".

Une chanson pour en témoigner

Elle écrira d’ailleurs une chanson pour raconter cette terrible expérience, "Ma souffrance". "Après cette chanson, j'ai reçu énormément de courrier de jeunes victimes : des filles de 14, 15 ans, parfois 13 ! Ces filles de 13 ans, elles n'avaient même pas encore l'âge d'aimer que déjà elles prenaient des coups ! Comment voulez-vous aimer après ça ?. Heureusement, je suis debout, je n'ai pas de séquelles", raconte-t-elle. Même si elle avoue avoir "mis 5 ou 6 ans à perdre mes réflexes de femme battue".

"C'est pas l'école qui nous a guidé nos codes, non, non"

En 2006, elle sort l’album "Dans ma bulle". Il est porté par le titre "La Boulette", qui aujourd'hui encore fait partie des chansons légendaires de l’histoire du rap français. Diam's reçoit un disque d'or pour cette chanson, la même année, puis un double disque de platine à l'automne et un disque de diamant début janvier 2007, pour l'album "Dans ma bulle".

"Mel', assieds-toi faut que je te parle, j'ai passé ma journée dans l'noir"

En 2008, elle chante en duo avec Vitaa, sur “Confessions nocturnes”, qui connaît immédiatement un vaste succès.

Retour en 2009

Elle se retire de la vie médiatique durant un an, avant de revenir en 2009 avec le single "Enfants du désert" et l’album "SOS". Ce dernier est en tête des classements dès sa sortie. Parallèlement, elle préside une association, “Big up Project”, qui "agit pour la protection de l’enfance défavorisée en Afrique par un soutien à des centres d’accueil de jeunes en difficulté et la mobilisation de bénévoles pour l’entraide et la solidarité internationale".

Première apparition voilée

En 2012, elle sort "Autobiographie", son autobiographie donc. Le livre se vend à plus de 50 000 exemplaires en un mois. Puis, le 30 septembre 2012, elle apparaît voilée pour la première fois, dans une interview dans "Sept à huit" sur TF1. Elle y annonce la fin de sa carrière de rappeuse.

Capture d'écran @TF1

Foi et famille

En 2012, après la naissance de sa fille Maryam, elle divorce du père de cette dernière. Elle se consacre depuis à sa vie de famille et à sa foi.

Une nouvelle vie

En 2017, elle quitte la France pour l’Arabie saoudite. Elle lance sa papeterie "Mel by Mel" cette année-là, mais aussi une agence de voyage, "Hégire Voyages" en 2020. Elle connaît de nombreuses difficultés à la suite de la création de son entreprise : "des insultes et des menaces de la part de personnes de l'extrême droite", raconte-t-elle.

"J’ai été touchée que l’on s’intéresse à mon parcours"

Depuis des années, l’ancienne rappeuse est sollicitée par des producteurs pour une adaptation de sa vie, sous forme de biopic. "J’avais comme le sentiment que l’on me demandait de donner les clefs de ma vie pour que d’autres puissent en faire un film. Un spectacle. Ma dépression, mes souffrances, ma quête, ma renaissance : un film ? Un divertissement ? J’ai été touchée que l’on s’intéresse à mon parcours, mais il m'était impossible de laisser des inconnus parler à ma place", raconte-t-elle dans "Salam".

Bien entourée

Finalement, elle accepte la proposition du producteur BrutX de réaliser un documentaire autobiographique accompagnée des réalisatrices Anne Cissé, à l’origine de "Lupin" et Houda Benyamina, qui a créé "Divines".

Elle revient après plus de dix ans de silence

Le 26 mai 2022, le documentaire est présenté au Festival de Cannes dans la sélection. Après dix ans de silence, Diam's accorde une interview au journaliste Augustin Trapenard sur le site Brut, qui est mis en ligne le même jour.

Capture d'écran @BrutX

Rendez-vous en juillet !

Prochain rendez-vous avec Diam’s à prévoir donc les 1er et 2 juillet 2022 au cinéma, pour voir "Salam", puis sur le site de BrutX en septembre !

Capture d'écran Youtube @FilmActu

Más para ti