Juan Carlos d'Espagne: du statut de monarque exemplaire à roi du scandale

Juan Carlos d'Espagne: un roi décadent
Juan Carlos I d'Espagne
La proclamation de Juan Carlos d'Espagne
Juan Carlos d'Espagne: Figure clé de la Transition
Le passé tragique de Juan Carlos d'Espagne
Juan Carlos d'Espagne: son nu intégral (ou pas)
Juan Carlos d'Espagne:
Juan Carlos d'Espagne et les opinions polémiques de sa femme Sofía
Juan Carlos d'Espagne: le début de la fin
La séparation de l'infante Elena
Juan Carlos d'Espagne réprimande la presse
La fortune de Juan Carlos d'Espagne
L'éléphant et le roi Juan Carlos d'Espagne
La popularité en chute libre de Juan Carlos d'Espagne
Juan Carlos d'Espagne et la chaise de la discorde
L'abdication de Juan Carlos d'Espagne
La vie sentimentale de Juan Carlos d'Espagne
Juan Carlos d'Espagne: des enfants illégitimes ?
Les éloges de Juan Carlos I à Franco
Les 67 millions d'euros de Juan Carlos d'Espagne
Du rififi en Espagne: monarchie ou république ?
Juan Carlos d'Espagne: un roi décadent

Celui qui était roi d'Espagne pendant 39 ans a été mis à l'écart par son propre successeur. Felipe VI a, en effet, retiré le roi émérite Juan Carlos I de ses fonctions, tout en renonçant à son héritage. 

Juan Carlos I d'Espagne

Né à Rome le 5 janvier 1938, il est nommé roi d'Espagne le 22 novembre 1975. Durant les 39 années suivantes, le Roi Juan Carlos est, ou du moins a essayé d'être, le monarque simple, proche et populaire réclamé par le pays. Mais tout a dérapé et Juan Carlos I est passé de monarque exemplaire à roi du scandale.

La proclamation de Juan Carlos d'Espagne

Juan Carlos Alfonso Victor Maria de Bourbon et Bourbon-Dos Sicilias avait 37 ans lorsqu'il a été proclamé roi d'Espagne. Sa nomination est une décision de la Loi de Succession du Chef d'état de 1947 et il a été reconnu comme tel par la Constitution de 1978, à la mort de Franco. C'est d'ailleurs ce même Franco qui l'a désigné et l'a validé par référendum constitutionnel. C'est ainsi que Juan Carlos I a apporté la démocratie en Espagne.

Juan Carlos d'Espagne: Figure clé de la Transition

Tout le monde s'accorde sur le rôle décisif qu'a joué le roi Juan Carlos pendant la Transition et comment sa figure a été puissante pour stopper le coup d'État de 1981. De plus, dans ses premières années en tant que monarque, il a activement participé à l'unité européenne et il a contribué, directement, à renforcer les relations diplomatiques avec les autres pays. Cependant, dans la biographie de don Juan Carlos, il y a aussi plusieurs ombres. 

Le passé tragique de Juan Carlos d'Espagne

Avant d'accéder au trône espagnol, une histoire tragique a lieu pendant l'enfance de Juan Carlos. En mars 1956, Alfonso de Bourbon, le petit frère de Juan Carlos, décède d'un coup de revolver de calibre 22 dans le visage. Selon certains chroniqueurs, ce serait Juan Carlos qui aurait provoqué la mort de son propre frère. Alfonso de Bourbon est mort sur le coup, alors qu'il n'avait que 14 ans. Ils étaient en train de jouer.

Juan Carlos d'Espagne: son nu intégral (ou pas)

1995. Voilà 20 ans que Juan Carlos est monarque et sa popularité est très grande. À tel point qu'il n'a aucune gêne à se dénuder pour se jeter à l'eau depuis son bateau. Et le cliché du roi nu a été pris. Or, personne ne l'a publié en Espagne, contrairement à l'Italie. La repercussion en Espagne a cependant été minime.

