À 88 ans, Brigitte Bardot va être interprétée par Julia de Nunez dans une série sur France 2

Brigitte Bardot a 88 ans !
Une minisérie biopic
Une famille exigeante
Égérie à 15 ans
La rencontre de Roger Vadim
Ses débuts au cinéma
Et Dieu créa la femme
La naissance de BB
Avec Jean-Louis Trintignant
Une période difficile
Le Mépris
Elle a refusé James Bond
Bardot et Gainsbourg
Don Juan 73
Une fin de carrière précoce
Admirée dans le monde entier
La cause animale
Contre la chasse aux phoques
La Fondation Brigitte-Bardot
Des actions à fort impact
Menacée de mort
À Saint-Tropez
Un cri dans le silence
Des positions controversées
Récemment condamnée pour injure raciale
Une icône malgré tout
Brigitte Bardot a 88 ans !

Icône du cinéma français et de la féminité libérée dans les années 1960, Brigitte Bardot fête ses 88 ans ce mercredi 28 septembre. Sans faste ni cérémonie, comme elle en a pris l'habitude depuis des décennies durant lesquelles elle a pris ses distances avec le monde du show-biz. Mais c'est un hommage bien mérité qu'elle va bientôt recevoir.

Une minisérie biopic

La réalisatrice Danièle Thompson (sur la photo) et son fils Christopher vont en effet réaliser une minisérie sur la jeunesse de l'actrice, qui sera diffusée sur France 2. Et la comédienne retenue pour le rôle-titre est Julia de Nunez, une actrice de 22 ans qui a frappé par sa ressemblance physique avec "BB", mais aussi pour sa liberté et son jeu instinctif qui étaient la marque de fabrique de Bardot dans les années 1960. En attendant de pouvoir visionner la série événement, voici un retour sur la vie et la carrière d'un mythe à la française.

Une famille exigeante

Née en 1934 à Paris, Brigitte Bardot est la fille d’un industriel passionné de cinéma issu de la grande bourgeoisie parisienne, et d’une mère, Anne-Marie Mucel, qui aurait souhaité être ballerine et élève sa fille de manière rigoureuse pour en faire une artiste. Brigitte Bardot doit son port de tête à la discipline intense à laquelle sa mère l’a pliée.

Égérie à 15 ans

Dès l’âge de quinze ans, la future idole des amateurs du cinéma pose en une du magazine féminin ‘Elle’ pour présenter la mode « junior ». Le physique de Brigitte Bardot affole déjà les photographes et les cameramen.

La rencontre de Roger Vadim

Les photos ont attiré l’attention du réalisateur Marc Allégret qui demande à la rencontrer pour le casting d’un de ses films. Le projet n’aboutira pas, mais c’est à cette occasion que Brigitte Bardot rencontre Roger Vadim, alors assistant d’Allégret. Elle l’épouse à la fin de l’année 1952, immédiatement après ses 18 ans.

Ses débuts au cinéma

Brigitte Bardot apparaît pour la toute première fois au cinéma la même année, dans « Le Trou normand » de Jean Boyer. Malgré des conditions de tournage difficiles, elle enchaîne avec plusieurs autres rôles, comme le film historique « Si Versailles m’était conté… » de Sacha Guitry en 1954.

Et Dieu créa la femme

La révélation vient deux ans plus tard avec « Et Dieu créa… la femme » réalisé par son mari Roger Vadim, l’histoire d’une orpheline de 18 ans qui fait chavirer le cœur des hommes à Saint-Tropez... Le film enchante une partie du public mais choque aussi par ses scènes osées et sa mise en scène novatrice du désir féminin.

La naissance de BB

Brigitte Bardot triomphe au Festival de Cannes 1956, quelques mois avant la sortie du film. Malgré la violence de certaines critiques, « BB » accède au statut de s e x-symbol en France comme à l’étranger.

Avec Jean-Louis Trintignant

C’est justement sur le tournage de « Et Dieu créa… la femme » que Brigitte Bardot fait la rencontre de Jean-Louis Trintignant, qui joue l’un de ses prétendants. L’acteur quitte son épouse et Bardot en fait de même avec Roger Vadim. Mais l’idylle prend fin quand Trintignant se rend compte que sa compagne a une liaison avec Gilbert Bécaud…

Une période difficile

Brigitte Bardot poursuit sa carrière dans les années 1960, une décennie durant laquelle elle deviendra une idole en France. Mais elle traverse aussi une passe difficile, entre ses relations orageuses avec certains réalisateurs pendant les tournages et une tentative de mettre fin à ses jours le jour de son anniversaire en septembre 1960…

Le Mépris

Mais l’actrice a su rebondir et écrire de nouvelles pages de sa légende. En 1963, Jean-Luc Godard lui offre un rôle inoubliable dans « Le Mépris », adapté d’un roman d’Alberto Moravia. En duo avec Michel Piccoli, Brigitte Bardot a livré une prestation considérée par certains comme une sorte d’absolu féminin.

