Ces prétendants au trône qui réclament leurs titres royaux

Delphine Boël, la fille cachée d'Albert II de Belgique
Princesse Delphine de Belgique
Albert Sola assure être le fils du roi Juan Carlos I d'Espagne
La reine Sofia et le roi Juan Carlos, monarques espagnols
Francois Graftieaux, un français qui revendique appartenir à la royauté britannique
Édouard VIII
Deux prétendants de lignée historique pour le trône de France
Et un prétendant bonapartiste au trône de France
Victor-Emmanuel et Amédée se disputent le trône d'Italie
Amédée III de Savoie-Aoste a épousé Claude d'Orléans
Victor-Emmanuel, un prétendant roi avec des zones d'ombre
Leka Zogu II d'Albanie
Siméon de Bulgarie
Grande Duchesse Maria Vladimirovna de Russie et son fils le Grand Duc Georges Mikhaïlovitch
Margareta de Roumanie
Tatiana et Nicolas de Grèce
Alexandre II de Yougoslavie
La reine et le roi d'Allemagne
David Bagrationi-Moukhraneli, roi (sans couronne) de Géorgie
Charles de Habsbourg-Lorraine, empereur austro-hongrois du XXIème siècle
Duarte Pio de Bragança, prétendant au trône du Portugal
Frédéric Luz, élu prétendant au trône du royaume d'Araucanie et de Patagonie
Quentin Kūhiō Kawānanakoa, roi d'Hawaï
Un nouveau Shah d'Iran ?
Delphine Boël, la fille cachée d'Albert II de Belgique

Delphine Boël est une artiste dont les peintures, installations, sculptures et bijoux sont d'inspiration pop. Beaucoup de ses œuvres traitent du plus grand combat de sa vie : être reconnue comme la fille cachée de l'ancien roi de Belgique, Albert II.

 

Princesse Delphine de Belgique

Boël a intenté un procès à la famille royale afin d'être reconnue comme la fille d'Albert II de Belgique. Le procès a été rejeté en 2017, mais en 2020, elle a eu plus de chance. En octobre 2020, son frère, le roi Philippe, a reconnu qu'elle faisait partie de la famille. Aujourd'hui, elle peut être officiellement appelée Princesse de Belgique. Elle a même pu rencontrer son père !

Albert Sola assure être le fils du roi Juan Carlos I d'Espagne

Il a toujours mené une vie simple en travaillant comme serveur à La Bisbal d'Emporda, un petit village catalan. Cependant, Albert Sola (Barcelone, 1956) assure que son père est le roi Juan Carlos I. Il affirme en effet que sa mère a rencontré à l'âge de 17 ans celui qui deviendrait plus tard le prétendant au trône de l'Espagne franquiste. Et ils auraient eu une relation intime, bien qu'éphémère.

La reine Sofia et le roi Juan Carlos, monarques espagnols

Juan Carlos de Bourbon a épousé Sofia de Grèce en 1962 et, selon Albert Sola, il aurait abandonné son fils né d'une aventure passagère. Albert Sola serait donc le fils aîné du roi Juan Carlos et il aurait alors pu aspirer au trône. Mais il n'a jamais pu faire reconnaître ce lien de parenté.

Francois Graftieaux, un français qui revendique appartenir à la royauté britannique

Francois Graftieaux, septuagénaire français, assure que sa grand-mère a eu une romance avec Édouard VIII alors qu'il était prince. Ils se seraient rencontrés en 1916 à Paris, destination où la noblesse attirée par la vie nocturne venait visiter ses cabarets et son ambiance artistique dévergondée. Il le raconte dans son livre "L'homme qui aurait dû être roi".

Édouard VIII

Toujours selon la version de Francois Graftieaux, Édouard VIII aurait eu une relation de courte durée à Paris avec sa grand-mère, jeune mannequin de l'époque. Elle serait tombée enceinte et (soi-disant) la Couronne britannique aurait payé Marie-Leoni Graftieaux pour éviter tout scandale, ce qui lui permit de monter son atelier de mode et couture, tout en étant mère célibataire. Francois Graftieaux a demandé un test ADN à la reine Elisabeth II afin de prouver la véracité de son histoire et, par la même occasion, réclamer sa place dans la lignée de succession au trône. Il pourrait, en effet, être roi d'Angleterre.