Juan Carlos d'Espagne: "Veux-tu te taire ?"

XVII Sommet Ibéro-américain de Chefs d'États de novembre 2007. Hugo Chavez, président du Vénézuela, traite de "fasciste" José Maria Aznar dans un de ses coups de colère légendaires. Zapatero rappelle alors à l'ordre le dirigeant vénézuelien de façon polie, demandant du respect pour l'ex-président. Mais le Roi Juan Carlos n'y a pas mis autant de formes et lui déclare son fameux "Veux-tu te taire ?". Cette phrase, devenue mythique depuis, a plu en Espagne et déplue au Vénézuela et dans le reste de l'Amérique Latine, car perçue comme arrogante. Chavez et Juan Carlos ont finalement fait la paix en juillet 2008.

Juan Carlos d'Espagne et les opinions polémiques de sa femme Sofía

Lors d'une interview de Pilar Urbano à la reine Sofía pour le livre 'La Reina muy de cerca', celle-ci assure respecter les gays mais ne pas comprendre la Gay Pride. De plus, la Reine se positionne à faveur de la religion catholique au collège et contre l'avortement.

Juan Carlos d'Espagne: le début de la fin

2010 est l'année noire du roi Juan Carlos. C'est l'année de l'ouverture de l'investigation sur le cas Nòos, où sont impliqués l'infante Cristina et son mari Iñaki Urdangarín. Et le nom du monarque est apparu plusieurs fois dans cette enquête. La condamnation de son gendre Urdangarín et l'absolution de sa fille ont accru la mauvaise image de la Couronne espagnole. 

La séparation de l'infante Elena

Cette même année 2010, Elena de Bourbon et Jaume de Marichalar annoncent une "pause temporaire de leur vie commune" qui, en d'autres mots, signifie qu'ils divorcent. C'est le premier couple de la monarchie espagnole à se séparer. Le roi Juan Carlos s'est rapidement positionné en faveur de sa fille, alors que Sofía (selon les sous-entendus des chroniqueurs) n'aurait pas apprécié cette rupture, bien qu'elle ait finalement soutenu sa fille à son tour. Une histoire de famille qui prouve que la Famille Royale n'est pas si différente de toute autre famille espagnole.

Juan Carlos d'Espagne réprimande la presse

Le Cas Nòos et le divorce d'Elena ont fait les gros titres de la presse nationale, ce que le roi a très mal pris. Il a alors fait part de son dégoût en convoquant une rencontre avec la presse où il lui déclare: "ce qui vous importe, c'est me tuer et me clouer une épine dans les tripes", en réponse à un journaliste.

La fortune de Juan Carlos d'Espagne

En 2012, The New York Times publie que la fortune du roi atteint les 1.800 millions d'euros. Un chiffre polémique parce que, cette même année, la Maison Royale recevait 8 millions d'euros par an qui, multipliés par les 37 ans de règne, font un total de 296 millions d'euros. D'où viennent donc les 1.500 millions restants ? Est-ce que cette information révélée par un média américain est vraiment fiable ?

L'éléphant et le roi Juan Carlos d'Espagne

 Avril 2012. Juan Carlos est opéré d'urgence pour une fracture de la hanche. Que s'est-il passé ? Il se l'est cassée en chassant l'éléphant, animal en risque d'extinction, lors d'un safari au Botswana ayant coûté 45.000 euros. Son "je suis vraiment désolé, je me suis trompé, cela ne se reproduira plus" a marqué l'histoire de l'Espagne contemporaine. Et il chassait en compagnie de son amie Corinna, qui ne tardera pas à faire couler beaucoup d'encre.