Elle a refusé James Bond

La saga James Bond est en plein essor dans les années 1960, avec Sean Connery dans le rôle de 007. Bien qu’amatrice des histoires de l’espion anglais, Brigitte Bardot a refusé de jouer un rôle de James Bond girl, sans doute trop effacé pour celle qui incarne alors l’émancipation féminine.

Bardot et Gainsbourg

Actrice reconnue, Brigitte Bardot se consacre également à la chanson et interprète plusieurs compositions écrites par Serge Gainsbourg. En 1968, le chanteur et l’actrice ont une relation artistique et amoureuse intense, évoquée dans la chanson « Initials B.B ».

Don Juan 73

Brigitte Bardot retrouve Roger Vadim dans « Don Juan 73 », qui reprend au cinéma le mythe de Don Juan en mettant en scène le séducteur sous les traits d’une femme, évidemment interprétée par la vedette. L’actrice a incontestablement transformé l’image que la société a de la sexualité féminine.

Une fin de carrière précoce

Mais au début des années 1970, Bardot refuse de nombreux rôles et reçoit de moins en moins de propositions de réalisateurs prestigieux, alors que ses derniers films connaissent un succès mitigé. En 1973, la comédienne star met un terme définitif à sa carrière au cinéma sur un coup de tête.

Admirée dans le monde entier

L’image de Brigitte Bardot fait l’objet d’une admiration sans bornes dans le monde entier depuis des décennies. Son attitude franche et rebelle et sa sensualité à toute épreuve en ont fait une véritable icône du cinéma français malgré la brièveté de sa carrière.

La cause animale

Après avoir mis fin à sa carrière d’actrice, Brigitte Bardot va consacrer toute la seconde moitié de sa vie à une cause qui l’a rendue presque aussi célèbre que le cinéma : la protection des animaux, dont elle est l’une des militantes les plus anciennes et les plus influentes en France.

Contre la chasse aux phoques

Dans un premier temps, l’ancienne vedette du cinéma s’engage contre la chasse aux phoques. Choquée par la violence des méthodes employées, elle obtient du président Valéry Giscard d’Estaing l’interdiction d’importation des peaux de phoque en France. Elle se rend également plusieurs jours au Canada en 1977 pour protester contre la chasse aux blanchons (bébés phoques) pour leur fourrure : son voyage sera extrêmement médiatisé compte tenu de son statut de star.

La Fondation Brigitte-Bardot

Brigitte Bardot donne une dimension plus institutionnelle à son engagement en créant la Fondation Brigitte-Bardot pour la protection des animaux en 1986. Elle déclare alors : « J'ai donné ma jeunesse et ma beauté aux hommes. Que je donne ma sagesse et mon expérience et le meilleur de moi-même aux animaux ».

Des actions à fort impact

Les actions de sa fondation ont un impact important, aidées par la notoriété de la fondatrice. Elle milite notamment contre la captivité d’animaux sauvages et contre certaines formes de chasse. Grâce à son influence, Brigitte Bardot a par exemple obtenu l’interdiction de la coupe de la queue des chevaux et l’arrêt de l’importation de peaux de chiens ou de chats.

Menacée de mort

En 2002, son engagement en faveur de la cause animale lui vaut même de recevoir des menaces de mort par milliers. Alors que la Coupe du monde de football se déroule en Corée du Sud et au Japon, elle appelle au boycott des produits sud-coréens pour protester contre la consommation de viande de chien et de chat dans ce pays. Un cri du cœur qui n’a pas plu à tout le monde…

À Saint-Tropez

Lieu emblématique de sa vie d’actrice, Saint-Tropez est aussi la résidence permanente de Brigitte Bardot, désormais très éloignée du milieu du cinéma parisien. Elle avait acheté sa propriété, La Madrague, en 1958.

Un cri dans le silence

Dans son livre « Un cri dans le silence » paru en 2003, Brigitte Bardot a défendu des idées jugées très conservatrices sur la place des femmes dans la société, l’homosexualité ou encore l’islam en France.

Des positions controversées

Le soutien qu’elle a apporté à Vladimir Poutine pour son rôle supposé dans la protection des animaux a également fait grincer quelques dents en France, tout comme son ralliement à Marine Le Pen durant la campagne présidentielle de 2012. Une chose est sûre : Brigitte Bardot dit toujours haut et fort ce qu’elle pense !

Récemment condamnée pour injure raciale

Ainsi, l'ancienne actrice sera jugée en appel le 17 novembre pour des propos qu’elle avait tenu sur les Réunionnais. Elle avait décrit dans des termes jugés racistes les habitants de l’île à cause de leur manière de traiter les animaux, ce qui lui avait valu une condamnation à 20 000 euros d’amende en première instance l'an dernier.

Une icône malgré tout

Malgré ses positions controversées et les condamnations judiciaires dont elle fait l’objet, Brigitte Bardot reste une icône éternelle des années 1960 et du cinéma français. Son image s’est-elle ternie au fil des années ? Sans doute, mais ses rôles de jeunesse restent inoubliables.

Más para ti