Deux prétendants de lignée historique pour le trône de France

La très républicaine France compte deux prétendants à son trône. D'une part, Alfonso de Bourbon (le plus jeune, à gauche sur la photo) et d'autre part, Jean d'Orléans (à droite). Soit une dispute entre deux noms royaux historiques. Alfonso de Bourbon aspire à une quatrième lignée de la famille De Bourbon et Jean d'Orléans veut réinstaurer la monarchie que la Révolution Française de 1789 a liquidé en guillotinant ses ancêtres Louis XVI et Marie-Antoinette.

Et un prétendant bonapartiste au trône de France

Et évidemment, il va de soi qu'un troisième prétendant figure sur la liste: celui qui revendique son titre d'Empereur de France, à l'instar de son ancêtre Napoléon Bonaparte. Il s'agit de Jean-Christophe Albéric Ferdinand Napoléon Bonaparte, qui apparaît sur la photo à l'occasion de son mariage avec la comtesse Olympia von Arco-Zinneberg.

Victor-Emmanuel et Amédée se disputent le trône d'Italie

Littéralement. Victor-Emmanuel de Savoie et Amédée de Savoie-Aoste (cousins qui s'affrontent pour le trône d'Italie) en sont venus aux poings lors d'un dîner organisé à Madrid par le roi d'Espagne (Juan Carlos I) à l'occasion du mariage de son fils Philippe. Juan Carlos I a dû intervenir pour séparer les deux rivaux en les menaçant: "Plus jamais ça !". Et il semblerait qu'un cheikh arabe, qui figurait parmi les invités, aurait mis de la glace sur le visage d'Amédée afin de le calmer.

Image d'Amédée III de Savoie-Aoste / Wikimedia

Amédée III de Savoie-Aoste a épousé Claude d'Orléans

Le motif du conflit entre Amédée et Victor-Emmanuel vient de la décision du Conseil du Royaume (un organe auquel la République d'Italie ne donne aucune légitimité) qui a choisi pour héritier au trône italien: Amédée de Savoie-Aoste. Cela a provoqué leur rivalité car Victor-Emmanuel de Savoie se considère le véritable roi d'Italie.

Victor-Emmanuel, un prétendant roi avec des zones d'ombre

Cependant, la dispute avec son cousin n'est pas la seule controverse de Victor-Emmanuel de Savoie. En 1978, il est accusé d'homicide pour avoir tiré mortellement sur un jeune allemand qui tentait de voler son bateau en Corse. Mais Victor-Emmanuel de Savoie est acquitté pour manque de preuves. En 2006, il est emprisonné pour trafic de devises, association de malfaiteurs visant à la corruption et prostitution. Il en sort finalement acquitté.

Leka Zogu II d'Albanie

Il est l'héritier légitime et se proclame Leka II d'Albanie. A ce titre, il veut rétablir la monarchie dans son pays, ce qui semble improbable. Cependant, Leka II (sur la photo, lors de son mariage avec l'actrice et chanteuse albanaise Elia Zaharia) a opté pour assumer que seule la politique pourrait changer les choses. Son père, Leka I, était plutôt partisan d'autres méthodes: il a été expulsé d'Espagne en 1979 lorsqu'on lui découvre un immense arsenal de guerre qu'il voulait utiliser dans la lutte armée contre le régime communiste albanais de l'époque. Leka II (1982) s'engage en politique dans la normalité démocratique.

Siméon de Bulgarie

Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha est le fils du tsar de Bulgarie, Boris III, avant que le pays ne devienne une république communiste. Après la chute du Mur de Berlin et l'avènement de la démocratie en Bulgarie, Siméon se présente aux élections et devient Premier Ministre. Mais son mandat est difficile et, après des affaires de corruption touchant des membres de son parti, il décide d'abandonner la politique. Ses aspirations au trône ne sont que purement symboliques.

Grande Duchesse Maria Vladimirovna de Russie et son fils le Grand Duc Georges Mikhaïlovitch

La révolution bolchévique en Russie a cédé la place à l'Union Soviétique après l'assassinat du tsar Nicolas I et de sa famille. Cependant, à Madrid, en Espagne, un descendant du tsar de Russie, né en 1981 et nommé Georges Mikhaïlovich Romanov, revendique son titre.

Margareta de Roumanie

En 1990, elle s'est rendue pour la première fois dans le pays où son père, Michel I, a été roi. Le communisme l'a détrôné et l'héritière est ainsi privée de couronne. Elle se consacre à des causes sociales en Roumanie à travers la Fondation Princesse Margareta et en 2015, elle est nommée présidente de la Croix-Rouge roumaine.

