Huawei: les clés pour comprendre la crise

Huawei: les clés pour comprendre la crise
Huawei sur une liste noire commerciale
Trump vs Huawei
Le débat reste ouvert
Un ennemi dans nos murs ?
Le discours de Trump
La crise Huawei
Apple, l'autre lésé
Apple, en baisse
Trump suspend temporairement son veto
Quel est l'avenir ?
Qu'en est-il des usagers ?
Huawei s'explique
En cas de rupture...
Huawei vs Google
Huawei présente sa nouvelle gamme
Huawei: Honor 20
Huawei: Honor 20
Huawei reste confiant
Huawei: l'ennemi à abattre
Ren Zhengfei, le fondateur de Huawei
Huawei: le monstre des télécommunications
Huawei: le monstre des télécommunications
Cisco vs Huawei
Cisco vs Huawei
Une question de sécurité
Une question de sécurité
Intel, Qualcomm ou Broadcom
La 5G
La 5G
La course à la 5G
Huawei fière de son avancée technologique
Huawei fière de son avancée technologique
Les fonds douteux de Huawei
Espionnage ?
D'autres pays se positionnent
Le veto du Japon
Et les autres ?
Y aura-t-il d'autres vetos ?
Maintenir le cap
Macron se prononce aussi
Huawei: les clés pour comprendre la crise

Le veto imposé par le gouvernement de Donald Trump à Huawei Technologies, en mettant l'entreprise sur une 'liste noire commerciale', a pour conséquence une crise internationale pour les usagers de la compagnie chinoise et les compagnies américaines qui dépendent directement de celle-ci.

Huawei sur une liste noire commerciale

En mettant Huawei sur cette “liste noire commerciale”,  Google a annoncé qu'il cesserait de travailler avec Huawei, ce qui implique que la marque chinoise est dans l'incapacité d'actualiser ses dispositifs électroniques.

Trump vs Huawei

Selon les explications du gouvernement Trump, Huawei est une menace contre la sécurité nationale et les intérêts de la politique extérieure américaine. Il l'accuse de cyber-espionnage par le biais de ses téléphones.

Le débat reste ouvert

Non seulement les Etats-Unis doutent de si Huawei récolte des informations, au moyen de ses téléphones, au profit du gouvernement chinois; mais également, l'Union Européenne craint cette possibilité. Le débat reste donc ouvert.

Un ennemi dans nos murs ?

Certains experts assurent: ”Travailler avec du matériel chinois est un vrai cheval de Troie: c'est mettre l'ennemi chez soi”.

Le discours de Trump

Cependant, certains analystes trouvent exagérée cette menace chinoise et considèrent que ce cyber-espionnage prôné par Trump et le fait de qualifier ces téléphones d'“armes de destruction massive” ne sont que des excuses, à l'instar de la guerre contre l'Irak. Dans ce cas, il s'agit de justifier une guerre économique.

La crise Huawei

Bien que les citoyens et usagers de la marque semblent être les principales victimes, la rupture entre Google et Huawei suppose une crise mondiale qui touche principalement l'économie américaine.

Apple, l'autre lésé

Les dommages collatéraux ont commencé à affecter Apple dont la production et la fabrication d'une grande partie de ses produits se trouvent en Chine.

Apple, en baisse

À peine la crise commencée, les actions d'Apple ont chuté de 3% à la bourse de New York.

Trump suspend temporairement son veto

Après avoir déclenché ce chaos technologique, la rupture entre Google et Huawei a été temporairement suspendue par Donald Trump.

Quel est l'avenir ?

En cas de rupture entre Google et Huawei, la compagnie américaine annulerait tout transfert de hardware, software et tout autre service technique sans licence open source.

Qu'en est-il des usagers ?

Pour le moment, selon les explications de la compagnie, les actuels usagers des téléphones Huawei peuvent toujours utiliser les applications fournies par Google.

Huawei s'explique

"Pour nos usagers, Google Play et la sécurité de Google Play Protect continueront de fonctionner sur les dispositifs Huawei existants".

En cas de rupture...

En cas de rupture entre Google et Huawei, les smartphones chinois perdraient immédiatement l'accès immédiat aux actualisations du système opératif Android de Google. C'est-à-dire que les usagers actuels ne pourraient plus actualiser les services de Gmail, Youtube, Google Chrome, ainsi que toutes les applications incluent dans Google Play Store.

Huawei vs Google

Quant aux nouveaux usagers de Huawei qui se procurent un nouveau téléphone portable lancé par la compagnie, ils n'auront ni Android, ni l'accès aux applications de Google. C'est-à-dire qu'ils ne pourront pas télécharger WhatsApp, Gmail, Youtube, entre autres.

Huawei présente sa nouvelle gamme

Mais, en pleine tempête, Huawei présente, en grandes pompes à Londres, son avancée technologique à travers son nouveau téléphone portable 'Honor 20'.

Huawei: Honor 20

Les nouveaux Honor 20 sont présentés comme étant des téléphones portables témoignant d'une grande avancée technologique de la marque. Le seul hic, c'est qu'ils fonctionnent avec le système opératif Android 9 Pie de Google.

Huawei: Honor 20

À cause de la crise avec Google, il n'y a pas de date de mise en vente, bien qu'initialement cela devait être immédiat.

Huawei reste confiant

Les dirigeants de Huawei ont assuré que l'entreprise s'en sortira et offrira un service impeccable à ses clients.