La popularité en chute libre de Juan Carlos d'Espagne

En seulement deux ans, la côte de popularité du roi a complètement chuté, oubliant les 35 années précédentes qui plaçaient la courbe très haut. En janvier 2013, El Mundo publie un sondage où 50,1% de la population approuve la gestion du roi. En seulement un an, le monarque a perdu 26 points de popularité et l'ombre de son abdication commence à poindre.

Juan Carlos d'Espagne et la chaise de la discorde

Juillet 2013. Juan Carlos d'Espagne est tendu et cela n'est un secret pour personne ! En témoigne les deux réprimandes publiques adressées à son assistant en l'espace de quatre jours, ce qui était impensable auparavant. La première, parce qu'il n'a pas assez rapproché sa chaise de la table. La seconde, pour ne pas lui tenir ses béquilles. 

L'abdication de Juan Carlos d'Espagne

Face à une côte de popularité au plus bas et de nombreux citoyens réclamant un référendum sur la monarchie, Juan Carlos I décide de disparaître un peu, laissant le trône à son fils Felipe VI. Et le 19 juin 2014, Juan Carlos I n'est officiellement plus Roi d'Espagne, sinon Roi Émérite, mettant ainsi fin à 39 ans de règne. 

La vie sentimentale de Juan Carlos d'Espagne

Curieusement, l'abdication n'a pas apporté la paix au désormais roi émérite. En juillet 2017, Amadeo Martinez publie 'Juan Carlos I, l'homme aux 5.000 maîtresses'. L'auteur est un ex-militaire qui démontre, dans ce livre, que le roi n'a pas été fidèle à la reine Sofia. Parmi les nombreuses maîtresses, apparaîssent des actrices espagnoles et la fameuse Corinna Larsen.

Juan Carlos d'Espagne: des enfants illégitimes ?

Ces infidélités ont donc provoqué un nouveau vent de polémiques. C'est ainsi qu'Albert Sola et Ingrid Sartiau ont déclaré dans la presse être frère et soeur (de même père) et enfants du roi Juan Carlos. Pour le prouver, ils ont présenté des tests ADN où le pourcentage de possibilités qu'ils soient frère et soeur est de 91%. Le roi n'a jamais accepté de faire le test de paternité et est protégé de par sa condition de monarque.

Les éloges de Juan Carlos I à Franco

Une autre des polémiques récentes du Roi Émérite remonte à 1970, lorsque l'héritier d'alors donne une interview à la télévision suisse. Les images sont ressorties et sont devenues virales sur les réseaux sociaux. Dans un français parfait, Juan Carlos de Bourbon loue la figure du "général Franco", reconnaissant qu'il ait "sauvé l'Espagne de la crise de 1936, et ait ancré les bases du développement", tout en ajoutant que son service patriotique était "un exemple vivant". 

Les 67 millions d'euros de Juan Carlos d'Espagne

Et enfin surgit l'épisode de Corinna Larsen, l'amie du roi qui désormais semble être devenue son ennemie. Selon plusieurs medias, le Parquet anticorruption veut vérifier si le Roi Émérite a versé la quantité de 65 millions d'euros à Corinna Larsen, en relation avec l'encaissement de commissions illégales. Cette nouvelle sort en même temps qu'une information qui explique que Corinna veut poursuivre le monarque pour menaces, selon le journal El Mundo. 

Du rififi en Espagne: monarchie ou république ?

Le fils pourrait bien payer les péchés de son père. Felipe VI se retrouve face à une législature où il y a une très grande représentation républicaine au Parlement, un parti explicitement républicain au Gouvernement et le mot référendum résonne plus que d'habitude au Palais de la Zarzuela. Faudra-t-il finalement choisir entre Monarchie et République en Espagne ? Ce qui est certain c'est que, en quatre décennies, Juan Carlos I est passé de monarque exemplaire applaudit en Espagne de façon unanime au statut de roi du scandale.

Mais il semblerait que cela soit dans l'ère du temps: Scandales, tragédies, contreverses: période noire pour les monarchies européennes.

Más para ti