Tatiana et Nicolas de Grèce

Nicolas de Grèce est le fils cadet du roi Constantin II de Grèce et de la reine Anne-Marie de Danemark. Mais son père a été détrôné pour être impliqué dans des conspirations politiques qui ont abouti en dictature militaire. Au retour de la démocratie, les grecs décident d'instaurer une république. Constantin de Grèce a pu retourner en Grèce en 2013 et son héritier, Nicolas, garde espoir de porter un jour la couronne. Mais le républicanisme des grecs semble sans équivoque, à l'instar de Platon.

Alexandre II de Yougoslavie

Il est le fils de Pierre II de Yougoslavie, détrôné par la Seconde Guerre Mondiale, puis par l'instauration d'une république socialiste conduite par Tito. À la chute du communisme, la guerre civile a transformé la Yougoslavie en Serbie, Slovénie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Montenegro et Macédoine. Et Alexandre Karađorđević aspire actuellement au trône de Serbie, laissant les autres pays de l'ex-Yougoslavie à leur libre arbitre.

Photo: De Royal Family of Serbia - [1], CC BY 3.0 rs / Wikimedia

La reine et le roi d'Allemagne

Georg Friedrich Ferdinand Prinz von Preuße est Georg Friedrich I d'Allemagne pour tous ceux qui rêvent que ce pays germanique retourne à la monarchie. Et ce n'est pas tout: par lien de parenté, il occupe également la 150ème place dans la lignée de succession de la couronne britannique. Son épouse est Sophie d'Isenbourg.

Photo: Wikimedia

David Bagrationi-Moukhraneli, roi (sans couronne) de Géorgie

Il apparaît sur la photo aux côtés de son épouse Anna Bagration-Gruzinsky. Son père, Jorge de Bragation, est pilote de Formule 1, et sa mère est l'aristocrate espagnole María de las Mercedes de Zornoza y Ponce de León. David de Bragation est donc un espagnol qui aspire au trône de l'ex-république soviétique de Géorgie.

Charles de Habsbourg-Lorraine, empereur austro-hongrois du XXIème siècle

Si l'Empire Austro-hongrois continuait d'exister (il a été dissout avec la Première Guerre Mondiale), Charles de Habsbourg-Lorraine en serait l'empereur. Mais comme le retour de la monarchie en Autriche ne semble pas au goût du jour, il se consacre donc à la politique et a même été un eurodéputé conservateur. Cependant, pour ses partisans monarchiques, il est Charles II d'Autriche, Charles IV de Bohême, Charles V de Hongrie et Charles V de Croatie.

Duarte Pio de Bragança, prétendant au trône du Portugal

Le Portugal a été une monarchie pendant 900 ans, mais au début du XXème siècle, la république a finalement été instaurée. Duarte Pio de Bragança (en compagnie de son épouse Isabel de Herédia sur la photo) souhaite devenir Duarte II du Portugal, bien que cela semble très peu probable.

Frédéric Luz, élu prétendant au trône du royaume d'Araucanie et de Patagonie

Voici un expert héraldiste né en France, qui se déclare héritier du trône du Royaume d'Araucanie et Patagonie (aussi appelé Royaume de Nouvelle France), monarchie inventée par un français fantaisiste en 1869. Ce royaume a été proclamé par Antoine de Tounens sur un territoire qui appartient aujourd'hui à l'Argentine et au Chili, habité par le peuple mapuche. Frédéric I veut réinstaurer la monarchie et être un roi latino-américain.

Photo: De Kppcom - CC BY-SA 4.0 / Wikimedia

Quentin Kūhiō Kawānanakoa, roi d'Hawaï

Il réclame le trône d'Hawaï et, en attendant le retour de la monarchie, il fait de la politique comme représentant du Parti Républicain.

Photo: De Daniel Ramirez - Derived (cropped) from: File:Quentin Kawananakoa, 2013 King Kamehemeha Parade.jpg

Source originale: Flickr: 2013 King Kamehemeha Parade, CC BY 2.0/ Wikimedia

Un nouveau Shah d'Iran ?

Reza Pahlavi est l'héritier du trône d'Iran. Cependant, sa tâche politique a beaucoup encouragé la démocratie en Iran depuis son exil aux États-Unis.

Más para ti