Huawei: l'ennemi à abattre

En 10 ans, Huawei est passé du statut de fabricant lambda de téléphones chinois à celui de concurrent direct de Samsung et Apple.

Ren Zhengfei, le fondateur de Huawei

L'entreprise Huawei a été fondée en 1987 par Ren Zhengfei, ex-officier des Forces Terrestres de l'Armée Populaire de la Libération chinoise.

Huawei: le monstre des télécommunications

On sait que l'entreprise investit, de façon annuelle, 10% de ses gains en recherche et développement, en plus d'être le fournisseur de plus de 35 des plus grands opérateurs de télécommunications du monde.

Huawei: le monstre des télécommunications

Depuis 2007, Huawei Technologies est devenue l'une des entreprises les plus respectées et importantes dans le secteur des télécommunications mondiales.

Cisco vs Huawei

L'entreprise a dû faire face à plusieurs problèmes légaux, tels qu'en 2003 lorsque Cisco l'a traîné en justice, l'accusant d'avoir copié illégalement sa propriété intellectuelle.

Cisco vs Huawei

Lors de ce procès, Cisco accusait l'entreprise chinoise d' “avoir copié illégalement et de s'être approprié illicitement le software IOS de Cisco”. En résumé, Cisco accusait Huawei de copier la forme d'administrer les réseaux avec les routeurs. Suite à cette bataille juridique, Huawei a effectué une modification de certains de ses produits.

Une question de sécurité

En janvier 2019, Kirstjen Nielsen, Secrétaire de la Sécurité Nationale des Etats-Unis, ainsi que d'autres membres du gouvernement et Wilbur Ross, directeur du FBI, ont retenu 23 charges criminelles contre Huawei dont: fraude bancaire et financière, blanchiment d'argent, conspiration contre les Etats-Unis, vol de technologie secrète commerciale, fraude par e.mail et entrave à la justice.

Une question de sécurité

C'est pourquoi le veto n'est pas une surprise, suite aux disputes légales qui annonçaient une rupture et la conséquente lutte pour obtenir le marché des télécommunications.

Intel, Qualcomm ou Broadcom

À ce veto, se sont rajoutées des entreprises comme Intel, Qualcomm ou Broadcom, parmi d'autres fabricants de puces pour la téléphonie mobile, les PC et tout autre produit développé par Huawei.

La 5G

On raconte que la raison de cette bataille commerciale est aussi liée à la conquête du réseau 5G.

La 5G

Les spécialistes en télécommunications assurent que le fabricant chinois a un énorme avantage technologique dans le déploiement des réseaux 5G. Donald Trump a cependant déclaré que la guerre de la 5G sera gagnée par les Etats-Unis.

La course à la 5G

"La 5G est une course que nous gagnerons", a affirmé le président après avoir insisté qu'il ne laisserait pas d'autres puissances prendre ce marché, annonçant ainsi les représailles à venir.

Huawei fière de son avancée technologique

Pour sa part, Huawei assure que le déploiement de sa technologie 5G prend l'avantage sur ses concurrents de deux ou trois ans.

Huawei fière de son avancée technologique

L'entreprise chinoise a consacré 10 ans à la 5G, et a installé plus de 70.000 antennes à travers le monde pour développer son réseau.

Les fonds douteux de Huawei

Le journal The Times a publié que la CIA avait découvert que Huawei avait obtenu des fonds de l'Armée de Libération Populaire et d'agences  de l'intelligence chinoise.

Espionnage ?

Le gouvernement de Donald Trump est persuadé que l'utilisation de Huawei sur les réseaux 5G est dans un unique but d'espionnage.

D'autres pays se positionnent

L'Australie et la Nouvelle Zélande ont été les premiers pays à rejeter la technologie Huawei pour leurs réseaux 5G, pour des motifs de sécurité, comme l'a fait Donald Trump.

Le veto du Japon

En 2018, le Japon s'est ajouté à cette liste et a interdit l'achat d'équipements ZTE et Huawei pour les contrats officiels. Le Premier Ministre a déclaré qu'il s'agissait d'une mesure pour éviter tout risque envers la sécurité nationale.

Et les autres ?

Le Canada, le Royaume Uni, l'Allemagne, la Belgique et la Pologne sont d'autres pays qui, d'une façon ou d'une autre, ont suggéré que la technologie de Huawei serait une menace pour leur sécurité. Dans plusieurs de ces pays, il y a eu des investigations. Mais, faute de preuves, aucun jugement n'a été rendu et donc aucun veto n'a été mis en place.

Y aura-t-il d'autres vetos ?

Les versions officielles de ces pays assurent qu'un veto est une décision très grave et qu'il n'y a encore aucune preuve concrète d'espionnage. Cependant, les Etats-Unis n'ont pas pris autant de précaution.

Maintenir le cap

D'un autre côté, Peter Mandelson, qui a travaillé pour la Commission du Commerce de l'Union Européenne, accusait les Etats-Unis de “créer l'hystérie” et invitait le Royaume-Uni et l'Europe à maintenir ses objectifs et perspectives.

Macron se prononce aussi

En ce qui concerne Emmanuel Macron, le président français, il a déclaré: “Notre perspective n'est pas de bloquer Huawei, ni aucune compagnie". Mais il a également assuré que son travail sera toujours de préserver la sécurité nationale et la souveraineté européenne.

Más para ti